Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • CHRONIQUES DE POURPRE 377 : KR'TNT ! 397 : CRAIG BROWN BAND / PETE SHELLEY / GERSHWIN / / ROCKAMBOLESQUES ( 11 )

    KR'TNT !

    KEEP ROCKIN' TILL NEXT TIME

    A20000LETTRINE.gif

    LIVRAISON 397

    A ROCKLIT PRODUCTIOn

    LITTERA.INCITATUS@GMAIL.COM

    13 / 12 / 2018

     

    CRAIG BROWN BAND / PETE SHELLEY

    GERSHWIN / ROCKAMBOLESQUES ( 11 )

     

    Brown Sugar

    z5671dessincraig.gif

    — The name of the band ? The Craig Brown Band. That’s my name !

    Au moins comme ça les choses sont claires. Jeune, brun, le visage barré d’une solide moustache, souriant et éminemment sympathique, Craig Brown établit un contact direct. Il arrive de Detroit, Michigan, pour une belle tournée européenne. Oh bien sûr, il connaît Margaret Doll Rod, il précise que Dan Kroha est son ami et bien sûr il est allé voir jouer le MC50 Soundgardenisé à Detroit. Et un peu plus tard, on va même découvrir le nom de Timmy Lampinen au dos de la pochette de son album. Il est crédité la fois comme co-auteur et listé dans les remerciements. Mais en dépit de toute cette fiévreuse agitation référentielle, Craig Brown propose un son qui ne doit rien au Detroit Sound et à sa légendaire surenchère inflammatoire. Le propos de Craig Brown pourrait se résumer en un seul mot : Americana. Et il n’est pas surprenant de voir son album paraître sur Third Man Records dès lors qu’on sait que Jack White s’est installé à Nashville, capitale mondiale de la country et qu’il s’intéresse de très près à Loretta Lynn et à Wanda Jackson.

    The Craig Brown Band plaira beaucoup aux amateurs de country millésimée, mais pas seulement. Par certaines de leurs échappées belles, ils réactualisent le son des groupes qui tentèrent jadis de populariser la country en y injectant un léger shoot de rock. Le meilleur exemple est celui des Stones, au moment où Gram Parsons et Keith Richards étaient devenus inséparables, ou encore Gene Clark, qui en lançant sa carrière solo en Californie disait vouloir jouer de la country with a rock’n’roll attitude, ce qu’à l’époque le public ne comprenait pas. Si au départ on n’est pas fan de country, la démarche de Gene Clark ou des Flying Burrito Brothers reste difficile d’accès. Contrairement à la pop, la country n’est pas universelle. Waylon Jennings n’atteindra jamais la cote de popularité de John Lennon, et pourtant ils grattent tous les deux des guitares et chantent, comme le disait si bien Charlebois, de jolies mélodies. Mais comme tous les genres très typés (rap, funk, dub, raggamuffin, hardcore and co), la country reste ce que les ethnologues appellent une culture ouaf ouaf, c’est-à-dire une culture de niche. Quelques stars de la country comme Guy Clark, Kris Kristofferson, Jim Ford ou Merle Haggard parviennent cependant à rejoindre le mainstream, sur la foi de chansons parfaites, que ce soit «Desperados Waiting For A Train» ou «Me And Bobby McGee». C’est là, très précisément, qu’on entre dans l’Americana, dans la vision de Gene Clark qu’illustre «White Light» et dans celle de Gram Parsons, portée par «Brass Buttons». On pourrait aussi ajouter «The One Rose» de Johnny Cash ou encore «The Pilgrim», cette merveille que chantent en duo Jerry Lee et Kris Kristofferson sur The Last Man Standing. Un genre dans lequel s’illustra jadis Blanche, un groupe basé à Detroit et mené par les époux Miller, Dan John et sa femme Tracee Mae. Leur «Garbage Picker» est un brillant cut d’honky-tonk à fort parfum de Southern Gothic. Oh il faudrait aussi ajouter les noms de John Langford (l’album All The Fame Of Lofty Deeds est un bon point de départ pour explorer l’œuvre) et des Sadies dont l’album live In Concert est chaudement recommandé aux amateurs de country-rock éclairé.

    z5672discraig.jpg

    Eh bien, figurez-vous qu’à cette liste, on peut ajouter «Glad You Came (Happy You Left)» du Craig Brown Band. Car oui, c’est un cut d’Americana parfait. Craig Brown chante sa country d’un ton admirablement perverti. Il vise le cœur battant de l’Americana. Cette dimension du ton nous avait jusque là échappée. C’est une façon emblématique de faire sonner l’I’m gonna shoot up to the stars, une façon de malaxer la matière vocale dans le coin de la bouche, un peu comme le fait Dan Penn dans un autre genre. Appelons ça du feeling d’Amérique profonde. Craig Brown travaille sa diction au corps pour en faire de l’art, avec un ton spécifique, quelque chose d’inimitable, de puissant et d’intentionnel, le gras des voyelles se fond dans l’idée qu’on se fait du Nashville légendaire, tel que voulut le filmer Robert Altman en son temps. Sur scène, c’est imparable, et sur disque, ça l’est encore plus. Craig Brown passe en plus dans «Glad You Came» un solo d’un classicisme qu’on pourrait qualifier de dégingandé, un solo qui coule comme l’évidence d’une rivière de notes dans la vallée et qui vole au secours d’une Americana qui n’en a pas besoin, car elle s’est déjà fait la belle.

    z5665craig5.jpg

    Sur scène, le groupe commence par dérouter, avec un son très country. Ça s’annonce d’autant plus mal qu’à peine une petite quinzaine de personnes s’est déplacée. Mais comme Craig Brown et ses amis sont là pour jouer, alors ils jouent. Et ils imposent leur présence de manière assez magistrale. Typical Detroit. Que ce soit en matière de funk, de r’n’b ou de garage, Detroit propose toujours le petit quelque chose en plus qui fait la différence. Craig Brown et ses amis n’ont pas besoin de se rouler par terre pour s’imposer. Ils disposent des trois meilleurs atouts : une vraie voix, un vrai son et la qualité des compos.

    z5669craiguitar.jpg

    Pas de meilleur frontman que Craig Brown, il mène le bal à sa manière et plante son regard dans celui des gens sans jamais créer la moindre gêne. Contact direct, comme on l’a dit. Pas de fioritures. S’il part en solo, il le fait avec une fabuleuse économie de moyens et ajoute chaque fois sur sa Strato un nouveau chapitre à l’histoire de l’Americana. Il joue vraiment avec une aisance confondante. Les deux sœurs Drunkard tartinent joliment cette Americana d’harmonies vocales et la section rythmique fouette bien le train de l’ensemble. Il règne dans le groupe un équilibre assez subtil, on sent que ces gens ne sont pas au service d’un leader, mais au service d’une authentique expression artistique. Avant le concert, le guitariste rythmique se disait fan de Ron Asheton, mais sur scène, il joue une rythmique purement country, d’une discrétion à toute épreuve. C’est assez révélateur d’un état d’esprit.

    z5668craig3filles.jpg

    Tiens, encore une belle tranche d’Americana avec «Orange». Craig Brown va chercher la vieille diction traînarde de botte poussiéreuse - When the moon turns yellow/ And the sun is red/ Orange is the only separation - Mais ce qui frappe le plus lorsqu’on les voit jouer, ce sont les accents de Stonesy, notamment dans «Planet Song». On sent venir le take me down little Susie de «Dead Flowers», mais c’est You can ride like a cowboy qui arrive. Exactement la même veine magique, et l’Americana de Detroit prend alors toute sa dimension, car rien n’est plus difficile que de recréer l’ambiance d’un cut comme Dead Flowers. Ils terminent leur set avec un autre pur jus de Stonesy, «Overthinking». Craig Brown dit vouloir vivre dans son van, celui qu’on découvre à l’intérieur du gatefold de son album, The Lucky Ones Forget. L’incroyable de la chose est qu’il passe de la Stonesy au souffle dylanesque pour revenir aux échos de Little Susie, et avec les deux sœurs Drunkard dans les parages, c’est la fête au village.

    z5670craig4.jpg

    Ils terminent en apothéose, avec un fantastique bouquet final d’harmonies vocales et d’échappées belles fiévreusement solotées, sur un brillant doublement de batterie, comme savait si bien les amener Charlie Watts.

    Signé : Cazengler, Eva Brown

    Craig Brown Band. Le Trois Pièces. Rouen (76). 4 Décembre 2018

    Craig Brown Band. The Lucky Ones Forget. Third Man Records 2016

     

    Le sort de Pete Shelley est schellé

     

    z5671dessinshelley.gif

    Souvenez-vous, Pete Shelley démarra sa carrière à l’institut technologique de Bolton, un établissement scolaire situé en banlieue de Manchester. On s’y débrouillait comme on pouvait. Tout y était gris : la couleur des murs, la lumière du jour et la peau des étudiants. C’est là qu’il lia son destin à celui d’Howard Trafford, un ado originaire de Leeds qui s’était inscrit en psycho. C’est tout ce qu’on avait pu lui proposer. Les autres surnommaient Howard tête de piaf. Et pour cause ! De grands yeux dévoraient son visage émacié. Un nez proéminent surplombait une bouche aux lèvres pâles et un menton en galoche. Son front bombé semblait rejeter vers l’arrière une maigre chevelure. Howard présentait tous les symptômes d’une santé précaire. Comme psycho ne marchait pas, il passa en sciences humaines. La littérature entrait dans le nouveau programme, alors Howard se jeta à corps perdu dans la lecture de Dostoievski, de Huysmans et des symbolistes. Il retrouvait chez le Russe l’appétence pour le néant dont il se savait doté. Il lisait jusqu’à l’aube et tentait de s’endormir en écoutant No Pussyfooting, l’album de musique ambiante que venaient d’enregistrer Brian Eno et Robert Fripp. Allongé sur son petit lit de fer, Howard se sentait dériver au milieu de nulle part. C’est vrai qu’il aurait bien aimé trouver une copine, mais ça semblait foutu d’avance car les filles ne le regardaient même pas.

    z5686devoto.jpg

    Les chambres du foyer universitaire ressemblaient à des cellules de prison. Étroites et glaciales, elles donnaient presque envie de s’évader par la fenêtre. À l’étage d’Howard, un étudiant venait de fonder l’APLS, l’Association Pour la Libération Sexuelle. Intrigué, Howard frappa à la porte.

    — Yeahh ! Come on !

    Cinq personnes se serraient sur le petit lit en fer. Face à elles se dressait un gros rouquin à lunettes. Sans doute le président de l’asso. Il fit un grand sourire à Howard :

    — Tu viens pour la réunion d’information ?

    — Yep...

    — Assis-toi, ils vont te faire une place. C’est quoi ton blaze ?

    — Howard...

    — Bienvenue, Howard. Je te présente Suzanne et Edith. Elles sont lesbiennes. À côté, tu as Ronald et George, ils sont homosexuels. Et puis voilà Peter.

    z5677lesdeux.jpg

    Il s’agissait bien sûr de Peter Shelley. Howard croisa le regard de ce petit brun au regard rêveur. Huysmans aurait écrit qu’il arborait le masque malencontreux d’une mine évaporée. Sur la petite étagère installée au-dessus de l’évier, l’eau bouillait. Le président de l’asso retira une grosse résistance électrique du pot à eau et versa l’eau bouillante dans des petits godets en plastique blanc. Le thé fumait et les godets se dilataient dangereusement.

    — Revenons au point de départ. Le thème du débat du jour est la solitude ! Quels moyens vous donnez-nous pour la combattre ? Qui veut prendre la parole ?

    z5684arebours.jpg

    Trois heures plus tard, Howard sortit de la réunion avec une migraine épouvantable. Peter sortit en même temps que lui mais partit dans l’autre sens en se dandinant. Howard se sentit encore plus seul qu’avant la réunion. Il sentait les larmes lui monter aux yeux. Il revint dans sa chambre, s’empara d’A Rebours et en parcourut quelques pages. Le maniérisme échevelé de Joris-Karl Huysmans lui donnait la nausée. Howard sentait qu’il lâchait prise. Il ne parvenait plus à suivre des Esseintes dans les abysses de la corruption, de la même façon qu’il ne supportait plus de sentir cette taupe de Dostoievski creuser des tunnels dans les ténèbres de sa conscience. Il attrapa sa veste miteuse et sortit de sa chambre en courant. Il sauta dans un bus en direction du centre ville. Howard y connaissait un excellent disquaire. Trouver un bon disque était pour lui le seul moyen d’évacuer temporairement l’envie qu’il avait de se pendre. Il entra dans la boutique et se mit à explorer méthodiquement le premier bac. Il avançait dans l’ordre alphabétique et suait à grosses gouttes. Parvenu à la lettre S, son visage s’éclaira. Il sortit une pochette en poussant un hurlement. Depuis son comptoir, le gros disquaire le rappela à l’ordre :

    — Oh, punter, t’es pas sur un terrain de foot ! Soit tu te calmes, soit tu dégages !

    Howard serrait contre son cœur un pressage américain de Fun House, le second album des Stooges. Il tremblait de tous ses membres. Il se dirigea vers la caisse et murmura au disquaire :

    — Wow ! Man ! C’est mon jour de chance !

    z5685stooges.jpg

    Une fois revenu dans sa chambre, Howard mit l’album des Stooges sur sa petite platine et tourna le bouton de volume de l’ampli à fond. Le ramalama des Stooges éclata. Quelques minutes plus tard, le voisin tapa dans le mur. Howard fit le sourd. Allongé sur son lit de fer, il contemplait l’intérieur du gatefold : Iggy et les frères Asheton se vautraient sur un tapis oriental, pareils à des princes dévoyés. «L.A. Blues» explosa comme une bombe sous le plafond sale de la petite chambre. Howard sentit enfin que la lumière pénétrait dans les abîmes de sa conscience. Il voyait la lave stoogienne se répandre dans la chambre. Bam ! Bam ! Bam ! Le voisin tapait de plus belle. Howard se leva, sortit et alla frapper à la porte voisine. Le voisin n’eut pas le temps de réagir. Baaaam ! Howard lui asséna le coup de boule le plus violent de toute l’histoire des coups de boule.

