Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

rolling stones

  • CHRONIQUES DE POURPRE 253 : KR'TNT ! 373 :BETTY DAVIS / ROCKABILLY GENERATION 5 / FRED ALPI / ROLLING STONES / JUKE JOINTS BAND

    KR'TNT !

    KEEP ROCKIN' TILL NEXT TIME

    A20000LETTRINE.gif

    LIVRAISON 373

    A ROCKLIT PRODUCTION

    LITTERA.INCITATUS@GMAIL.COM

    11 / 05 / 2018

    BETTY DAVIS / ROCKABILLY GENERATION N° 5

      ROLLING STONES / FRED ALPI

    JUKE JOINTS BAND

    Betty Boot

    Z3867DESSIN.gif

    Au clair de la lune, mon ami Pierrot me dit que le docu de Phil Cox sur Betty Davis est en ligne sur le site d’Arte. Alors faut-il voir Betty - They Say I’m Different, l’histoire de cette petite black qui fit du hot funk dans les années soixante-dix ? Oui et non.

    z3877cox.jpg

    Non, car Betty Davis est aujourd’hui une très vieille dame. Phil Cox réussit à la filmer dans sa chambre, mais bon, c’est pas terrible, d’ailleurs il la suggère plus qu’il ne la filme. Les funksters vieillissent encore plus mal que les punks anglais. Dans le cas de Betty, c’est d’autant plus insupportable que les pochettes de ses trois albums parus dans les seventies nous montrent une véritable bombe sexuelle, du même genre que Marsha Hunt, Margie Joseph ou encore Minnie Riperton (au temps de The Rotary Connection). Pas de mélange plus explosif que le booty de Betty (cul parfait), ses longues jambes (souvent grandes ouvertes), le funk new-yorkais et, grosse cerise sur le gâteau, son mariage avec Miles Davis. Betty fut l’hot sex girl du funk et elle semblait parfaitement à l’aise dans cette image.

    z3876 corbeau.jpg

    Par contre, les âmes sensible se régaleront de ce docu. Phil Cox travaille sur la métaphore du corbeau que semble avoir développé Betty dans le journal intime qu’elle a tenu toute sa vie. D’ailleurs, on la voit écrire quelques phrases à la main. Le corbeau noir sert donc de fil rouge à cette histoire elliptique - Le corbeau, je l’ai rencontré sur la montagne - Elle quitte Pittsburgh à 17 ans pour aller faire ses études à New York - Le corbeau était le battement de mon cœur - Elle étudie au Fashion Institute et devient mannequin. Elle vit beaucoup la nuit. Elle rencontre Jimi Hendrix à Greenwich Village.

    z3880scène.jpg

    L’une des grandes qualités du film est la pudeur, alors que le propos de Betty était le sexe. Étrange paradoxe. C’est même un tour de passe-passe assez réussi. Ça frôle parfois l’histoire à l’eau de rose, mais Phil Cox restaure l’équilibre en proposant ici et là des extraits de concert. Sur scène, Betty porte un short blanc et un petit haut minimaliste. En fait, elle ne cache pas grand-chose de son corps de rêve. À sa façon, elle shoote dans le booty du funk une dose massive de sex-appeal. On comprend qu’elle soit devenue iconique. On la surnommait the Queen of Jazz Fusion. Il paraît que des gens étaient horrifiés, tellement son set puait le sexe. Phil Cox a raison de souligner que Betty se situait aux antipodes des Supremes et des Temptations qui proposaient une image lisse et formatée pour le public blanc. Cox passe rapidement aux choses sérieuses avec Greg Errico. Ce nom ne vous rappelle rien ? Mais oui ! Greg Errico fut le batteur de Sly & the Family Stone. Il apparaît dans ce docu car il produisit à l’époque la première chanson de Betty Davis, «Walking Up The Road», ainsi que son premier album, Betty Davis. Précision capitale : Betty écrit ses chansons. Elle en écrit aussi pour les autres, comme par exemple «Uptown To Harlem» pour les Chambers Brothers qu’elle rencontre aussi à New York.