    Il venait de trouver sa voie. Les nuages se dissipaient. Pour la première fois depuis sa petite enfance, il se mit à sourire. Il s’observa dans le miroir de l’armoire. Son regard se durcit. Il serra ses petits poings. La rage des Stooges coulait dans ses veines. Il s’admirait, comme savent le faire tous les gosses infortunés. Même si sa petite tête de chouette l’empêchait d’être aussi beau qu’Iggy, il s’en foutait. Wouah ! Il s’en foutait royalement ! Et s’il n’avait pas assez de cheveux pour imiter la coiffure de Ron Asheton, ce n’était pas grave. Fuck it ! Ébloui, il venait de découvrir que la réalité n’est qu’une peau de lapin blanc. On peut la retourner quand on veut. Howard sauta sur son lit. Il savait qu’il allait réveiller tout le bâtiment, mais il s’en foutait comme de l’an quarante. Ses hurlements de joie se mêlaient à la mélasse cataclysmique des Stooges.

    Chacun sait que quand on part de zéro, la première chose à faire est de monter un groupe. Le lendemain, Howard mit une annonce au panneau d’affichage du foyer : «Recherche musiciens des deux sexes pour jouer Sister Ray.» Il n’avait pas choisi ce morceau du Velvet par hasard. «Sister Ray» était un morceau nietzschéen capable d’opérer une sélection naturelle. Howard n’ajoutait aucune information supplémentaire, ni numéro de chambre, ni numéro de téléphone. Il prévoyait de passer ramasser les candidats et les candidates au pied du panneau d’affichage.

    Les jours passèrent. Howard observait le panneau de loin. Il vit enfin approcher un candidat. Il s’agissait de Peter, le type à mine délurée qui avait assisté à la réunion de paumés. Quelle déception ! Il aurait préféré voir une fille se présenter.

    z5675shelley.jpg

    Peter se planta devant Howard et déclina son état-civil :

    — Je m’appelle Peter McNeish. Je viens de Leigh et je prépare un diplôme d’électronicien. Je suis fan du Velvet et des Stooges !

    Peter avait le regard mobile des personnages que décrit Dickens dans ses romans. Ses sourcils dessinent de curieuses arcades au-dessus des yeux. Il ressemblait à un petit animal fureteur. Il semblait se foutre de tout.

    — Howard, viens dans ma piaule boire un thé. Je vais te faire écouter des trucs que j’ai bricolé, hé hé hé...

    Peter vivait dans un capharnaüm hallucinant. Une jungle de fils envahissait sa chambre. Grâce à sa maigreur, Howard réussit à se glisser dans un coin de la pièce sans rien débrancher. Debout devant une muraille d’amplis, Peter nouait des câbles qui grésillaient en produisant des gerbes d’étincelles.

    — Écoute ça, mate ! Ce sont des expérimentations électroniques inspirées de Roxy Music. J’ai appelé ça Poxy Music, ha ha ha !

    Il brancha un dernier câble et tout sauta. Pour la première fois de sa vie, Howard se mit à rire de bon cœur. Entre les deux nouveaux amis, ce fut le coup de foudre.

    Dès le lendemain, ils décidèrent de passer à l’action. Ils décidèrent de monter un groupe baptisé les Buzzcocks. Il ne leur restait plus qu’à choisir des morceaux et apprendre à les jouer. Peter connaissait quelques accords de guitare. Howard proposa de chanter. Ils commencèrent par s’attaquer à une chanson facile des Troggs : «I Can’t Control Myself». Ils avançaient à pas de géants. Comme leurs idoles du Magic Band dont ils reprenaient «I Love You Big Dummy», ils décidèrent de se choisir des pseudos. Howard opta pour le nom d’un chauffeur de bus qui s’appelait Devoto. Peter adopta le nom que ses parents lui auraient donné s’il avait été une fille : Shelley. Howard Devoto et Pete Shelley n’allaient pas s’arrêter en si bon chemin. Ils se teignirent les cheveux en rouge. Déjà qu’ils n’étaient pas très jolis, ils devenaient atrocement laids. Et pour encore aggraver les choses, Howard se mit à porter des boots en vachette rose. Pete alla encore plus loin : il arriva un jour vêtu d’un infâme pantalon feu de plancher taillé dans les rideaux de sa mère. Ils ne savaient plus quoi inventer pour transcender cette vieille réalité. Ils la voyaient perdre ses poils à force de retournements.

    Deux jours plus tard, Pete débarqua dans la chambre d’Howard avec un sac en plastique sous le bras. Il en extirpa une égoïne et, sous l’œil effaré de son ami, entreprit de scier sa guitare en deux, dans le prolongement du manche.

    — Oh Pete, arrête ! T’es dingue !

    — T’inquiète, poto, on tient le bon bout !

    Zzzzzzz ! Zzzzzzzz !

    Avec des moyens ridicules, Howard et Pete étaient passés sans transition du néant à la surenchère constructiviste. L’envie de monter sur scène commença à les démanger. Ils piaffaient littéralement d’impatience.

    — Howard, t’as vu, ils cherchent un groupe de rock pour animer le gala de l’Association des Étudiants du Textile. Ça te dit ?

    — Here we go !

    Ils durent recruter un drummer et un bassman. Ils allèrent ensuite proposer l’exclusivité des Buzzcocks à l’association. Nullement choqué par leur accoutrement, le sympathique président leur fit confiance :

    — Topez-là, les gars !

    z5673pete+howard.jpg

    La salle était plutôt lugubre. Les garçons portaient des barbes et les filles étaient assez grosses. Howard et Pete se lancèrent le cœur léger dans des reprises exacerbées d’Eno et des Stones. Les étudiants qui n’écoutaient que Yes et les Status Quo furent désagréablement surpris. Quelle douche froide ! Les boots roses d’Howard semblaient focaliser l’attention du public. Howard vit même quelques barbus se pâmer de rire. Mais il vit Pete jouer avec une telle hargne sur sa guitare sciée en deux qu’il reprit confiance en lui. Il retourna une nouvelle fois sa peau de lapin. Plutôt que de soigner sa diction, il se mit à torturer ses syllabes de plus belle. Il se raidit comme un piquet et se mit à vomir ses textes. Il sentait l’ombre bienveillante des Stooges planer sur lui. Pete plaquait des paquets d’accords sourds sur sa guitare sciée. Son corps semblait parcouru de violentes décharges d’électricité. Lorsqu’il ouvrait les yeux, il affrontait les regards moqueurs avec une morgue effarante. Howard et Pete s’embarquèrent alors dans une version extrêmement heavy du «Diamond Dogs» de Bowie. Horrifié, le public les supplia d’arrêter de jouer.

    — Votre truc, c’est pas du rock ! Houuuuuu !

    Quelqu’un coupa le courant. Terminé. À peine quatre morceaux.

    Nullement découragés, Howard et Pete décidèrent d’affronter leur destin de punk-rockers d’avant-garde.

    — Arrêtons de jouer pour des branleurs qui ne comprennent rien à la modernité. Howard, enregistrons un single mythique !

    z5681directorgasm.jpg

    Le lendemain, ils prirent un bus et filèrent au Revolution Studio. Dans l’après-midi, ils mirent une dizaine de chansons en boîte : quelques reprises inspirées et trois originaux fulgurants, «Orgasm Addict», «Boredom» et «Time’s Up». Emmené par un riff salement mordant, «Time’s Up» sonnait comme un hit. Howard y libérait tout ce qui restait en lui de frustration sexuelle. Pete lui répondait time’s up ! de loin en loin, comme s’il s’était trouvé à l’autre bout de la ville. On avait là les chœurs les plus délicieusement désinvoltes de l’histoire du rock. Quant à «Boredom», il s’agissait d’une autre histoire. La vieille Angleterre n’était pas préparée à cette bombe. Howard y étalait toute sa connaissance des gouffres au long d’un riff descendant, un riff plus glissant que les marches d’une crypte de vampires. Une sorte d’excitation malsaine jaillissait de cette apologie du néant. Pete Shelley y donnait le coup de grâce avec un solo de guitare anorexique qui se balançait sur deux notes. Anti-morceau troué de part en part par un anti-solo, Boredom signait l’arrêt de mort du rock institutionnel. Pour seulement 45 £, Howard et Pete venaient d’enregistrer Spiral Scratch, un modeste EP quatre titres qui allait retourner le rock anglais comme une peau de lapin.

    z5683stevediggle.jpg

    Pendant les quatre décennies suivantes, Steve Diggle allait prendre la place d’Howard auprès de Pete. Ils allaient tous les deux poursuivre l’aventure et installer les Buzzcocks au panthéon des très grands groupes de rock anglais. On n’en finissait plus d’aller les voir sur scène pour prendre la mesure de leur génie pop. Maintenant que Pete Shelley vient de casser sa pipe en bois, le pauvre Steve Diggle doit chialer des larmes de sang dans un coin. Good Lord, s’il est bien un mec qui croyait au destin invincible des Buzzcocks, c’est bien Steve.

    z5674legroupe.jpg

    Signé : Cazengler, Buzzcon

    Pete Shelley. Disparu le 6 décembre 2018

    GERSHWIN

    JEAN-CHRISTOPHE MARTI

    ( Editions Jean-Paul Gisserot / Glisserot )

    z5647book.jpg

    Un homme dont Gene Vincent a repris un morceau, le mentholé Summertime, ne peut pas être entièrement mauvais, ai-je longtemps pensé. Aussi quand ce matin j'ai déniché ce petit bouquin d'une centaine de pages pour moins d'un euro dans un fouillada m'y suis-je jeté dessus, à pieds joints. Je ne le regrette point. L'auteur en connaît un bout, c'est en compositeur de musique et en chef d'orchestre contemporain qu'il se penche avec minutie sur la vie et l'œuvre de Gershwin et au travers de cette biographie nous explorons la naissance et le début de la musique populaire américaine. Rappelons-nous que Gershwin ( né en 1898 ) disparaît en 1937, Elvis Presley est venu au monde en 1935. Il est des concordances de dates signifiantes.

    LE GÂTEAU AVANT LA CERISE

    z5649banjo.jpg

    L'histoire ne commence pas avec le blues, mais avec le cakewalk. Dans les plantations, avant même la guerre de Sécession, les esclaves observent les maîtres. Dès qu'ils ont le dos tourné – l'occasion est rare – l'on se fout de leur gueule, en les imitant, en les singeant, les avez-vous vu danser le menuet, font ça si sérieusement, si cérémonieusement qu'ils semblent marcher un balai planté dans le cul. Le cakewalk est un art du grotesque. Quelques musicologues soutiennent que les nègres y ont intégré les danses de guerre des féroces Séminoles, mais au début c'est avant tout la soupape de la frustration qui se goupille en grosse rigolade. Avec le temps le cakewalk devient l'institution festive du dimanche après-midi, l'on s'y déguise avec les vieux costumes des maîtres, parfois ceux-ci y assistent et offrent un gâteau au couple vainqueur. Parfois l'on s'y adonne tous les soirs, dès la nuit tombée, la danse devient frénétique et les banjos jouent de plus en plus vite. Au début du siècle suivant, il existe des troupes itinérantes qui intègrent cette gesticulation débridée dans leurs spectacles, certains danseurs, certains couples, acquièrent une célébrité toute relative... Mais c'est la musique qui finit par s'adjuger la plus gosse part de l'apple pie.

    LA DANSE ET LE PIANO

    En musique classique l'on part du principe que le piano peut à lui tout seul représenter tout un orchestre symphonique, les pianistes noirs se trouvèrent confrontés à une autre gageure, ne s'agissait plus d'évoquer les langueurs des violons et les tempêtes tempérées des bois, mais le vacarme exubérant des fanfares militaires et les flonflons festifs, les aboiements sauvages des cuivres et le brouhaha des tambours. Ainsi naquit le ragtime. A première oreille le rag ressemble à une course de voitures à Indianapolis, mais la vitesse ne suffit pas, à deuxième esgourde vous percevez que le pianiste se doit d'avoir les doigts gourds et gourdins, l'est nécessaire d'appuyer fort, de reproduire la démarche outrée du cakewalk, la musique se doit d'imiter la danse, de se coller au plus près à sa patauderie caricaturale, tout en assumant de folles et subites accélérations comme les personnages des dessins animés. Une main pour appuyer, la gauche pour délirer. Le ragtime est dichotomique, une musique qui essaie de figurer le corps qui danse dans laquelle bientôt les danseurs viendront inscrire leurs mouvements.

    z5650debussy.jpg

    Va arriver une drôle d'aventure au ragtime, qui est comme une préfiguration du déploiement de cette nouvelle musique en gestation aux Etats-Unis que l'on n'appelle pas encore le jazz. En 1908, Debussy écrit pour sa fille, bout de chou de six ans, six pièces de piano réunies sous le titre générique de Children's Corner, la dernière se nomme : Golliwog's cake-walk. ( Les Golliwogs sont des poupées de chiffon des enfants noirs, c'est aussi sous ce nom que le groupe Creedence Clearwater Revival enregistrera ses premiers simples. ) Dans la série l'on ne vole qu'aux pauvres la prestigieuse musique blanche classique et européenne s'en vient marauder sur les terres noires de l'antique Louisiane. Ce ne sera pas la seule fois. Ravel compose son fameux Bolero à partir des improvisations sur Four or Five Times de Jimmie Noone qu'il est allé voir en concert. Fait encore plus significatif, après le Boléro Ravel retouchera à une de ses premières œuvres pianistiques Le Menuet Antique qu'il réorchestrera. Parfois on a l'impression que le chat parvient à se mordre la queue.

    z5651turpin.jpg

    Enfant Gershwin vit à Brooklin, il est sûr qu'il a entendu les enregistrements de Scott Joplin et de Tom Turpin qui composa Harlem Rag en 1897, à Saint Louis, la ville où fut en quelque sorte expérimenté et élaboré le ragtime. Très vite George squatte le piano de son grand-frère Israël qui sous le nom d'Ira sera le parolier d'Al Jolson, Fred Astaire et Ginger Baker... Un de ses amis Jack Miller musicien amateur lui fait rencontrer Charles Hambitzer, qui séduit par la niaque du jeune garçon le forme, sans le faire payer, lui fait bosser Grieg, Chopin, Liszt et Debussy. Hambitzer est mort jeune, il ne reste rien de lui, mais son influence sur Gershwin sera profonde, il compose, il connaît la musique classique et il joue en soliste dans les orchestres des grands-hôtels, un peu de tout, les airs à la mode, du rag stylisé, de l'opérette et des marches militaires. Le bon côté de la mentalité américaine, il n'y a pas de barrière, le mauvais côté, ce qui est bon est ce qui marche. Hambitzer est un Gershwin qui n'a pas réussi.

    Z5652JOHSON.jpg

    Gershwin est un fou du piano. Pour améliorer son jeu il n'hésite pas à demander conseil, lui petit blanc, à James P. Johnson, l'inventeur du stride, cette manière débridée d'accélérer le tempo, qui conduisit le ragtime à sa plus grande incandescence. Le nom de James P. Johnson ne dit plus grand chose à beaucoup, il est un de ces musiciens qui métamorphoseront les structures quelque peu répétitives et mécaniques du rag en leur permettant d'acquérir une grande plasticité évolutive, James P. Johnson avec quelques autres dont Fats Waller qui fut son élève, jeta les fondements du jazz. Son legs est immense, il influença plusieurs générations de pianistes de Duke Ellington à Thelonius Monk, et incidemment c'est son morceau Charleston qui donna naissance à la célèbre danse... Cérébralité et entertainment sont les deux mamelles de la musique populaire américaine.

    UNE CARRIERE

    Z5653GRAG.jpg

    Gershwin trouve du boulot. L'est un plugger de Tin Pan Alley. Joue durant plus de dix heures sans s'arrêter les nouvelles compositions que la maison Jerome H. Remick Company propose aux maisons de disques. Travaillera comme un dingue ( salaire correct ) pour Remick's, participera à l'édition des piano rolls ( rouleaux de piano mécanique ), l'était un pianiste talentueux, devient un virtuose, et événement encore plus important, il passe du bon côté de la barrière, il n'est plus un tâcheron, en 1922 Fred Astaire lui prend deux morceaux pour ses deux apparitions dans le spectacle For Goodness Sake présenté à Broadway.

    z5654ladybgood.jpg

    Le tandem Astaire-Gershwin triomphera en 1926 avec Lady, Be good, durant les répétitions George aide Fred et sa soeur Adele à mettre au point la chorégraphie, et pour la première fois Fred s'offre un numéro de claquettes en solo. En 1936 les deux hommes se retrouveront pour les films hollywoodiens de Fred avec Ginger Rogers, Shall wee Dance et A Damsel in Distress.

    z5655whiteman.jpg

    La comédie musicale c'est bien beau. A condition d'en sortir. Pour voler une expression dévolue à la peinture, nous dirions que c'est de la musique pompière. Techniquement irréprochable, mais le mélomane averti se rend compte que ce n'est que du brillant, du faux-or, rien de bien novateur, de la light music, belle gueule et colorants. Les amateurs de bonne musique se bouchent les oreilles en écoutant. Entre 1920 et 1930 la bataille fait rage entre les tenants de la musique classique européenne et les partisans de la nouvelle modernité musicale qui se fait jour : les artistes ne viennent-ils pas de s'extirper de la chansonnette et de donner naissance à la complexité du jazz ? Paul Whiteman célèbre chef d'orchestre de jazz band décide d'en apporter la preuve en lançant An Experiment in Modern Music, un concert fleuve qui devrait le long de onze séquences différentes prouver au monde entier que l'Amérique est en train d'accoucher d'une musique moderne capable de rivaliser avec les sons venus de la vieille Europe. Gershwin qui est en train se souquer dur sur une nouvelle comédie musicale a d'autres chats à fouetter, mais dans la presse circule un infox : George Gershwin serait en train de composer un concerto-jazz ! Une telle publicité ne se refuse pas. Notre pianiste émérite se met à la composition de Rhapsody in Blue.

    RHAPSODY IN BLUE

    z5656rapsody.jpg

    Question patriotisme musical les américains n'y vont pas de main morte. Les deux grands moments musicaux du vingtième siècle sont d'après eux le Sacre du Printemps de Stravinsky qu'ils peuvent entendre en 1925 et la création de la Rhapsodie in Blue, le 12 février 1924. Pas de complexe. En fait si, un gros, vis-à-vis de la musique classique. Qui rejoint les désirs les plus profonds de Gershwin, ne pas passer pour un compositeur de seconde zone, être reconnu à l'égal des européens. Sait bien qu'il ne part pas gagnant. L'a des idées mais l'art de les mettre en forme lui manque. La musique de danse est une chose, l'orchestration d'un grand orchestre – ne fût-il qu'un big band – à la manière d'un philharmonique lui manque. Demandera à Ferde Grofé de se charger des '' arrangements''. La collaboration des deux musiciens sera amicale.

    z5657imagerapsody.jpg

    La Rhapsody n'atteint pas les dix minutes. L'écoute en est facile et surprenante. Ce qui choque au début c'est la maigreur du son. Même quand on la compare aux enregistrements du Hot Five d'Henderson ou d'Armstrong, ne sont qu'une poignée de musiciens mais le son est empreint d'une plénitude que la Rhapsody n'atteint que de temps en temps, peut-être était-il plus facile de capter cette plénitude en studio justement en raison du peu de musiciens. La rhapsody est sûrement blue mais pas blues, ou pour le dire différemment elle est davantage pré-jazz que jazz. L'est des passages où le piano vous joue le rag avec un tel velours que l'on se rapproche du piano classique... L'a marqué son époque, mais aujourd'hui elle paraît datée. La faute en revient sans doute – Jean-Christophe Marti le décrit très bien- à ce qu'un big band n'est pas un orchestre symphonique au service de l'œuvre intangible d'un compositeur sacré dans un total respect à laquelle on se garde bien d'imposer la moindre interprétation personnelle, ici les musicos jouent avant tout pour eux, sont des solistes qui essaient de se faire remarquer par leur virtuosité. La rhapsody souffre pour un auditeur moderne d'un gros défaut. Il est impossible de l'écouter en tant que musique pure. Elle s'impose de visu. Une musique de film et de dessin animé. Mélo larmoyant et cartoon débridés encombrent nos cervelles. Charlie Chaplin devait l'avoir en tête lorsqu'il a composé la musique de Limelight, en 1931. Ferde Grofé éprouvera la nécessité de la réorchestré pour orchestre symphonique en 1942...

    SONGS & COMEDIES

    z5658songs.jpg

    Faut être réaliste. Avant sa Rhapsody, Gershwin n'a pratiquement composé que des songs, des chansons, la dernière roue du carrosse, soyons méchants et injustes, de la variétoche insipide. Il n'en est rien. Les songs de Gershwin s'abreuvent à un terreau infiniment plus riche, marches militaires, chants de cowboys, plaintes d'esclaves. George est le roi de la mélodie, ses descentes en mineurs véhiculent des myriades de sentiments, vous êtes prêts soit à tirer votre mouchoir pour essuyer furtivement une larme, soit à vous mettre à bramer comme une madeleine proustienne à la recherche de vos amours perdues, vite du balai, Ira, le parolier attitré et fraternel de George, passe le plumeau de l'ironie sur les araignées noires de vos regrets et vous voici requinqués à bloc prêts à prendre la vie du bon côté.

    z5659comédies.jpg

    Une chanson n'est qu'un scénario de trois minutes. Une comédie musicale, c'est exactement la même chose mais en plus long, d'une séquence d'actualité sentimentale, l'on passe au film. Si l'on rajoute la danse et les costumes l'on frôle l'idée d'art total wagnérien. Même si l'on est plus près de La Vie Parisienne d'Offenbach que du Crépuscule des Dieux. Arrêtons de rêver, la véritable usine à rêves, c'est justement la comédie musicale. Une espèce de taylorisme musical. On travaille à la chaîne. Si Gershwin a besoin d'aide pour orchestrer sa rhapsody c'est que son boulot c'est d'écrire une partition-piano livrable avec les paroles – Ira s'en charge – et rien d'autres, une seul mot d'ordre : vite-fait-bien-fait-et-hop-on-recommence. Pas le moment de rêvasser ou à se livrer à des expérimentations hasardeuses. On n'a pas le temps et comme Time is money... Pour le spectateur une comédie musicale est un spectacle, pour le producteur, une production, censée réaliser des bénéfices. Dans la notion de capital-risque chère aux idéologues du libéralismes, ce qui est important c'est le capital à maximiser. Les risque n'est pas à minimiser mais à éradiquer. Certes il y a du fric à se faire pour un compositeur, mais le succès est fragile, les revers guettent les plus brillants, le crack boursier de 1929 n'aide en rien les artistes. Si Gershwin délaisse New York pour Hollywood, c'est aussi parce que son nom ne fait plus autant recette à New York...

    z5660crazygirl.jpg

    La comédie musicale est la sœur siamoise de la revue, certes il y a bien une intrigue mais si lâche que rien ne s'oppose à l'introduction de numéros qui n'ont pratiquement rien à voir avec elle. La comédie musicale c'est un peu la comédie humaine de Balzac revisitée, on saute les descriptions et les analyses psychologiques, les personnages semblent dépourvus de personnalité intrinsèque, sont mus par les évènements. Courent en tout sens, s'agitent de tous côtés, ressemblent à des personnages échappés d'un film de Charlot. Les films des Marx Brothers sont des adaptations de spectacles donnés à Broadway. L'esthétique des la Comédie Musicale n'emprunte rien à la dramaturgie classique, l'est issue des pistes du cirque, des baraques foraines, de l'opérette de tout ce qui hurle et plastronne. Una comedia dell'arte qui touche aux bouffonneries et au burlesque. Ce qui ne veut pas dire que ceux qui la confectionnent sont des abrutis acculturés. Mais parfois il n'est nul besoin d'être diplômé de Princeton pour saisir sous l'emphase des provocations une critique résolue des tares de la société américaine, voire de la situation internationale avec par exemple les chemises bleues de Let 'Em Eat Cake qui ne sont pas sans similitudes avec les chemises brunes hitlériennes.

    GERSHWIN ET LE JAZZ ( 1 )

    Gershwin est l'exact contemporain des pionniers du jazz, Sydney Bechett, Louis Armstrong, King Oliver. Il a pu voir The Original Dixieland Jazz Band exclusivement composé de blancs à qui l'on doit l'enregistrement du premier disque de jazz. Pour Girl Crazy Gershwin dirige l'orchestre de Red Nichols dans lequel on trouve Benny Goodmann, Glenn Miller, Jimmy Dorsey et Gene Krupa...

    UN GERSHWIN CLASSIQUE

    z5687concertoinfa.jpg

    Concerto en FA pour piano et orchestre. En trois mouvements. Extrêmement plus moderne que la Rhapsody en le sens où l'orchestration évoque davantage le Leonard Bernstein de West Side Story que l'accompagnement ragtime d'un dessin animé. Seul le piano se permit des syncopes sautillantes ou des glissandi estampillés jazz. Les musicologues ne manquent pas de relever de nombreuses influences à la César Frank ou à la Prokofieff. Moins novateur que le prélude mais bien plus actuel pour nos oreilles.

    z5661prelude.png

    Mais sa grande oeuvre classique, pratiquement gardée secrète seront les 3 Préludes. Gershwin y atteint un condensation extraordinaire. L'on est très près de Stravinsky pour l'attaque des touches et de Debussy pour la délicatesse des variations tonales. Les 3 Préludes sont une sublimation du style ragtime. Seul Gerswhin possédait le vécu qui lui permit cette écriture. Peut-être aurait-il continué à explorer cette voie si une tumeur fulgurante du lobe droit ne l'avait abattu en plein vol. Certes dans ce domaine le poème symphonique en Fa sera son plus grand succès, mais n'est en rien de la trempe de des 3 Prelude

    z5662discprelide.jpg

    Ce qui est sûr c'est que les musiciens qui s'attelleront au renouveau ( classique ) de la musique américaine ne l'admettront pas dans leur club très fermé. Le cataloguent impitoyablement dans les marécages de la musique légère et populaire. Tout au plus lui reconnaissent-ils une certaine facilité d'invention... Il en souffrira énormément.

    GERSHWIN ET LE JAZZ ( 2 )

    z5663porgy.jpg

    La situation est plus complexe que cela. L'est toujours le compositeur le cul entre le strapontin du jazz et le canapé du classique, l'est sempiternellement le juif au postérieur entre le tabouret des noirs et le fauteuil des blancs. L'est une sommité du monde musical, mais sa patrie mythique c'est la Russie que sa mère a fuie... C'est avec Porgy and Bess qu'il va tenter de réunir la poire et le fromage. Porgy and Bess n'est pas une comédie musicale, mais un opéra. Entrevoyez la différence. Un opéra noir. Mais il ne prend pas les thèmes dans le folklore noir. Il pense qu'il est mieux à même de traduire musicalement le tréfonds de l'âme noire. Porgy est dans l'oeuvre de Gershwin ce que furent Les Misérables pour Victor Hugo. C'est l'opéra de la misère. La survie des noirs dans le ghetto de Charleston. L'amour y côtoie la prostitution, les sentiments de possession ou de délivrance débouchent souvent sur la mort et le crime...

    z5664discporgy.jpeg

    Les élites noires se sont, dès les années cinquante, désolidarisées du contenu idéologique de Porgy and Bess... c'est en ces mêmes moments qu'elle commence à se détacher du blues qu'elles jugent trop misérabiliste. La gauche américaine lui reproche d'être empli de vieux clichés blancs. N'empêche que musicalement c'est une merveille. Gershwin réussit l'impossible synthèse de la vulgaire song populaire et du lyrisme symphonique de la musique romantique européenne. La version Armstrong-Fitzgerald me semble la plus poignante, mais c'est un avis personnel.

    GERSHWIN ET AUTRE CHOSE

    z5665lasticon.jpg

    Porgy est la dernière grande œuvre de Gershwin. Peut-être cette réussite lui permet de surmonter son complexe prononcé vis-à-vis de la musique classique. Il meurt trop brutalement pour savoir si l'intérêt qu'il commençait à professer pour le dodécaphonisme de Schöenberg et l'intérêt qu'il porte aux théories de Schillinger qui estime que toute la musique classique est viciée car ne procédant pas de notes pures à la tonalité et à la hauteur définie scientifiquement … Shillinger travaille notamment avec l'ingénieur Theremin qui bosse sur la mise au point de son instrument électro-acoustique modestement nommée le Thérémine. Trente ans plus tard les rockers abasourdis entendront parler de cet instrument dans les revues spécialisées sur la composition de Days of Future Passed des Moody Blues ( 1967 ) et l'enregistrement de Good Vibration des Beach Boys ( 1966 ).

    z5666sumertime.jpg

    De toutes les manières, Summertime...