    z3881milesdavis+betty.jpg

    Un soir, elle va traîner son petit cul au Blue Note et voit sur scène un trompettiste de jazz très sérieux. Miles Davis, bien sûr - Ses chaussures elles me plaisaient, je lui ai dit tout de suite - Cool grey suede shoes - Cet épisode représente le cœur de sa vie - Miles et moi on s’est mariés en 1968. Il m’a acheté une limousine et j’ai balancé tous ses costumes à la poubelle - Betty devient sa muse. À quarante ans, Miles est déjà obsédé par la peur de vieillir et la peur d’être dépassé. Alors fini les costards italiens, il passe aux franges, au cuir, aux couleurs vives, aux grosses lunettes, aux guitares et aux basses électriques, au backbeat de batterie - Miles était une boule d’énergie. Chaque joue de notre mariage, j’ai dû mériter le nom de Davis - Elle ne tarit plus d’éloges - Il m’a fait découvrir Rachmaninov, Stravinsky - C’est Miles qui l’incite à monter sur scène et à chanter. Le conte de fées ne dure pas longtemps. Betty reste d’une infinie discrétion sur la fin de son union - J’ai quitté Miles. Je n’ai dit à personne que Miles était violent - Puis elle se fait jeter par l’industrie du disque, car elle ne voulait pas entrer dans le moule qu’on lui imposait - Le corbeau et moi on s’est retrouvés seuls - Elle voyage, Londres, Japon. Lorsque son père meurt, elle rentre précipitamment. C’est là qu’elle perd la musique - Le battement de mon cœur a changé. Je n’entendais plus le corbeau - Alors elle disparaît physiquement - Le corbeau et moi on n’avait plus rien à dire.

    Aujourd’hui je suis une vieille dame et j’ai l’impression d’être au sommet de la montagne - Elle voit tout le chemin parcouru. C’est là que Phil Cox sort sa botte de Nevers : il retrouve les quatre musiciens de Betty, Funk House. Les pépères sont toujours en forme et toujours actifs. Ils ont le numéro de Betty, alors ils l’appellent, après 19 ans de silence. Le portable est posé devant eux, sur la table. Elle décroche. Elle est contente d’entendre ses vieux amis, mais quand Larry propose de venir enregistrer chez elle, alors elle change de conversation. Il arrive un moment où il faut savoir s’arrêter.

    z3875shindig.jpg

    Dans Shindig #59, Kris Needs brosse un portrait autrement plus truculent de Betty, qu’il juge too hot pour son époque et aussi spectaculaire qu’Angela Davis avec sa mitraillette. Needs salue la parution inespérée des démos enregistrées par Betty en 1969 avec son mari Miles : the Holy Grail !

    En parfait journaliste d’investigation, Kris Needs brosse un portrait beaucoup plus vivant et détaillé que celui brossé par Phil Cox. On apprend dans l’article qu’Hugh Masekela (récemment décédé) est à l’époque le boyfriend de Betty. Un autre spécialiste nommé Oliver Wang précise que Betty l’a rencontré lors d’un séjour à Hollywood et qu’elle revint vers Miles après sa rupture avec Masekela.

    z3811britchebrew.jpg

    Selon Needs, c’est Betty qui oriente Miles sur la nouvelle vague de 1967, Sly & the Family Stone, Otis Redding et son ami Jimi, qu’elle a rencontré grâce à sa copine super-groupie Devon Wilson. Betty et ses copines forment un cercle d’influence appelé the cosmic ladies et attirent autour d’elles des gens comme Sly, Jimi, Carlos Santana et Miles. Selon Santana, l’album Bitches Brew est un hommage aux cosmic ladies. Pour Miles, Betty se situait alors dans l’avant-garde et c’est là où ça devient très intéressant. Le mariage ne dure qu’un an, mais Betty se retrouve sur la pochette des Filles Du Kilimandjaro.

    Z3883KILIMANDJARO.jpg

    Needs revient longuement sur le mythe des sessions Miles Davis/Jimi Hendrix. Ils devaient en effet enregistrer tous les deux accompagnés par Tony Williams, mais Miles demanda 50.000 dollars avant d’entrer en studio, ce qui fit capoter le projet. Jimi et lui comptaient inventer a new kind of jazz. Betty précise toutefois que Miles et Jimi ne se sont jamais rencontrés. Il n’auraient eu qu’une longue conversation téléphonique.

    z3873columbia.jpg

    Revenons aux fameuses sessions du Holy Grail, enregistrées en 1969 et parues sous le titre The Columbia Years 1968-1969. Pour l’occasion, Miles assemble un super-groupe : Mitch Mitchell, Billy Cox, Harvey Brooks, Wayne Shorter et Herbie Hancock accompagnent Betty. Ils enregistrent des compos de Betty et deux reprises : «Politician» de Jack Bruce et «Born On The Bayou» de Creedence. Miles voulait décrocher un contrat chez Columbia pour Betty - But he met a brick wall - Et les bandes restèrent à la cave - Buried in the Columbia vaults - Selon Harvey Brooks, Columbia ne faisait pas beaucoup de r’n’b à l’époque et donc Betty ne les intéressait pas. Brooks rappelle aussi que Columbia n’avait rien su faire d’Aretha. Betty a une autre version : elle pense que Miles ne voulait pas que l’album sorte, de crainte qu’elle ne devienne populaire et qu’elle ne le quitte. Si on peut écouter cette session mythique, c’est grâce à Light In The Attic, qui d’ailleurs réédite tous les albums de Betty. On est tout se suite embarqué par la vitalité cosmique du groove d’«Hangin’ Out». On y entend Harvey Brooks circuler librement sur le manche de sa basse. Puis ils tapent dans le «Politician» de Cream, avec une sorte de puissance virale, cette équipe de surdoués développe un groove organique que Betty épouse à merveille. On reste dans le pur Jarnac avec un «Down Home Girl» hanté par une basse sourde et Betty s’amuse avec le vieux cut de Creedence, «Born On The Bayou». On tombe plus loin sur trois morceaux enregistrés à Hollywood avec Hugh Masekela, dont un «Live Love Learn» très arrangé et de très haut niveau. Quand elle parle de cet album shelved avec Oliver Wang, Betty n’a pas de regret. Elle ne voulait pas devenir célèbre uniquement parce qu’elle était la femme de Miles.

    z3868sunshine.jpg

    Ce n’est qu’après sa rupture avec Miles qu’elle file à San Francisco enregistrer son premier album, Betty Davis, paru en 1973 sur le label de Michael Lang, Just Sunshine Records (un label sur lequel on trouve aussi l’immortelle Karen Dalton). Greg Errico le produit et y bat le beurre. Dans le studio, il a rassemblé une nouvelle équipe de surdoués autour de Neal Schon, le guitariste de Santana, et de Larry Graham - Arguably the greatest funk bassist in the area - Betty y enregistre deux cuts qu’elle avait composé pour les Commodores, «Walking Up The Road» et «Game Is My Middle Name». Elle tape le premier à la dégueulade, c’est ultra-provoquant, mais derrière, ça swingue le heavy groove. Et elle crée l’événement avec le deuxième - Do me in/ If you can do it now - Elle nous chauffe ça à la provoc patentée, elle monte bien dans les ponts et s’en va chercher des zones de pureté harmonique dans l’extase d’une hurlette de Hurlevent spectaculaire. Alors, oui Betty. Mille fois oui. Cent mille fois oui. Et puis on entend ce prodigieux démon de Larry Graham ramoner l’«If I’m In Luck I Might Be Picked Up» d’ouverture de bal d’A. Betty chante ça à la tripe fumante, comme si elle n’avait pas de voix. On se régale aussi de «Your Man My Man», monté sur un groove de syncope cataclysmique. Neal Schon s’y montre admirable de présence seigneuriale. Betty susurre et suce la goutte du swing qui perle au gland du beat et des chœurs fantastiques viennent parfaire le tableau. L’«Ooh yeah» qui ouvre le bal de la B vaut aussi son pesant d’or, voilà le meilleur des funky struts rampants, c’est franchement digne de Sly Stone. Et puis Betty nous mixe le rock et le funk dans «Steppin In Her I. Miller Shoes», mais elle fait ça avec une rage imprescriptible, c’est embrasé par la guitare de Neal Schon et la puissance du cut nous emporte, comme le ferait un fleuve en crue. Pur jus de rock de Soul. On l’a bien compris, c’est un très grand album.