    Damie Chad.

    Question subsidiaire pour voir si vous avez tout compris : quel rapport avec la pochette de Sergeant Pepper's Lonely Hearts Club Band et la naissance du jazz ?

     

    ROCKAMBOLESQUES

    FEUILLETON HEBDOMADAIRE

    ( … le lecteur y découvrira les héros des précédentes Chroniques Vulveuses

    prêts à tout afin d'assurer la survie du rock'n'roll

    en butte à de sombres menaces... )

    z4768molossa.jpg

    EPISODE 11 : Français, Françaises

    ( adagio angoissono )

    SURPRISE

    -te-six'' La voix du président était crispante, sans doute était-ce le moment d'entonner l'hymne funèbre des Doors '' This is the end, beautifull friends'' aussi fumes-nous surpris lorsque retentit dans le silence mortuaire qui nous entourait le craquement de l'allumette qui signifiait que placidement le Chef allumait un nouveau Coronado, et encore plus lorsque de sa voix tranquille s'éleva : '' Agent Chad, veuillez ouvrir la double-porte du café, en grand, s'il vous plaît'' Je m'exécutai rapidement mais il dut sentir un soupçon d'incompréhension se faire jour dans nos esprits car il ajouta d'un ton d'évidence affirmative : '' C'est ainsi dans les films, le Septième de Cavalerie survient toujours à la dernière minute, nous nous devons de faciliter sa pénétration dans l'ultime réduit de résistance'' Au-dehors le timbre du Président froid comme la mort égrenait son décompte funèbre :

    '' quarante-deux... quarante-un... quarante... trente-neu...''

    Et c'est à cet instant précis que retentit la trompette du Septième de Cavalerie. La vérité historique m'oblige à reconnaître que ce n'était pas le cuivre victorieux d'un clairon mâle et viril qui se fit entendre mais l'exclamation excédée d'une voix frêle et perçante :

    '' Mais enfin tu te pousses gros bas-lourd !''

    il y eut une seconde d'incertitude générale aussitôt suivie d'un avertissement menaçant :

    '' Sinon Molossa va te mordre !''

    et elles apparurent toutes les trois, à l'endroit précis où vingt secondes auparavant j'avais fugitivement saisi le geste d'agacement d'un soldat qui écartait son épaule ( la gauche ) du mur sur lequel elle s'appuyait, et elles parurent, toutes les trois, Molossa – Molossa l'intrépide, Molossa l'amour de ma vie, la compagne fidèle, le miel de mon âme, Molossa la beauté du monde - devant, les oreilles droites, la queue frétillante, la gueule ouverte dévoilant des crocs luisants, perlants de quelques gouttes de bave, et derrière tout près, Marie-Ange et Marie-Sophie se tenaient par la main sagement.

    '' Pas de pitié, hurla le Président, feu sur ses trois misérables avortons !''

    Mais l'on entendit fort distinctement la voix d'un conseiller s'interposer :

    '' Ce serait une folie, Monsieur le Président, devant les caméras du monde entier, malheureusement l'on ne peut pas tuer des enfants, cela nuirait à votre image, ce serait contre-productif.''

    Je remarquais qu'aucun des militaires présents n'avait esquissé le moindre geste, mais Marie-Sophie avait compris, elle se pencha sur Molossa la saisit et la nicha entre ses bras sur sa poitrine. Les fillettes pénétrèrent dans le bar tout sourire, Popol se précipita pour servir un gros bol de Moonshine à Molossa qui s'y rua dessus sous une pluie de caresses tandis que Marie-Ange s'écriait :

      • Elle est venue nous chercher, chez notre ancien voisin qui nous avait invités, nous deux, Papa et Maman, à passer deux jours chez eux pour remonter le moral de Maman. Molossa est entrée dans le jardin, et a aboyé, Ouaf ! Ouaf!

      • Ouaf ! Ouaf ! interjecta Molossa qui apparemment suivait la conversation.

      • On a reconnu sa voix, on s'est habillées, on l'a rejointe et on l'a suivie jusques ici !

      • Agent Chad, veuillez refermer cette porte, le bal ne fait que commencer !

    INTERLUDE 1

    Encore une fois les prophéties du Chef devaient se révéler exactes. Certes le Président avait interrompu son décompte macabre mais il n'était pas à bout de ressources. Nous ne tardâmes pas en avoir la preuve. Au bout d'une demi-heure, un porteur de drapeau blanc se détacha de l'arrière d'un blindé et s'avança prudemment vers l'entée du bar. Il s'arrêta à une dizaine de mètres et agita à profusion son fanion :

      • Agent Chad entrouvrez délicatement, tenez gaillardement vote Glock en main, et écoutez la proposition de cet impétrant.

    Mais l'olybrius en question ne daigna même pas m'adresser la parole. A sa voix de stentor doucereuse nous comprîmes pourquoi il avait été choisi :

      • Petites filles, sortez vite des mains de ces voyous, ce sont des méchants, le Président très gentil a une myriade de cadeaux pour vous, une dînette, des gâteaux, des peluches, des livres de coloriage, une télévision grand-écran pour regarder les dessins animés...

    Il n'eut pas le temps d'achever, les deux mignonnettes lui crièrent :

      • On s'en fout, on veut Crocodile !

    Et sur ce, visiblement inspirée par on ne sait qui, Marie-Sophie ajouta :

      • Pfft ! Des trucs de bébé, on aurait préféré les œuvres complètes d'Aristote !

    Dépité, l'étamine en berne, l'émissaire rejoignit le Président, qui entra dans une vive colère, le traita d'incapable, lui cassa la hampe de son drapeau sur la tête, et fit un signe à un autre sous-fifre qui se précipita pour lui parler à l'oreille. Le conseiller devait lui communiquer une idée excellente, car le visage du Président se détendit et finit par s'illuminer, il se mit à tapoter gaiement le blindage d'un char d'assaut tout en sifflotant un air que nous pressentions guilleret. Je refermai la porte et me retournai vers mes camarades.

    INTERLUDE 2

    Le Chef allumait un Coronado avec cet air pénétré qu'il arborait chaque fois qu'il se livrait à cette délicate et essentielle occupation mais ce fut Alfred qui attira mon attention, le portable à la main, il semblait en proie à une hallucinante danse de Saint-Guy :

      • Dernières nouvelles, j'ai envoyé par E-mail mon article sur le concert de Darky et les évènements qui ont suivi, directement sur le poste de commandement des rotatives de l'imprimerie, le numéro ne fait qu'une page, mais on se l'arrache dès que les voitures de Match s'arrêtent sur les ronds-points pour les distribuer, les gens qui n'en ont pas deviennent fous de rage, endossent des gilets-jaunes et commencent à tout casser dans Paris en demandant la démission du Président, ah attention un nouveau message sur le portable, je mets le son, écoutez tous, sans doute le patron qui m'envoie une augmentation de salaire, Youppie !

    Mais ce n'était pas ça du tout.

    INTERLUDE 3

    Une voix déchirante s'éleva :

      • Allo, mes chéries, c'est Maman, avec Papa. Ce matin vous n'étiez pas à la maison quand nous nous sommes levés, on vous a cherchés partout, et puis un envoyé du gentil Président est arrivé pour nous apprendre que vous avez été menées ici par un chien féroce – Molossa ne put retenir un ouaf ! sonore en entendant parler d'elle – mon Dieu, mes chéries, cette bête est à vos côtés, prêtes à vous mordre, sortez-vite, rejoignez-nous, nous sommes à côté du gentil Président.

      • Oui sortez – c'était le père – sinon vous aurez martinet, et pain sec à l'eau de vaisselle pendant huit jours !

      • Par contre si vous sortez tout de suite, nous irons au restaurant manger des frites avec les doigts, et puis allumer un cierge à l'église pour Crocodile, nous l'aimions si fort !

    La mère éclata en sanglots mais la réponse des petites filles ne se se fit pas attendre :

      • Non on reste ici avec Damie et Molossa, elle ne mord que les méchants – un énorme GRRRRRRR ! de Molossa confirma – c'est trop marrant, le Chef nous passe des Coronados en cachette, et Popol nous a fait goûter le Moonshine Polonais. C'est trop bon !

      • Mon Dieu, mes Chéries !

      • Non, non et non, on s'ennuie à la maison, vous ne faites que pleurer et prier sans arrêt, ici on s'amuse !

    Il y eut un cri déchirant et la conversation s'interrompit.

    REVELATIONS SENSATIONNELLES

    Durant deux heures il ne se passa rien de notable. Nous en profitâmes pour nous restaurer, nous en étions au café-tracteur ( suivi de trois remorques-citernes de Moonshine ) lorsque une certaine agitation se produisit dans le camp adverse. Il était évident qu'un nouvel événement se préparait. Des caméras de télévisions se rapprochèrent de la façade de chez Popol, des perches de micros surgissaient de partout, on déroula un tapis rouge, on apporta un micro, devant lequel le Président se plaça. Durant toute son allocution, il ne nous présenta que son derrière maigrelet.

      • Françaises, Français,

        La gravité de l'heure m'oblige à prendre la parole. De terribles évènements secouent notre pays. Je ne parle pas de ces gens qui sont en train de mettre le feu à Paris, je n'ai pas encore compris pourquoi, non, c'est ici à Provins que se déroule la plus grande attaque dont notre pays se trouve être la proie. Depuis Clovis, depuis Charlemagne, et tous ses souverains glorieux, et tous ses dirigeants attentifs à sa perpétuation.

        Voici plusieurs mois, que nous avions décidé d'éradiquer la plus grande menace civilisatrice que l'Occident ait jamais connu. Cet ennemi, nous le connaissons, je le nomme avec horreur, j'aurais aimé que jamais ce mot ne franchisse mes lèvres, c'est le Rock'n'Roll. Un terrorisme d'un nouveau genre. Il s'insinue très sournoisement dans les cerveaux de nos adolescents et de nos enfants, il les pervertit, leur fait perdre le sens de nos valeurs sacrées et les rabaisse au niveau de l'animalité. Depuis plusieurs années nous avons tenté de l'arrêter. Nous avons fermé des centaines de salles de concerts, nous avons édicté des lois pour réduire le niveau sonore des prestations, nous avons créé un statut qui empêche les musiciens de vivre de ce qu'ils appellent leur art, nous les avons chassés des médias, mais rien n'y fait, ce chiendent prolifère. Nous sommes confrontés à une lèpre morale et auditive sans équivalent.

        Mais l'on ne tue un ennemi qu'en le frappant à la tête. Voici quelques années mon prédécesseurs avait réussi à couper celle-ci : le SSR, le Service Secret du Rock'n'Roll. Sans doute vous souvenez-vous de cette âpre bataille dites des Chroniques Vulveuses, mais la tête de l'hydre a repoussé. Nous lui avons tendu un piège machiavélique, nous avons feint de pactiser avec elle afin de le localiser, mais le serpent immonde nous a plusieurs fois glissé entre les mains. Une bête venimeuse qui ne respecte rien, qui n'hésite pas à tuer pour parvenir à ses fins ultimes qui ne sont autres que l'asservissement de notre nation millénaire, à une musique sauvage et indocile.

        Toutefois nos efforts et notre persévérances parviennent enfin tout près du but. Nous sommes prêts à les écraser. Ils sont là derrière moi, dans ce misérable café, il ne me reste qu'à ordonner à nos valeureux commandos de lancer l'assaut et à nos blindés d'écraser sous leurs obus et leurs missiles, leur dernier réduit. Ils sentent leur dernière heure arriver, ils tremblent, ils n'ont même pas le courage de m'abattre dans le dos, j'en prends à témoin, la France toute entière. Peut-être vous demandez-vous pourquoi je tarde alors qu'il ne me reste qu'à abaisser le bras pour commander leur destruction immédiate. Je me sens le devoir de vous le révélver, mais sachez que lorsque j'aurai terminé de lire le document que je tire de ma poche, vous me comprendrez et me pardonnerez ce léger retard.

        ( A Suivre. )

  • CHRONIQUES DE POURPRE 376 : KR'TNT ! 396 : SHEL TALMY / DON BRYANT / LAZURITE / ACROSS THE DIVIDE / OUT OF MY EYES / REDEEM REVIVE / / ROCKAMBOLESQUES ( 10 )

    KR'TNT !

    KEEP ROCKIN' TILL NEXT TIME

    A20000LETTRINE.gif

    LIVRAISON 396

    A ROCKLIT PRODUCTION

    LITTERA.INCITATUS@GMAIL.COM

    07 / 12 / 2018

     

    SHEL TALMY / DON BRYANT / LAZURITE

    ACROSS THE DIVIDE / OUT OF MY EYES

    REEDEEM/REVIVE

     

    Talmy ça où ? - Part Two

    z5604dessintalmy.gif

    Shel Talmy s’installe dans l’actualité et c’est tant mieux. Il vient d’autoriser l’accès à ses archives. C’est Alec Palao qui se charge de l’inventaire. Pauvre Alec ! Il vient tout simplement d’entrer dans la caverne d’Ali-Baba. Rien n’est plus dangereux pour l’équilibre mental d’un amateur de British beat. Dans Shindig, Alec Palao avoue qu’il est devenu fou. Mais vraiment fou. Il n’a pas l’air de plaisanter :

    z5624bisshindig.jpg

    — Jamais vu ça de ma vie ! Jamais ! Vous n’imaginez pas ! Des inédits ! Des bombes ! C’est dingue ! Complètement diiiiiiingue ! Ahhhhhhh c’est diiiiiiiiiiiigue ! Arrrrrrhhhhhhhhhh !

    Et il se roule par terre. Il se redresse péniblement pour gueuler encore une fois :

    — C’est dingue ! Diiiiiiingue ! Complètement diiiiiiiiiiinnnngue !

    Et il replonge dans une crise d’extase carambolique.