    Z3869DIFFERENT.jpg

    Elle file à Londres pour essayer de décrocher un contrat, aidée par Marc Bolan. Puis elle retourne sur la West Coast pour enregistrer They Say I’m Different, un album que Kris Needs qualifie de spectacular - A steamy new form of blues-driven funk rock - Cette fois, Larry Johnson, cousin de Betty, remplace Larry Graham. Buddy Miles viens jouer de la wha-wha sur un morceau, «Shoo B Doop And Cop Him». Wow, Betty est tellement parfaite dans son rôle de grooveuse ! Mais la grosse différence avec le premier album, c’est que cette fois Betty veut produire. C’est d’ailleurs ce que lui dit Miles qui a entendu le premier album : «Tu n’as besoin de personne en Harley Davidson.» Le «Shoo B Doop And Cop Him» sur lequel wha-whate Buddy Miles est un joli groove de funk bien rampant et on passe à l’énormité funk avec «He Was A Big Freak», véritable funk d’avant-garde joué à la syncope fatale. Rien d’aussi black et de somptueusement sexuel que ce hit de boot. Ça monte encore d’un cran dans le shootisme avec «Don’t Call Her No Tramp». Betty va de hit funk en hit funk grâce aux dégelées de bassmatic du grand Larry Johnson. Il doublotte ses triplettes au nez et à la barbe des conventions. On entend rarement des blackos bassmatiquer avec une telle arrogance. On retrouve de l’excellent funk en B, notamment dans le morceau titre, véritable funk de jazz fusion, on est au cœur des seventies, à l’apogée du son. Puis avec «70’s Blues», elle chante la grandeur du woke up this morning et de l’everyday I get the blues. Fantastique hommage - I got a man !

    z3870nasty.jpg

    Elle retourne à Londres et grâce à Robert Palmer, elle entre en contact avec Chris Blackwell. Nasty Gal sort sur Island en 1975 - Her stance as a defiantly liberated black woman terrified the press, her record label and often audiences - Kris Needs ajoute qu’elle fut aussi déterminante que George Clinton en mixant le funk au rock’n’roll. On retrouve Funk House sur cet album et notamment Fred Mills qui renvoie bien les chœurs sur le morceau titre. L’immense Larry Johnson y ramone les annales du bassmatic et Carlos Morales jouxte le funky strut de guitare épisodique. C’est excellent de get down et chanté aux énergies black. Le coup de génie de l’album s’appelle «Talkin’ Trash». Fred chante avec Betty - I’ll make your nights long - Elle lui promet de le rendre heureux, de bien lui polir le chinois, et on assiste au déploiement d’une extraordinaire dynamique de duo. C’est une énergie à la James Brown, ni plus ni moins. Même genre de génie funk. En B, elle tape «FUNK» au heavy funk de rock très entreprenant, dance to the music, on ne fait que ça et elle cite des noms en pagaille, Stevie Wonder, Tina Turner, Al Green, Ann Peebles, elle rend aussi hommage à Isaac, Barry White et les O’Jays. Sans oublier Jimi Hendrix. Et ça se termine avec Aretha, Chaka Kahn et Funkadelic. Il ne manque quasiment personne. Autre coup de génie avec «This Is it», hyper-claqué au funk de petite teigne. Cette chipie de Betty n’en finit plus de gueuler son funk sous le boisseau du boot. Larry et Carlos ultra-jouent, ils poussent le funk au maximum des possibilités.

    z3872desire.jpg

    Elle enregistre son quatrième album en 1976, à Bogalusa, un bled situé un peu au-dessus de la Nouvelle Orleans. L’album ne paraîtra que 33 ans plus tard. Il devait s’appeler Crashin’ From Passion, mais il est devenu Is It Love Or Desire. D’ailleurs on trouve «Crashing For Passion» sur l’album, authentique chef-d’œuvre funk. Fred Mills chante avec Betty sur «Whorey Angel». Le problème, c’est que quasiment tous les cuts de l’A sonnent comme des hits. Elle attaque sa B avec «Bottom Of The Barrell», énorme dégelée de funky strut - You smell like a greasy fish - Ça grouille littéralement de tortillettes funk et de guitares à la Stevie Wonder. Et pouf, elle passe au heavy blues avec «Let’s Get Personal». Elle tape carrément dans le riff d’«I’m A Man». Carlos Morales fait des pieds et des mains sur sa guitare. On sent les cadors du blues et du funk à l’œuvre. Et avec «Bar Hoppin’», ces démons se mettent à jazzer. Ils disposent de tous les pouvoirs inhérents à leur charge. Et la cerise sur le gâteau s’appelle Gate. Eh oui, Clarence Gatemouth Brown vient jouer du violon sur «For My Man» et là attention, on entre dans la mythologie louisianaise. Pourtant habitués aux rigueurs campagnardes, les quatre mecs de Funk House furent impressionnés par l’environnement - It was swamp territory down there - Ça grouillait de bestioles. La nuit, Larry craignait de trouver un serpent dans sa chambre. Carlos rappelle que Bugalusa fut l’un des pires coins en matière de Ku Klux Klanneries. Betty se souvient qu’un jour de balade en bagnole avec le groupe, ils furent pourchassés par un poids lourd qui essayait de les pousser dans le fossé - It was really scary - Oliver Wang indique que si l’album n’est pas sorti, c’est parce qu’une shoote éclata entre Betty et Chris Blackwell, le boss d’Island qui avait financé la location du Studio In The Country de Bogalusa. Un mois entier ! Pour les mecs de Funk House, that was the best album she ever put togther. Selon eux, Is It Love Or Desire aurait pu hitter les charts.