    Voici quelques mois, on saluait dans ‘Talmy ça où - Part One’ la parution d’un premier shoot compilatoire intitulé Making Time. Cette fois Alec Palao nous annonce la parution de TROIS nouvelles compiles, covering the beat, the mod/R&B and girl genres. Diiiiiiiiiiiiiiiiingue !

    z5626makintime.jpg

    Dans l’interview qui accompagne les éructations psychotiques d’Alec Palao, Shel Talmy rappelle qu’il ne comptait pas s’installer en Angleterre, en 1962. Il était en vacances pour quelques semaines. Et quand l’un des journalistes de Shindig fait allusion à son problème de vue, Shel Talmy lui rétorque poliment que ça ne le regarde pas - My eyesight problem is and has always been personal and would appreciate it remaining that way - On appelle ça recadrer poliment.

    z5633thewho.jpg

    On l’amène forcément à revenir sur l’incident qui a mis fin à sa collaboration avec les Who qu’il avait pourtant lancés : «Lambert et Stamp ont tout simplement déchiré mon contrat. Ils ne savaient pas que j’avais financé les sessions des Who. On avait fait des hits ensemble. Je n’ai jamais eu de problèmes avec les musiciens. Les problèmes viennent toujours des managers.» Kit Lambert voulait produire les Who. Bon alors produis-les, mon gars. Même question concernant les Kinks. Shel Talmy fait à peu près le même genre de réponse : «C’est encore plus simple. Notre contrat arrivait à terme et Ray voulait produire.» Bon alors produis-toi, mon gars. Séparation amicale. Parmi les autres géants de cette terre qu’aida Shel Talmy, on trouve aussi Lemmy, au temps des Rockin’ Vickers : «Ils étaient fantastiques. Ils auraient dû avoir plus de succès.»

     

    z5628bestproduction.jpg

    Shel Talmy fonde Planet Records, mais un mauvais arrangement avec Phillips l’oblige à fermer boutique en 1966. Ouf on l’a échappé belle, car on aurait vu pulluler sur nos étagères des milliers de disques supplémentaires. Merci Phillips d’avoir coulé Planet Records. Rusés comme des renards du désert, les journalistes de Shindig font ensuite remarquer à Shel Talmy qu’il était l’un de rares producteurs à laisser les groupes jouer fort en studio. Évidemment, leur répond l’intéressé, puisqu’il cherchait à capturer le feedback - I liked my records to be the most present (okay, loud !) when played - et il ajoute avec un petit sourire en coin : «Call it contained implosion.» (Vous pouvez appeler ça de l’implosion en boîte). Et parmi les loudest de ses clients, Shel Talmy cite les Who et les Creation. Quand il évoque les Easybeats, il raconte qu’ils débarquaient avec des tas de chansons - I didn’t hear a hit until Friday On My Mind - Eh oui, Shel Talmy bosse comme Sam Phillips : «Qu’as-tu à me proposer, mon gars ?» C’est Shel qui shait, pas le groupe. Et ça vaut aussi bien pour les Easybeats que pour Johnny Cash. En clair, ça veut dire que sans Shel Talmy et sans Sam Phillips, pas d’Easybeats ni de Johnny Cash ni de rien de tout.

    z5625easybeats.jpg

    Dans les années soixante-dix, Shel Talmy va aussi travailler avec des gens moins connus, comme Chris White, Fumble ou encore The Sensational Alex Harvey Band. Il garde aussi un bon souvenir des Damned dont il produit «Stretcher Case Baby» et de Rudi Protudi pour lequel il produit l’In Heat des Fuzztones. Il trouvait Rudi ‘interesting’. Quand on lui demande qui sont ses meilleures no-hit productions, Shel Talmy cite en vrac les noms de Chris White, Small Faces, Bowie et Goldie & The Gingerbreads. Et quand ces fins renards de Shindig lui demandent quels sont les hits dont il est le plus fier, il cite en vrac : «You Really Got Me», «My Generation», «Making Time», «Waterloo Sunset», «Friday On My Mind», «Sunny Afternoon», excusez du peu. Puis il ajoute «Summer Song» de Chad & Jeremy et «Light Flight» de Pentangle.

    z5629gibson.jpg

    Planet Beat grouille aussi de merveilles inconnues. On comprend qu’Alec Palao soit devenu fou. Qui peut résister au killer solo flash que passe Little Jimmy Page dans le «Leave My Kitten Alone» de The First Gear ? Personne. En plus, c’est un first take qui date de 1964. Ce groupe de Doncaster est depuis longtemps retombé dans l’oubli, mais quel panache ! Par sécurité, Shel Talmy prévoyait toujours des pros pour jouer sur les démos destinées aux labels. Pour l’anecdote, le chanteur David Walton raconte que le jour de son arrivée dans le studio, trois musiciens qu’il ne connaissait pas étaient déjà installés : Bobby Graham (drums), Nicky Hopkins (keys) et Jimmy Page. On demanda au batteur et au guitariste de the First Gear de s’asseoir et de regarder. Inutile d’ajouter qu’ils faisaient la gueule. D’ailleurs, le groupe allait splitter peu de temps après. Mais Shel Talmy savait très bien ce qu’il faisait. Sans l’off-the-cuff guitar break de Jimmy Page, le single serait allé nulle part. On retrouve Jimmy Page sur le «Lucy» des Dennisons, une fantastique compo signée Pomus/Shuman. Quel son ! Personne ne se souvient des Dennisons, mais il est important de savoir qu’ils venaient de Liverpool. Tout aussi important : en 1963, Jimmy Page venait de s’acheter une fuzzbox et c’est elle qu’on entend dans le «See You Later Alligator» de Wayne Gibson. Fantastique chanteur que ce Gibson. Il est accompagné par le trio de choc Graham/Hopkins/Page, mais hélas, il ne parviendra pas à percer. Shel Talmy produisit deux singles des Zephyrs. Il chouchoutait ce groupe capable de jouer une pop urgente et pleine d’allant. Dans «There’s Somthing About You», on entend Mike Leave jouer un fantastique solo d’orgue. Avec l’«Everybody Knows» de Sean Buckley & the Breadcrumbs, on entre dans le territoire des grosses énormités poilues. Voilà un cut violent et mal famé, percé en plein cœur d’un killer solo flash de Jimmy Page, bien sûr. C’est du trash anglais à l’état le plus pur. Palao va loin dans le délire érudit, puisqu’il indique que cet «Everybody Knows» est une reprise d’un groupe de Nashville, the James Gang. On reste dans les virulentes énormités avec «I’m Leaving» by The Tribe, pur shoot de primitive r’n’b throwback. Un vrai coup de génie cracra. Comme Brian Jones, The Talismen venaient de Cheltenham et c’est encore Jimmy Page qui vient incendier le primitive beat de «Casting My Spell». Pure démence de la sentence. Par contre, ce n’est pas Jimmy Page qu’on entend jouer dans le «Black Eyes» des Hearts. Il s’agit du fingered Jim Duncombe, l’un des guitaristes les plus évolués de cette époque. Il faut avoir entendu ça au moins une fois dans sa vie. Quel son ! Le «Lonely Man» des Lancastrians est chaudement recommandé aux amateurs de pop miraculeuse, celle d’Ivy League et des Searchers : pur jus de dream pop à l’Anglaise, imbattable. Tiens, encore une belle énormité avec le «Talk To Me Baby» des Rising Sons, un groupe plein d’avenir qui allait devenir les mighty Unit 4+2. Autre groupe légendaire de l’underground Talmyque, voici The Untamed, avec «Kids Take Over», un fantastique slab de Mod jerk de cave joué sous le boisseau d’argent du big Shel. Ça groove encore plus que chez Alan Price, comme si c’était possible ! Le chanteur du groupe s’appelle Lindsay Muir et il faut l’entendre envoyer son anymore ! Anymore ! Tout ce qu’on aime sur cette terre.

    z5623planetmod.jpg

    Alors justement, on retrouve le gratin de Planet Beat sur Planet Mod : The Tribe et The Untamed. À commencer par deux coups du sort signés The Tribe : «Don’t Let It Be» et «The Gamma Goochie». Pur jus de Mod Sound, toute l’agressivité du teenage rampage accourt au rendez-vous. Sur «Don’t Let It Be», la basse dévore tout, crouch crouch, et avec le Goochie, ils sha-ma-la-mina-ouh-wah-ouh-wahtent la baraque à la glotte éraillée, c’est une d’une sauvagerie presque américaine, on croirait entendre les chicanos de Detroit, chikikkikichi ! Fameux ! Les Untamed attaquent leur triplette de Belleville avec «Daddy Longlegs», slab de Mod Sound sorti des soutes de Londonderry et relancé au petit riff acariâtre, ça colle bien à la peau, pas aussi explosif que les Who, mais pas loin. Que de son chez Shel ! Avec «I’m Leaving», les Untamed font le plein de Shel et Lindsay Muir mène le bal au singalong. Avec «I’m Going Out Tonight», on atteint le haut de gamme. Muir chante comme un dieu, yes I am now. C’est lui la star de Planet Mod, il sonne comme un Soul Brother, il swingue sa Soul à l’abattage. S’il faut suivre un groupe, c’est bien les Untamed. Le problème, c’est que tous les groupes qui débarquent chez Shel veulent sonner comme les Who, ce qui est aussi le cas de The New Breed. Ils grattent comme des cons et laissent planer le doute - God was on my side - c’est bien énervé, mais le chanteur n’est pas bon. Par contre, John Lee Hooker ne cherche pas à sonner comme les Who. Il n’est pas surprenant de voir Shel accueillir un géant comme Hooky. C’est du son gagné d’avance.

    z5630malee.jpg

    En réalité, l’arrivée d’Hooky en studio à Londres résulte d’un accord passé entre Don Arden et Shel. Don Arden supervisait les tournées des grands artistes américains en Angleterre et organisait parfois des sessions d’enregistrement. On voit bien qu’avec «Mai Lee», Hooky drive son truc. Il n’a besoin de personne en Harley Davidson. C’est sa vie et ça s’entend. Par contre, ce n’est pas Hooky qui chante «Over You Baby» avec John Lee’s Groundhogs, mais ‘John Lee’ Cruickshank, le frangin du bassman Pete. Les Groundhogs nous sortent là du pur jus de club craze, gratté à la spartiate par un Tony McPhee qui ne rêve que d’une chose : revenir au blues. On le retrouve dans «I’ll Never Fall In Love Again». Il y croit dur comme fer, il passe un fabuleux shake de solo en sous-main. On sent naître la légende. Tiens, voilà encore un single extraordinaire : «Take My Trip» de Kenny Miller. Non seulement c’est embarqué au groove de basse, mais en plus, ça sent bon le vieux club privé. Kenny Miller nous chante ça du coin des lèvres. Quelle bonne affaire ! On découvre là un admirable performer et un jive d’une considérable énergie. Autre surprise de taille et d’estoc, «Too Much Of A Woman» par les Corduroys. Très white niggers, énorme présence, pur jus de London Mod Mop de move avec un son de basse dément. Merchi Shel ! C’est lui qui est derrière toute cette modernité, toute cette acuité du son, tout ce punch sonique et tout cet écho blast. Avec «Goodbye Girl», les Preachers sonnent plus classiques mais ils swinguent leur shoot de shit à la vie à la mort, on a même un solo de sax et une bassline à la Chas Chandler, entreprenante et volubile. Un vrai festival ! Comme Shel devait se régaler, avec tous ces one-shots. Ce genre de compile vaut bien une caisse de dynamite. On trouve aussi l’un des combos phares de Shel, Goldie & The Gingerbreads. Mais Goldie ne chante pas sur cet heavy rumble qu’est «The Sky». On voit aussi The Thoughts reprendre le «Pretty Girls» des Easybeats, mais autant écouter les Easybeats. Si on retrouve Screamin’ Jay Hawkins sur Planet Mod, c’est aussi dû à un accord passé entre Shel et Don Arden. Mister Big avait organisé des sessions d’enregistrement à Abbey Road.

    z5631jayhawkins.jpg

    Ce sont les fameuses Planet Sessions que Shel va éditer un peu plus tard sur l’album The Night And Day Of Screamin’ Jay Hawkins. On y retrouve un Screamin’ Jay moins boogaloo qu’à son habitude, mais sa version de «Stone Crazy» est une pure merveille de Mod jazz. C’est littéralement bardé de son. L’autre grosse surprise de cette compile est le «Life’s Too Good To Waste» de Tony Christie & the Trackers. Une vraie voix. Présence extraordinaire, même si c’est un brin festif. Ce mec chante à la force de la majesté. Il sonne comme un Lord. C’est l’une des grandes gueules de la pop anglaise.