    z3871passion.jpg

    Son cinquième et dernier album s’appelle Crashin’ From Passion. Mais il ne sort que très tardivement, vingt ans après son enregistrement, dans des conditions mystérieuses. Pour le trouver, il faut non seulement se lever de bonne heure, mais aussi avoir beaucoup de chance. On note une fois de plus qu’avec Betty, on va de surprise en surprise. Belle énormité que ce morceau titre. Énorme patate funk. Comme on ne trouve aucune information sur la pochette, on en déduit que Funk House accompagne Betty. Elle roule sur le groove de basse. On se retrouve une fois de plus ballotté par le grand funk des seventies. Ça frôle le génie des Isleys. Elle crashe bien all over the passion. C’est un cut long et chaud qui ne débande pas. Avec «Hanging Out In Hollywood», elle passe au groove de jazz quintessentiel. On s’y enivre. Elle déraille à la Sly sur du lullaby et derrière, ses amis funksters groovent comme des diables. Back to the heavy groove avec «I Need A Whole Lot Of Love». Voilà encore du funk, et du meilleur, puisqu’il s’agit du funk de Betty. C’est un hit, une vraie dégelée d’excellence funkoïde hyper-jouée, chantée au chaud de la justesse de ton. «No Good At Falling In Love» sonne comme un funk acidulé mais aussi insistant, c’est-à-dire têtu comme une bourrique, big boot of bits, pur jus de Davis funk, ultra-instrumentalisé, quasi-gourmand. On adore tellement Betty que tous ses cuts passent comme des lettres à la poste, même les plus pop comme «You Take Me For Granted». Elle pourrait chanter jusqu’à la fin des temps, on resterait à ses pieds. Elle passe au diskö beat de Coconut Beach avec «I’ve Danced This Dance Before». Elle chante ça avec toute l’ingénuité du monde magique de Walt Disney et elle termine cet incroyable album avec «She’s A Woman», vieux groove sexuel qu’elle travaille derrière un rideau d’ombres chinoises. Elle en rajoute. Ah pour ça, on peut lui faire confiance. Bon c’est vrai, on finit par atteindre les limites du genre, mais Betty, she does it right, comme dirait Wilco.

    C’est là qu’elle se retire du music business pour vivre recluse en Pennsylvanie - I just lost interest.

    z3874thisisit.jpg

    Si on veut aller vite, on peut se rabattre sur This Is It, une compile Vampi Soul qui aligne sur quatre faces tous les hits de Betty. On y retrouve l’effarant «Your Man My Man», les I.Miller Shoes, le Big Freak, le «Don’t Call Her No Tramp» ultra-joué à la basse et des tas d’autres merveilles. C’est du pur jus. Ça coule entre les doigts.

    Signé : Cazengler, Bêta Davis

    Betty Davis. Betty Davis. Just Sunshine Records 1973

    Betty Davis. They Say I’m Different. Just Sunshine Records 1974

    Betty Davis. Nasty Gal. Island Records 1975

    Betty Davis. Crashin’ From Passion. P-Vine Records 1995

    Betty Davis. Is It Love Or Desire. Just Sunshine Records 2009

    Betty Davis. The Columbia Years 1968-1969. Light In The Attic 2016

    Betty Davis. This Is It. Vampi Soul 2005

    Kris Needs. The Electric Lady. Shindig #59 - September 2016

    Phil Cox. Betty - They Say I’m Different. 2017

     

    ROCKABILLY GENERATION N° 5

    ( Avril / Mai / Juin / 2018 )

    Z3884GENERATION.jpg

    Cinquième bougie. De plus en plus épaisse. Quarante pages désormais. Trois escogriffes que nous aimons bien en couverture. Un pionnier pour ouvrir le bal des ardents. Pas n'importe lequel : Eddie Cochran. Une belle évocation de Greg Cattez. Pour l'iconographie pas de surprise, vous les connaissez toutes, mais de belles repros sur papier glacé, ça change la mire et puis les deux pleines pages sont des must. L'est sûr qu'avec des Si le rock aurait débordé de sa bouteille. Que serait devenu Eddie sans ce malheureux et fatidique taxi aux portes de Londres ? Aurait-il détrôné le King se demande Greg Gattez ? Ou n'aurait-il pas été obligé de mettre à l'instar d'Elvis de l'eau dans son rock ? Nous n'en saurons jamais rien. Heureux, comme l'affirmait le poëte grec Callimaque, celui à qui les Dieux ôtent la vie en pleine jeunesse. Cela vous dispense des grandes désillusions.

    De l'histoire ancienne. Le problème c'est que la plus récente s'enfonce déjà dans le passé. Ce 10 mars 2018, Eight O'Clock Jump tirait son trente-et-unième et dernier feu d'artifice. Tonio de l'Association Fishes and Swallows tire les leçons de cette grande aventure. Ne cache pas son amertume. Le milieu rockabilly est tout compte fait comme tous les milieux, un petit milieu... rancœurs, jalousies, trahisons, humain trop humain dirait Nietzsche. Tonio tourne la page, avec le temps elle lui paraîtra beaucoup plus belle qu'il n'y a jamais cru.

    La transition est habilement cousue de fil blanc. Les Spunyboys firent partie de l'ultime session des Eight O' Clock Jump. Les voici interviewés, manière de faire le point, plus de mille et un concerts, tournée au Japon et aux States. Souffrent d'un terrible syndrome : sympathiques, gentils, souriants dans la vie courante, un gang de sauvages dès qu'ils sont sur scène, les médecins n'ont heureusement pas encore trouvé l'antidote à ces crises de démence suraigüe, Sergio Kazh en profite pour quelques superbes photos virevoltantes.

    Moitié de la revue et déjà trois générations de rockabillymen, le chemin est trop bon, voici donc la quatrième : les jeunes qui montent, The Hillbillies, ne les ai encore jamais vus, lisez l'article et vous serez comme moi, dévoréspar l'envie irrépressible de ne pas les rater dès qu'ils passeront à portée.

    Retour dans le passé ( 1984 ) avec The Wild Ones qui eux font un retour dans le présent. Avec un peu de chance seront là dans le futur. Honneur aux vétérans qui n'ont pas dételé, Lyndon Needs – le guitariste de Crazy Cavan and the Rhythm Rockers, le genre de passeport qui vous ouvre les portes du paradis. Ne faites pas les cakes, le Marshall fait des dégâts. Enfin Nelson Carrera – une des plus belles voix ( portugaise ) du rockabilly national - qui fête ses quarante ans de carrière, présenté et interviewé par Brayan Kazh qui pour l'occasion a abandonné sa contrebasse.

    Ce coup-ci, vous croyez en avoir fini après la sélection de disques, ben non, avant l'agenda des concerts, il y a encore un bazooka sur la pizza royale, Dale Rocka & The Volcanoes, venus d'Italie en partance pour Las Vegas.

    Un numéro méchamment bien intuité, l'histoire du rockabilly exemplifié en quarante pages. La revue n'en finit pas de se bonifier. Devraient changer le titre : remplacer Rockabilly Generation par Rockabilly Generations. Un objet de beauté fait par des passionnés pour les passionnés.

    Damie Chad.