    Signé : Cazengler, Shel et poivre

    Planet Beat. From The Shel Talmy Vaults. Ace Records 2018

    Planet Mod. From The Shel Talmy Vaults. Ace Records 2018

    Anyway Anyhow Anywhere. Shindig # 67 - May 2017

    Brillant Bryant

    z5603dessinbryant.gif

    L’impression de voir arriver sur scène une légende vivante ne trompe jamais. On sait peu de choses de Don Bryant mais on sait tout de suite qu’il va faire le show. Après l’instro d’intro des Bo-Keys, une ovation salue l’arrivée de ce vieux pépère noir à cheveux blancs.

    z5607seul.jpg

    Assez court sur pattes, il porte une veste à fleurs et lève les bras au ciel pour capter le souffle de l’ovation. Son visage se fend d’un immense sourire. Oh ce n’est pas n’importe quel sourire. Il s’agit du big grin de Soul Man du Deep South, celui qu’on voyait jadis éclater sur les visages ruisselants d’Otis ou d’Al Green.

    z5605phot1+1.jpg

    Don Bryant attaque son set d’une voix extraordinairement intacte avec ce vieux hit torride d’O.V. Wright, «A Nickel & A Nail». Il tape ça à l’arrache des géants de la Soul. Comme Sharon Jones, il perpétue la tradition d’une hot Soul sixties, celle qui se danse des hanches et qui rend la vie si belle. Avec Don Bryant, la Soul reprend des couleurs. Le gospel batch remonte à la surface de ses échappées belles, comme chez Ray Charles, et il peut se montrer aussi hargneux que Sam & Dave lorsque le beat palpite sous la ceinture, comme c’est le cas avec «Something About You».

    z5609vued'ensemble.jpg

    Et quel beat, baby ! Cette section rythmique de rêve renvoie forcément au team Al Jackson/Duck Dunn, la dynamo des MGs. Scott Bomar et un fantastique batteur black nommé David Mason drivent si bien le set qu’ils recréent la magie d’un groove qu’on croyait disparu. Avec leurs cuivres, Kirk Smothers et Mark Franklin renforcent encore l’illusion, eh oui, on croirait entendre Wayne Jackson & the Memphis Horns, ils jouent dans l’esprit de surchauffe staxy. C’est un véritable retour aux sources. Fantastique shoot de Soul que cet «One Ain’t Enough», and two two is better, Don Bryant descend dans les tréfonds du groove pour hipper son shake pendant que Scott Bomar digonne impassiblement ses doublettes, dressé comme une statue de sel.

    z5610guit+chant.jpg

    Pour les amateurs de Memphis Soul, c’est le paradis sur terre. Don Bryant fait même passer un message avec «Don’t Give Up About Love». Il faut entendre Love au sens universel du terme, bien sûr. Il termine avec un enchaînement de classiques, «Everything’s Gonna Be Alright» et le fameux «Can’t Stand The Rain» d’Ann Peebles. Serrez-lui la main, surtout, il vous transmettra quelque chose d’assez puissant.

    z5608+public.jpg

    Pour le situer rapidement, Don Bryant fait partie des survivants de l’âge d’or du big Memphis Soul. Il a travaillé toute sa vie en tant qu’interprète, puis compositeur/producteur avec Willie Mitchell, chez Hi, le deuxième grand label Soul de Memphis, après Stax. Don n’a pas enregistré grand chose, juste deux albums (dont un l’an passé) et une poignée de singles qu’on trouve sur des compiles. Il est aussi le mari d’Ann Peebles, qui fit avec Al Green et Syl Johnson le prestige d’Hi Records.

    z5635dos.jpg

    Quand on retourne la pochette de l’album de Don Bryant paru en 2017, Don’t Give Up On Love, on tombe sur un beau portrait de Don Bryant, 76 ans. Il est un peu plus jeune qu’Eddie Floyd (81 ans). Il ressemble aussi beaucoup à Furry Lewis. Évidemment, c’est Robert Gordon qui rédige les liner notes. Aujourd’hui, qui d’autre que ce spécialiste d’Hi et d’Al Green pourrait le faire, maintenant que Dickinson a disparu ? Dans son hommage, Robert Gordon souligne deux choses fondamentales : un, Don chante le gospel dès l’âge de 5 ans au Memphis’ Carnegie Church Of God In Christ et deux, il va chanter plus tard avec Willie Mitchell au Danny’s Inn de West Memphis. Don fut à l’époque le lead du Willie Mitchell Orchestra, le fin du fin. Gordon va très loin dans son approche, puisqu’il indique que Don Bryant ralentit la Soul pour la rendre plus profonde. Il rappelle aussi que Don a lancé Ann Peebles chez Hi, qu’ils ont co-écrit ensemble le smash «Can’t Stand The Rain» en 1973 et qu’ils se sont mariés l’année suivante.

    z5621dernierdisque.jpg

    Comme le set, l’album Don’t Give Up On Love s’ouvre sur «A Nickel & A Nail», le vieux hit d’O.V. Wright. On comprend immédiatement que Don est un shooter issu du sérail des églises de gospel. Une effrayante machine Soul se met en route. Pur jus d’overdrive, avec une voix de shooter par dessus les toits - My friends Lord/ They just don’t know - Il chante à la vieille arrache. Il peut screamer et s’inscrire à la suite dans le groove. Il enchaîne avec un turbo-r’n’b qui s’appelle «Something About You». Il sonne comme James Brown, à coups d’aïie ! Il faut aller chercher «How Do I Get There» pour renouer avec l’émotion. C’est du gospel d’esclaves. Don enchaîne ça avec «One Ain’t Enough», une superbe dégelée de modern Soul, mais avec la patine du Hi Sound System. Il fait du neuf avec du vieux et ça tourne à l’énormité. Quand il fait de la Deep Southern Soul, il peut être aussi brillant, c’est le cas avec un «First You Cry» qui transperce le cœur du lapin blanc. Il y a quelque chose de l’ordre de la clameur dans sa voix. Il fait du church blast d’origine profane. Il repend aussi l’«I Got To Know» qu’il avait composé pour les Five Royales. Quel extraordinaire Soul man ! Avec «Can’t Hide The Hurt», le Memphis Sound is alive and well, ce grand mélange de Soul et de blues, de raw et de smooth. Il termine avec «What Kind Of Love», vieux coup de r’n’b chanté sous le boisseau. Don Bryant est effarant de présence. Il jerke sa Soul avec une énergie qui en dit long sur sa grandeur d’âme. Robert Gordon résume bien la situation : «It’s completely new with an old soul.» Et il ajoute pince sans rire : «Did you grab your boogie shoes or a handkerchief to wipe away the tears ?» Alors, tu danses ou tu chiales ?

    z3622cominstrong.jpg

    Il existe quelques compiles Hi de ses débuts, comme par exemple ce Comin’ On Strong paru en 1992. Le petit conseil qu’on pourrait donner aux becs fins serait de se jeter dessus. C’est excellent. D’abord dix morceaux lents, puis dix hot shoots de r’n’b. Don est jeune quand il chante «I’ll Do The Rest». Il chante sur la pointe des pieds, comme Al Green. On est chez Willie Mitchell, et le son revêt un caractère très particulier. On peut parler d’une énergie du son. «The Lonely Soldier» est torride à souhait, hanté par une guitare fantôme. Don brame sa détresse. Il reste dans le heavy slow pour «The Call Of Distress» et son «I’ll Go Crazy» n’est pas celui de James Brown. On l’entend remonter le courant du slowah comme un saumon du Tennessee. Tout est superbement arrangé, et on imagine aisément que James Hunter a dû beaucoup écouter ce son si particulier. Et pouf, ça se met à chauffer avec «I Like It Like That», admirable pulsion d’Hi. Il enchaîne avec un «My Baby» râpeux et jouissif, gonflé de vie, un vrai jerk de fête foraine. Il tape l’«Everything Is Gonna Be Alright» qu’il reprend aujourd’hui sur scène au Shotgun de Jr Walker. Joli pompage. Puis avec «The Glory Of Love», il fait délibérément du Stax. On note son effarante classe dans «Coming On Strong», chef-d’œuvre de Soul psyché bardé de chœurs géniaux. C’est un son unique au monde. Don sait donner de sa personne comme on le voit avec «Can’t Hide The Hurt». Son r’n’b rampe sous le tapis, sur fond de groove algébrique. Il va de performance en performance. Pas moyen d’échapper à son emprise. Il fait un clin d’œil à Smokey avec une cover de «Shop Around», il la bouffe toute crue. Don finit par prendre le contrôle du Hi Sound System avec «What Are You Doing To My World». Que de puissance dans un seul petit bonhomme !

    z3621precious soul.jpg

    Precious Soul est un album de reprises qui date de 1969. Sur la pochette, Don Bryant ressemble à James Brown. Et tiens toi bien, il y sonne aussi comme James Brown, dont il reprend le «Try Me» - I say you tried James Brown - mais il sonne aussi comme Mr Dynamite sur «Expressway To Your Heart», qui fut un hit pour les Soul Survivors en 1967. Don Bryant y reprend les rênes de la Philly Soul de Gamble & Huff et y screame comme un beau diable. L’album est marrant car il se compose d’une B lente et d’une A dansante, comme les Formidable Rhythm & Blues d’Atlantic. Alors, si on se penche sur le cas de l’A, attention aux yeux ! Dès «She’s Looking Good», Don Bryant sonne les cloches avec une niaque qui vaut bien celle de Wilson Pickett ou encore Sam & Dave. Il est aussi hot and sharp que le bad bad boy Pickett - Looking good/ Just like I knew that you would - Il n’a pas non plus de problème pour retapisser «Soul Man». Il y rivalise d’ardeur pentatonique avec Sam & Dave, il swingue son Sam et il charcle son Dave d’un seul coup de dent, avec toute la niaque surnuméraire de Wicked Pickett. Tiens, puisqu’on parle de Wilson, voilà «Land Of 1000 Dances». Eh oui, Don Bryant tape dans l’intapable, aucun problème, mon gars, on va t’arranger ça, waoouuuuh ! Et Mabon Hodges nous gratte ça si sec. Autre surprise de choc avec une version spectaculaire de «Funky Broadway», une version ultra Hi. Don Bryant y met toute la retenue dont il est capable et ça change la donne. Autre belle reprise de taille : l’excellent «(You’re A) Wonderful One» de Marvin Gaye, monté sur une progression à la High Heel Sneakers. This is a Don Bryant special ! Et Mabon Hadges joue le riff avec l’appétit d’un carnassier. Pur jus d’Hi !

    Signé : Cazengler, Don Brillantine

    Don Bryant. Le 106. Rouen (76). 29 novembre 2018

    Don Bryant. Precious Soul. London Records 1969

    Don Bryant. Comin’ On Strong. Hi Records 1992

    Don Bryant. Don’t Give Up On Love. Fat Possum Records 2017

    02 / 12 / 2018LE MEE-SUR-SEINE

    LE CHAUDRON

    LAZURITE / ACROSS THE DIVIDE

    OUT OF MY EYES / REDEEM/REVIVE

    Z5638AFFICHE.jpg

    Erreur fatale ce jeudi. M. S. T. à Fontainebleau. Je ne connais point, mais l'ami Jean-Jacques est formel : avec un nom comme ça, ce sont sûrement des punks. Je ne lui donne pas tort. Me suis trompé sur toute la ligne et beaucoup plus grave de ligne. Le shoot de Maladie Sexuellement Transmissible c'était le 21, pas le 29. Ce soir-là, c'était le Trio Celtic Band. Davantage une bande – z'étaient six au coin de la cheminée – qu'un trio, sympathiques avec un joueur de pipeau infatigable, et un organiste pour étoffer le son, j'ai poliment écouté le premier set et j'ai dégagé en râlant. Je l'avoue bêtement, j'ai des préventions folk, je le trouve trop bavard. Le reste de la semaine coincé par d'autres convulsions à voir trente six mille étoiles, plus une, située à la perpendiculaire parisienne. Bref pas de concert, cette semaine. Une malédiction, les dieux allaient-ils m'abandonner ! Dix neuf heures, Hermès le messager me prévient, le metalcore remet la marmite à vingt heures au Chaudron. Je saute illico dans la teuf-teuf bolide qui bondit comme Jolly Jumper. Rien à dire, je suis lucky.

    Trois groupes plus une exposition photos. De quoi rendre un rocker heureux.

    ART'CORE / LAZURITE

    ( Exposition photographique )

    z5646art'core.jpg

    Lazurite, les kr'tntreaders connaissent. Souvent elle nous a permis d'illustrer nos chroniques de ces photos, nous les créditons alors sous l'appellation ( de son facebook ) de Mlle Lazurite. Il est facile de rencontrer Mlle Lazurite, vous ne pouvez manquer sa longue chevelure blonde et son appareil photo et la grâce avec laquelle elle virevolte autour des groupes de metalcore qui transitent dans le sud de la Seine & Marne. Elle voltige de tous bords, devant la scène et backstage, elle n'est pas du genre à mitrailler à tout-va, elfe intrépide et bondissant elle sait choisir ses angles d'attaque. Elle donne l'impression de pressentir l'instant décisif où le cliché ne sera pas une simple vue mais l'expression essentialisée de ce moment magique où la chose représentée n'apparaît plus en tant que simple description d'elle-même, mais en tant qu'image-signe qui vous interpelle et vous révèle la profondeur d'une réalité qui vous force à darder votre regard au-delà de la frivolité des apparences.

    Z5642LAURA.jpg

    ( photo : Jordan Darey )

    Mlle Lazurite ne prétend à rien. '' Je fais de la photo par passion uniquement, je ne suis pas photographe'' ose-telle dire dans sa présentation. Dans la même optique elle se contente de photographier les groupes qui partagent ou traversent les cantonnements géographiques de son propre lieu de résidence. Dans la série I support my local scene, il est difficile de faire mieux. Les groupes de par ici ne sont pas fous, savent qu'ils ne trouveront jamais meilleure représentation d'eux-mêmes, ils lui demandent souvent de couvrir leurs concerts. Autant la prier de chevaucher le tigre. Il y a une violence et une démesure dans l'esthétique du hardcore. N'importe qui peut prendre une photo – la plupart ne s'en privent pas – mais si vous désirez que les grands fauves en liberté sur leur terrain de chasse s'en viennent manger dans votre main, l'appareil ne suffit pas. Mlle Lazurite possède l'œil orphique, capable de capturer la beauté sauvage du rock'n'roll en pleine liberté.

    L'exposition se compose de vingt-quatre photographies, toutes prises dans différents concerts au Chaudron, ces deux dernières années. Nous-mêmes y avons parfois assisté et les avons-nous chroniqués. Vous en connaissez quelques uns : Anvil, Pogo Car Crash Control, Nakht, FRCTD, Aqme, Beast, Atlantis Chronicle...

    Z5643JORDAN.jpg

    ( Betraying The Martyrs )

    Il existe au travers du monde des milliers de photographies de concerts de rock. Pour la plupart elles souffrent d'un gros défaut. L'on n'entend pas la musique. Laissons de côté les milliers de vidéos qui dans quatre-vingt dix-neuf pour cent des cas ont une épaisseur sonore indigente. Il ne s'agit pas ici de jouer sur les paradoxes. C'est un vieux problème. Le lecteur curieux se rapportera aux écrits et déclarations théoriques de Stéphane Mallarmé sur la supériorité sonique de la poésie par rapport à l'intumescence orchestrale wagnérienne. De toutes les manières l'on ne peut qualifier une chose que par ce qu'elle n'est pas. Mlle Lazurite excelle en cet art. Le rock est musique, mais le rock est avant tout une attitude. Un art de vivre. De haute flamboyance.

    A première vue et en caricaturant il n'y a que des hommes et des guitares sur ces clichés. Mais cela est pratiquement superfétatoire. Avant tout il y a des postures et des positions. Des postures physiques et des positions métaphysiques. Mlle Lazurite est une fée objectivisante, elle fixe le mouvement dans son surpassement. L'image n'est que le point d'une asymptote proliférante de par son immobilité même dont la prégnance lazuritienne vous permet d'entrevoir l'idéalité de la courbure qui vous mène d'ici à l'ailleurs.

    Je n'en décrirai qu'une. Je ne l'ai pas choisie. Le sort et la fortune en ont décidé ainsi. Tombola à un euro, j'ai hérité de la photographie de Charlotte Aqme, bassiste du groupe Aqme. Qu'y voit-on ? Rien, qu'une guitare et une fille. Deux objets ( dans l'acception philosophique du terme ), cela est amplement suffisant pour susciter le désir de musique et de fusion, le don et l'appel. Représentation d'une bassiste, par sa basse, la table en guise de bouclier protectif et l'effilé du manche en harpon prêt à attaquer le monde. Le metalcore est avant tout une musique agressive. L'on ne voit pas le visage de Charlotte obstrué par ses cheveux, elle n'est plus Charlotte mais Diane Chasseresse, Artémis souveraine, armée de sa guitare carquois, de sa basse flèche. Ses doigts retenus sur le cordier indiquent la précision et la préciosité de la visée. L'image rejoint le mythe, cher à Platon. Reste que la féminité de Charlotte n'en est pas moins affirmée par le bombement de ses seins qui suscite la courbe idéelle de l'arc de sa chair. Mlle Lazurite vous profile l'âme, l'arme et l'acmé de Charlotte et du metalcore par la simple exposition de détails symboliques que son œil a su saisir, et disposer, afin de figurer la signifiance du réel.

    Z5644SCORES.jpg

    Autre particularité des photographies de Mlle Lazurite. D'autant plus perceptible dans l'exposition qu'elle permet d'entrevoir beaucoup de clichés en grande dimension en même temps. De fait il n'y a aucune différence de perception entre le traitement du blanc & noir et de la couleur. Cette dernière n'ajoute aucune clinquance. Elle n'aguiche pas le regard, elle refuse de vous sourire. Tout comme son blanc & noir dédaigne de se la jouer dans le genre prétentieux. L'artiste ne cligne pas de l'œil, elle montre le monstre, et cela lui suffit. A vous de savoir voir. Et pourtant, il y a chez Mlle Lazurite des bistres démentiels et des mauves somptuaires. Pratique un filtrage alchimique de haut lignage dont elle garde le secret tout en l'exposant à la vue de tous. Tant pis pour les aveugles.

    Z5646ACROOS.jpg

    ( Across the divide )

    L'art de Mlle Lazurite procède d'une terrible exigence, celle de révéler la beauté convulsive du rock'n'roll et du metalcore à ceux qui sont dignes de la recevoir. Les photos de Mlle Lazurite palpitent à la manière des bleus intenses et profonds que sont les lapis lazuli qui irradient secrètement au plus fort de la nuit chaotique du monde.

    Damie Chad.

    N.B. : des centaines de photographies sur le FB : Mlle Lazurite. Plus qu'un témoignage, un regard.

    ACROSS THE DIVIDE

    Z5639ACROOS.jpg

    Sont tous les cinq figés en des poses hiératiques. Maxime Weber, les bras étendus en ailes de palmipède éployées, les jambes écartées de Régis Sainte-Rose dessinent un vaste arc-en-ciel hémisphérique, un sampler lyrico-tonitruant inonde la salle d'une profonde noirceur. Les deux guitaristes Jonathan Lefevre et Axel Biodore sont sur leur piédestal immobiles comme des statues de sel noir. Alexandre Lheritier se saisit de son micro et brutalement la voûte du ciel se fend en deux.

    Emporté, c'est le terme, vous êtes assailli d'une matière noire qui se referme sur vous. Une glue d'une extraordinaire densité dans laquelle vous devez vous frayer un passage. Across The Divide fore le tunnel. Vous n'avez que la voix stentorique d'Alexandre pour vous guider. Aux guitares Jonathan Lefèvre et Axel Biodore répandent de l'opacité mentale qui s'interpénètre en vous et étrangement cette musique brutale à angles droits et coupants devient intellectuelle. Une intelligence autre s'est emparée de votre cerveau et vous avez l'impression que vous pensez mieux, plus vite et plus juste que d'habitude. Une sorte de cocaïne à la puissance mille démultiplie l'acuité de votre perception, vous n'êtes plus vous, petit à petit vous éprouvez cette étrange sensation que vous devenez matière musicale que vous vous amalgamez à ce mur qui vous entoure et vous protège. Mystérieuse schizophrénie qui coagule en une seule coulée de lave sonore ce que vous êtes et ce que vous n'êtes pas.

    Et ces moments de repos, la musique tourne autour de vous comme des pales d'hélicoptères qui chercheraient à vous décapiter, vous aspirez à vous endormir dans ce vrombissement incessant... mais la donne change déjà, la pâte sonore se froisse comme un papier argenté de bonbon empoisonné. Vous n'êtes plus que concassage et marécage. Vous parvenez à vous extraire de vous-même et vos yeux sont happés par la scène, sont là tous les cinq dans leur assourdissance prophétique, le silence règne, ce n'est qu'une illusion, mais le bras de Régis en arrondi au-dessus du manche de sa basse, est-ce Sainte Cécile jouant de la harpe sur l'aile d'un ange ou l'aile blessée d'un albatros que le gouffre amer de la mer tempétueuse se prépare à avaler ? Across The Divide est une invitation aux voyages dans les pays du rêve et des cauchemars.

    Across The Divide déploie les tentures de l'angoisse du minuit. Ce cœur de l'obscurité, cet instant fatidique pendant lequel la nuit qui agonise laisse place à une autre nuitée encore plus longue. Peut-être existe-t-il un interstice, une jointure signe de brisure entre ces deux dalles funèbres, Across The Divide le laisse entendre mais vous pousse en avant, vous indique le passage mais vous interdit de faire halte afin d'en démasquer le système secret d'ouverture. Le son s'enserre autour de vous et s'insère en vous comme un poème funéraire, enfermé dans votre cercueil, il vous faut du temps pour comprendre et encore plus pour admettre que vous êtes en train d'entendre le requiem de vos obsèques. Lorsque la musique s'achève – le set a été somptueusement long – vous vous apercevez que vous êtes vivant. Tout juste si vous ne le regrettez pas. Troisième fois que j'entends le groupe, il a gagné en intensité et en cohésion. Des trois sets, il est celui qui s'est approché le plus d'une certaine idée liturgique de la beauté.

    OUT OF MY EYES

    Z5640MYEYES.jpg

    Sont tout contents. Viennent en remplacement de Resolve qui s'est désisté. Un batteur, deux guitares et un chanteur. Trois costauds et un petit. Mais dès qu'il a porté le micro à ses lèvres tout le monde a compris qu'il aboyait plus fort que le tonnerre. Pourtant derrière ils en font du bruit, remuent la tourmente bellement, tempête dans le désert et océan en furie. Mais ce n'est rien. Pas pour rien que leur dernier morceau s'appelle Anubis. Corentin Graveiro glapit entre les pyramides et des murailles de pierres s'écroulent sur vous. Même pas le temps de vous en rendre compte, c'est déjà fini. Un extraordinaire show-man qui se fout du spectacle. N'est pas là pour se faire valoir. L'est ici pour emmener le son à son plus haut point d'incandescence. Court partout. Difficile à suivre des yeux et tout à coup sans prévenir, il lui suffit d'un geste pour que tout s'arrête au dixième de seconde près. Ce n'est pas le silence, car les samplers règnent en bruit de fond, mais la rupture est là. Franche, nette sans bavure. Les morceaux ne sont jamais très longs mais quand ils stoppent c'est alors que l'impact déboule sur vous. Jusques à lors vous ne ressentiez que l'onde et maintenant le choc vous démantibule les neurones. Un trente-huit tonnes, freins serrés à mort et roues ancrées dans le goudron, mais que l'énergie cinétique de sa seule masse projette en avant. Un peu comme si l'irradiation atomique de votre volonté s'arrachait de vous et s'enfuyait par vos yeux.

    Corentin vous surprend toujours, jamais là où l'on l'attend mais d'une présence absolue. Porte le blouson et la hargne du rocker prêt à vous enfoncer encore la lame de métal de son cran d'arrêt dans votre moelle épinière pour mieux vous faire comprendre que la vie est une épine empoisonnée dont vous devriez vous méfier. Enchaîne les titres sans perte de temps, Og Gold, Renegade, Addictions, Ritual, laisse le temps à ses acolytes de tisser leur trame de fer. La batterie jouée comme à l'envers, comme s'il s'agissait non pas de sortir le son mais au contraire de l'enterrer, de l'effondrer dans des abysses souterraines sans fond. Le son capté selon une chute tonitruante, le bruit de l'engloutissement de la maison d'Usher à la fin du conte d'Edgar Poe, Out Of My Eyes joue sur l'ampleur focalisatrice du ressassement sonore sur lui-même, le serpent maléfique qui s'enroule sur ses propres anneaux, et Corentin le farfadet à haute voix qui s'en vient tuer le monstre. Le saisit à peines mains et l'étrangle avec le lacet de ses cordes vocales. Ce sont les cruelles meutes perverses d'Hécate qui hurlent au fond de son gosier.

    Rien ne dépasse. Une boule de feu noire refermée sur elle-même. Qui brûle sans flamme apparente. Combustion intérieure. L'ovni venu de nulle part qui se pose dans un champ de marguerites et stérilise la terre entière. Les guitares cisaillent les racines de la vie et aspirent l'oxygène que vous tentez encore d'inhaler, mais il est trop tard, Out Of My Eyes referme ses yeux et la couleur du monde disparaît.

    Un set relativement court, mais ô combien percutant. Genre de groupe qui s'impose par l'estime. Rien à reprocher. Vous laisse muets d'étonnement. Une démonstration. De ce qu'il faut faire si vous voulez parvenir à un maximal de cohérence et de reconnaissance. Séduisant et percutant. Boxe française.

    REDEEM/REVIVE

    Z5641SURVIVE.jpg

    Proviennent de Californie. Une véritable migration, six sur scène. Un drummer, deux chanteurs et trois guitares. Bien sûr qu'il y a un bassiste parmi elles, mais ça ne se voit pas et ça ne s'entend pas. Vous avez trois guitares, un point c'est tout. Qui jouent ensemble et pas à côté l'une de l'autre. C'est la différence de culture entre les amerloques et les frenchies. Ont des racines rock'n'roll que nos métalleux ne connaissent plus, nos formations se contentant de bâtir leur empire sonore sur les groupes préexistant à leur génération. Parfois de très peu de temps. La différence est éclatante ce soir, les ricains puisent aux racines, n'ont peut-être aucun mérite car ils en sont imbibés depuis leur enfance, et les grenouilles s'en tirent comme elles peuvent. Pas si mal que cela. N'ont pas reçu la substantifique moelle nourricière, alors ils la remplacent d'instinct par un certain esthétisme sonore. Sont en cela fidèle à leur provenance culturelle européenne. Suffit d'écouter le rock anglais pour s'apercevoir que les britihs quoique en partie épargnés grâce à leur transmission folklorique populaire ont engendré une pléthore d'artistes qui de Led Zeppelin à Bowie ont été longuement obnubilés par le traitement esthétique des formes musicales venues d'ailleurs qu'ils essayaient de s'approprier.

    Mais revenons à nos californiens en tournée en Europe. N'ont pas quitté la salle durant les passages des deux groupes précédents, visiblement intéressés et se lançant entre eux dans de longs commentaires que leur impossible accent rendait parfaitement inaudibles. Dommage, c'était le moment de se livrer à de l'espionnage industriel. Z'ont deux shouters, l'un blond, l'autre brun, l'un jeune affublé d'une tunique marquée en grosses lettres de l'inscription punkitozoïdale '' I hate everyone'', le senior d'une stature avantageuse qui hurle de toute sa voix. Se partagent les lyrics, le blondinet hélas mal desservi par un micro défectueux. Pas possible d'apprécier à leur juste valeur les jeux d'impédance de leurs deux timbres, la rugosité de l'un mise en valeur ( pour le peu qui fut audible ) par la blancheur déstructurante de l'autre. Embêtant certes, mais le reste de la formation tricote si bien que cela en devient quasi secondaire. Un maillage serré, nous tissent un superbe background d'une terrible efficacité. Un bel exemple d'adaptabilité aux circonstances. Quand le vent emporte la mâture, ce n'est pas bien grave, l'on sort les rames et personne ne verra la différence. Une belle leçon à méditer. Malgré les défaillances techniques, un set superbe.

    Damie Chad.

    ENCOUNTERS / ACROSS THE DIVIDE

    z5634dicvide.jpg

    Enigmatique pochette. Un ciel terrestre, couleur croûte, seule une lueur orange éclaire quelque peu un profil de montagne, sur un mamelon se dessine une solitaire silhouette trop grande peut-être pour être humaine, au dos de ce double feuillet qui sert de livret intérieur, un paysage de même type s'offre à notre vue, la voûte non étoilée présente toujours la même couleur brune si ce n'est qu'un trait jaune et blanc semble la dernière marque d'un soleil en train de s'effondrer. Le dos du boîtier semble plus rassurant, un paysage se dévoile, est-ce un fleuve ou une piste d'atterrissage, dans le ciel marron est tracée une étrange constellation qui semble représenter un pantin en marche, maladroit dessin tracé à la règle par un enfant géométrique. Le CD et le fond sur lequel il repose évoque un kaotique paysage lunaire.

    Intro / Forgive me ( Fear and Fallen Part 1 ) / A tale / The mirror / Sail away / Defenseless / Carry on / Lies / Succeeders ( Fear and Fallen Part 2 ) / Repent / Dull / Unfalling grace / My last dawn : treize titres à entrevoir comme un seul oratorio crépusculaire. Avec cette incertitude que le crépuscule du matin vous libère de la nuit et celui du soir vous y emmène. La musique d'Across the Divide oscille entre ces deux postulations, celle de l'éveil et celle de la menace. L'intro résonne comme un coup de trompette mécanique qui ne laisse présager rien de bon, et rien de mauvais. Il y a deux voix – et peut-être deux voies – celle qui grogne, le loup dans sa tanière, le sanglier dans sa bauge, la brute en vous, et l'autre plus fine, celle du chien qui s'efforce à ressembler à l'homme que nous portons en nous. Une alternance, le noir charbonneux et des éclairs de lumière. Across The Divide a mis la machine en marche, celle qui émiette l'aube et qui en même temps fragmente la nuit. Rythme rapide et intraitable, parfois vous avez l'impression que l'on allège le son pour prendre de la hauteur, mais très vite on remplit les cales de lest pour mieux toucher le fond. Deux voix et pas vraiment un dialogue, l'impression d'une solitude tour à tour insupportable et festive. Se répondent comme l'écho qui se répercute mais qui revient au même, se mirent en elles-mêmes comme si la traversée du miroir était une parallèle infinie. C'est pourtant l'opposition de ces deux timbres, l'un clair de lune, et l'autre face cachée, qui imposent le tempo. Accélérations de vomissures, et dégueulis de yaourt sonore pour l'une, et réminiscence d'une certaine sérénité perdue, mais pas oubliée, pour l'autre. Peut-être parce qu'il est plus difficile de se rencontrer soi-même que de croiser ses congénères. Une musique pour ainsi dire sérielle qui se perd dans le mouvement infini de ses notes bâties comme une succession d'alvéoles solitaires. Across The Divide sonne le glas – froid et glissant – de la partition individuelle. Difficile de recoller ses propres morceaux et de s'en aller tout guilleret gambader sur la voie lactée. Nous sommes un puzzle de sauvageries inouïes et de fragilités innocentes. Parfois la musique d'Across The Divide s'abandonne sur des plages de pur lyrisme et parfois elle s'engouffre dans des cul-de-sacs labyrinthiques. Mais nous savons où elle nous mène. Au bout de nous-mêmes. Peut-être pas le meilleur endroit où il fasse bon vivre. C'est à vous d'en juger. Une superbe réussite.

    Bonus Tracks : The mirror ( Trap version ) / Worthless : ( Rose Thaler remix ) : il semblerait qu'Across The Divide, ait voulu nous quitter sur une note plus sereine. Un peu comme s'ils voulaient se faire pardonner la transparente noirceur de leur vision existentielle qu'ils viennent de nous exposer. Ces deux versions sont rassurantes certes, mais l'attirance des gouffres intérieurs, quoique dangereuse, est autrement plus fascinante.

    Damie Chad.

    ROCKAMBOLESQUES

    FEUILLETON HEBDOMADAIRE

    ( … le lecteur y découvrira les héros des précédentes Chroniques Vulveuses

    prêts à tout afin d'assurer la survie du rock'n'roll

    en butte à de sombres menaces... )

    EPISODE 10 : LE BOUT DU CHEMIN

    ( adagio angoissono )

    z4768molossa.jpg

    Au même instant je perçus un léger tapotement amical sur mon épaule droite, je me retournai et me trouvai illico face à face avec Alfred. L'était suivi par une splendide jeune fille qui portait un stylo bille, ma secrétaire dit-il, et tout de suite il exhiba le numéro Spécial-Catastrophe-Roissy de Match. Nous l'avions oublié, mais Alfred avait vraiment fait du super boulot. En une, une fantastique photo de Darky, de tout son long, les pieds sur le tableau de bord, de là votre regard remontait sur son jean déchiré à l'entre-cuisse, l'on quittait à regret cet endroit paradisiaque pour l'horreur de son T-shirt taché de sang, et l'on frissonnait d'horreur et de pitié devant son visage exsangue, ses cheveux aussi emmêlés que les huit pattes d'une tarentule, la photo choc éros et chic abîmal. L'article relatait comment deux berlines noires et officielles du gouvernement français avaient imprudemment traversé les pistes de l'aéroport causant la plus terrible des catastrophes aériennes et le dévouement exemplaire du brigadier Lechef, brillamment secondé par la gendarmette Kruchet et l'agent Chad, ils s'étaient élancés « ils n'étaient pas en service et dégustaient innocemment après une dure journée de travail un petit verre de Moonshine Polonais à la terrasse d'un café de l'aérogare » n'écoutant que leur courage et leur esprit d'initiative ils avaient récupéré une camionnette de police dont les membres étaient descendus pour coller une contravention et quelques baffes bien appliquées au jeune conducteur d'un scooter, manifestement en état d'ivresse, puisque noir de la tête au pied, bref ils s'étaient approchés d'un avion en flammes, et n'avaient pas hésité à pénétrer dans la carlingue en feu dont ils avaient réussi à extraire le corps pantelant et inanimé d'une pure jeune fille, qui leur devait la vie... La suite de l'article était beaucoup plus politique et soulevait des questions embarrassantes, que venait donc faire les deux berlines noires officielles, quelle était leur mission, et pourquoi le gouvernement avait-il organisé le black-out sur cet événement ?

      • L'on en a vendu cinq cent mille exemplaires dans tout l'hexagone, une idée de marketing géniale, des voitures arrêtées sur les ronds-points avec des vendeurs revêtus d'un gilet jaune, une pagaille monstre sur tout le territoire, des milliers de tricheurs revêtant leur gilet fluorescent dans l'espoir d'en grapiller un gratuit ! Ah ! Damie le pays est en ébullition, depuis le début de la journée mon salaire a déjà été doublé six fois, et ce soir c'est le summun ! Darky est en concert, j'ai déjà commencé à dicter le Spécial numéro 2 à Lisette, ma secrétaire, quelle chance extraordinaire, notre jeune fille romantique transformée en meneuse de revue rock'n'roll, un truc à décoiffer la France, faut que je m'approche de la scène pour les photos.

    THE SWARTS

    z5636cleopatre.jpg

    Darky fut splendide, s'enroulait autour du micro comme un boa autour de la plus haute branche d'un baobab, et puis crac elle se laissait tomber sur la foule qui se saisissait d'elle, la pétrissait de mille mains avides, la prédatrice se transformait en proie, laissait échapper des miaulements de panthère coïtée par le membre viril d'un mâle en furie, se laissait porter en triomphe à bout de bras, dans la pose languissante de Cléopâtre sur son lit de mort – le lecteur curieux se rapportera au tableau de Jean-André Rixens – pendant ce temps les Eric produisaient une espèce de bouillie sonore que l'on ne pourrait comparer qu'au buisson d'épines ardent par lequel Dieu est censé se manifester aux esprits désormais éclairés par sa présence. Les fournaises du Diable en surchauffe... Le concert dura deux heures. Il en existe une vidéo-pirate que vous pouvez acquérir à prix d'or, certains ont revendu leur maison pour entre en sa possession, couchent sous les ponts depuis, mais ne l'ont jamais regretté. Toutefois je ne suis pas ici en train de rédiger une kronic pour KR'TNT, aussi passerai-je au plus vite à la suite des évènements que le Chef – je vous le rappelle, chers alzheimériens – avait qualifié de la nuit la plus longue...

    VOYAGE AU BOUT DE LA NUIT ( 1 )

    Svarty faisait ses au revoirs à public – aussi émouvants que l'abdication de Napoléon dans la cour des Adieux de Fontainebleau '' Hey ! Fuckin'girls and fuckin boys, bye-bye ! Keep rockin' till next time !'' Lorsque deux fusées rouges s'élevèrent des deux bouts de la rue. Je ne vous l'ai pas dit pour ne pas vous gâcher la soirée mais ce que le Chef m'avait demandé de regarder, c'étaient ces centaines de CRS et de gardes-mobiles qui barraient les deux entrées... Il y eut un grésillement et une voix s'éleva – je reconnus sans peine celle du Président : '' Ne bougez plus, vous êtes tous en état d'arrestation, nos valeureux policiers vont venir vous chercher pour vous faire monter dans les fourgons qui vous conduiront en prison ! Désormais le rock'n'roll est interdit sur tout le territoire français ! ''. Sur ce les fenêtres de nombreuses fenêtres s'ouvrirent – elles avaient été investies à notre insu par les jardins de derrière dont sont pourvues de nombreuses maisons provisoires - et apparurent des policiers munis de teasers et de lance-grenades. Jubilatoire la voix reprit : '' Rendez-vous, vous êtes cernés, toute fuite est impossible''.

    Hélas, impossible n'est pas rocker. Il n'y eut même pas un demi-dixième de seconde de stupéfaction, le Président avait tout prévu dans son plan diabolique d'éradication du rock'n'roll, sauf que les réactions du rocker de base échauffé depuis des heures par le Moonshine Polonais sont imprévisibles. En un même mouvement la foule se précipita sur les milliers de cadavres de Moonshine qui traînaient partout, n'y avait qu'à se baisser... Une pluie de bouteilles s'écrasa sur les pauvres pandores envoyés au casse-pipe. Pensèrent se protéger derrière leurs boucliers de plastique transparents. Ce fut encore pire, arrêtèrent bien les premiers lancés mais le verre fracassé volait en éclat et tailladait leurs costumes de Ninja. Ne tardèrent pas à reculer et à déserter les fenêtres, mais il y a toujours des petits futés, certains s'aperçurent qu'il suffisait de mettre la flamme de leur briquet devant une bouteille de Mooshine pour la transformer en cocktail molotov, les fourgons et les camions à eau en firent la triste expérience...

    Le guet-à-pan se transforma en désastre. Durant des heures la ville se transforma en chasse à courre. Au petit matin les derniers groupes de sécurité républicaine et sociale s'enfuyait dans les champs de betteraves poursuivis par des hordes de rockers vindicatifs animés par un l'esprit de vengeance fortement déçus et furieux de n'avoir pas eu le temps de recueillir un autographe de Darky...

    VOYAGE AU BOUT DE LA NUIT ( 2 )

    Pendant ce temps pour nous remettre de nos émotions, nous savourions à petites lampées gustatives, un Moonshine de derrière les fagots, la cuvée spéciale du patron, l'orgueil de Popol, dont il entreprit pendant que nous devisions sereinement de transvaser le contenu de quinze bouteilles dans son nabuchonodosor, devant nos yeux étonnés, il se contenta de marmonner :

      • Non d'une pipe, il n'y a pas de raison !

    Nous aurions bien aimé en savoir plus, mais les déclarations de Cruchettes nous empêchèrent de poser les questions adéquates :

      • C'est décidé Chef, à la fin du mois je rends mon tablier, je vous file ma démission, fini le ménage et la cuisine, je fais comme Darky, je deviens chanteuse de rock'n'roll, j'ai enfin trouvé ma voie !

      • Mais avez-vous une voix, tenta d'implorer le Chef, je vous avoue que penser que je devrais désormais me priver de vos pizzas, me navre, j'en suis tout désarçonné, agent Chad passez-moi vite un Coronado, et avez-vous réfléchi à ce qu'en aurait dit votre père ?

      • Chef, mon père, c'est de l'histoire ancienne, il est mort, et avec lui, c'est la noire époque du patriarcat qui a été enterrée. Ma décision est prise, elle est irrévocable, désormais je ne porterai plus jamais de culotte, et je suis le futur du rock'n'roll !

    Les applaudissements approbateurs des Eric furent brusquement recouverts par un énorme grondement de moteurs. Nous n'eûmes pas à attendre longtemps pour savoir de quoi il en retournait. Décidément le Président était un teigneux. Cherchait la guerre. L'avait fait appel à l'armée. A vingt mètres de la devanture trois énormes chars d'assaut s'en vinrent pointer leur canons droit sur nous.

      • Mazette, murmura le Chef, j'ai intérêt à allumer un nouveau Coronado.

    Mais ce n'était pas fini, un vaste cordon de commandos de marines, se déploya en un vaste arc de cercles, la plupart étaient porteurs de lance-roquettes des plus prometteurs. J'ai la l'honneur et la tristesse d'avoir à rendre compte pour la vérité historique de deux faits des plus importants. L'un glorieux. Kruchette n'hésita pas une seconde, elle sortit, tourna le dos aux militaires et souleva sa jupe. '' Et mon cul, ce n'est pas du poulet !'' hurla-telle, Alfred et le réflexe d'immortaliser cet instant historial où l'on put découvrir que Kruchette fidèle à sa parole ne portait plus de dessous. L'on peut dire que c'est la première déculottée qui fut infligée à l'ennemi.

    Il me faut en venir maintenant à ce que j'aurais aimé n'avoir jamais à relater. La désertion de l'un des nôtres. Une souillure sans nom. Une tache que nul sang expiatoire ne saurait lavé. Qui me touche particulièrement. J'eusse même préféré que ce fût moi qui eus commis cet acte ignoble. Mais non, il était écrit que je porterai une croix plus lourde que celle du petit Jésus. La prunelle de mes yeux, l'amour de ma vie, ma raison de vivre, s'enfuit au galop. Non je n'accepterais aucune circonstance atténuante, il est vrai que Popol lui avait versé une grosse rasade de sa cuvée spéciale, mais ce n'est pas une excuse. J'eus l'impression que mon coeur se déchirait en deux, au début je crus être victime d'une vapeur cauchemardesque hallucinatoitre, mais non, je dus admettre la terrible vérité, Molossa, ma Molossa, la divine Molossa, s'enfuyait à la vitesse de ses quatre pattes, les oreilles baissées, la queue entre les jambes, elle disparaissait déjà derrière les blindés quand la voix du Président s'éleva :

      • J'ai horreur que l'on abuse de ma patience, je vous donne une heure pour vous rendre, juste pour permettre aux médias du monde entier de venir filmer en direct la destruction d'une entreprise terroriste du rock'n'roll qui depuis des années mine sournoisement le moral de notre saine jeunesse. Quand je pense à la déplorable exposition voici à peine quelques minutes de cette délurée...

      • Je m'appelle Cuchette et je t'emmerde !

    Rien à dire Kruchette avait du répondant et une belle voix ! En plus elle l'avait réussi à vexer le Président '' Puisque vous le prenez comme cela, je me tais, tant pis pour vous, il vous reste cinquante-neuf minutes à vivre, au revoir''

    J'ai le regret de le dire mais nous n'étions pas fiers, la situation était désespérée, le Chef avait beau fumé un dernier Coronado avec son flegme habituel, cela ne nous rassurait que moyennement. Par les vitres nous aperçûmes les caméras du monde entier qui commençaient à s'installer fébrilement, un peu partout, de partout du Japon et des USA, de Tanzanie au Portugal... Le temps s'écoulait lentement et très vite... '' Plus que deux minutes'' susurra Popol, en débouchant une dernière bouteille de Moonshine, Elisabeth voulut m'embrasser, le hasard voulut que mes yeux se portassent à l'extrême gauche de la ligne des commandos, le soldat qui était appuyé sur le mur d'une maison, s'écarta d'un geste agacé, je pensais que c'était le dernier détail insignifiant que mon cerveau enregistrerait. La voix du Président s'éleva : « cinquante-huit, cinquante sept, cinquan...''

    ( A suivre )