    Editée par l'Association Rockabilly Generation News ( 7 hameau Saint-Eloi / 35 290 Saint-Méen-Le Grand ), 4 Euros + 3, 60 de frais de port pour 1 ou 2 numéros, offre abonnement 4 numéros : 26, 40 Euros ( Port Compris ), chèque à Lecoultre Maryse 1A Avenue du Canal 91 700 Ste Geneviève-des-bois ou paiement Paypal maryse.lecoutre@gmail.com. FB : Rockabilly Generation News. Excusez toutes ces données administratives mais the money ( that's what I want ) étant le nerf de la guerre et de la survie de toutes les revues... Et puis la collectionnite et l'archivage étant les moindres défauts des rockers, ne faites pas l'impasse sur ce numéro. Ni sur les précédents. Attention N° 1 et N° 2 épuisés.

    STONED

    ROLLING STONES

    20 ANS DE CONFIDENCES

    PHILIPPE MANOEUVRE

    ( Albin Michel / 1995 )

    z3858stonedbook.jpeg

    Un vieux bouquin. Un peu rigolo. Non, ce n'est pas comique. Mais près de vingt-cinq plus tard la problématique n'a pas changé. Que voulez-vous les Stones resteront toujours les Rolling Stones. Malgré les reniements, les palinodies, les apostasies... Un groupe mythique ? Non, LE groupe mythique. Par excellence. Pouvez en préférer des milliers d'autres. Mais si vous dites rock, vous entendez Stones.

    z3859voodoolounge.jpg

    Manœuvre nous en met plein les yeux dès la première page. S'envole vers Los Angeles pour assister au concert des Rolling. Nous sommes en octobre 1994, tournée Voodoo Lounge. Invité de marque Manœuvre, enfin de sous-marque. Les Stones sont des pros, pensent à tout. Même à un rédacteur en chef de la plus importante revue de rock française. Mais l'on se dit qu'ils doivent attendre le retour. Pas celui de l'ascenseur, disons celui de l'escalier de service. Pas fou le Manœuvre. De toutes les manières il est fan des Stones. Depuis leur premier disque. S'est bien fait engueuler une fois par la famille Richards pour un article dans un numéro spécial-Stones. Mais pas de danger. L'est comme la souris fasciné par le serpent, l'est prêt à avaler la couleuvre en entier, et à la recracher ensuite.

    z3861samplerlounge.jpg

    Je vous sens impatient. Vous tenez à voir le concert. Attention 80 000 personnes autour de vous. Si vous êtes au fond, regardez les écrans géants. En plus avec les effets pyrotechniques , vous en prenez plein les yeux. Les Stones eux se contentent de vous piquer le pognon. Vous font même payer le parking. Il n'y a pas de petits profits. Pour la musique l'on ne sent pas le grand Philochard convaincu. Joue un peu le blasé. Les a déjà vus tant de fois. Et puis pour comprendre le rock, c'est facile. A votre gauche vous mettez Elvis, un petit gars du Sud bien élevé, sur votre droite vous posez le colonel Parker. Un super pro, l'a de l'expérience et des techniques éprouvées. Rock'n'roll circus. Une intuition de génie. De l'esbroufe à gogo. Voir les Stones et mourir.

    z3864jagger1969.jpg

    Mais les Stones il y a longtemps qu'ils ont viré leur colonel. C'est Jagger qui s'est nommé général en chef. Grand chef. Indien, pirate et homme d'affaires. Le troisième terme est le plus important. Bien sûr le désastre d'Altamont mais surtout le divorce d'avec Bianca qui lui bouffera aux alentours de 14 millions, la moitié de sa fortune. Ne pleurez pas, s'est magnifiquement refait depuis.

    z3864brianjones.jpg

    Pour vous en convaincre, le chapitre suivant dirige la focale sur Mick et les débuts du groupe. Aussi sympathique que le Diable, Mister Jagger. Au début il n'est que chanteur. Ce n'est pas lui la tête d'affiche. C'est le guitariste. Le grand blond aux boots noires. Brian Jones. Un garçon brillant. Depuis tout petit. Encore plus Stones à lui tout seul que les autres réunis. Pas un petit chef, un grand seigneur. Vous lui filez un instrument entre les mains et trois heures après il en joue comme s'il était né avec. L'est beau comme un ange. Les filles en sont folles. Lui en use et en abuse. N'était pas encore avec les Stones que déjà il en avait encloqué quelques unes. Bye-bye baby, débrouille-toi et ne viens plus me casser les... Ouille, oui ça fait mal et avec tes yeux au beurre noir tu n'es plus très jolie. Aujourd'hui, serait envoyé illico en prison, mais en ces temps-là d'insouciance, ce n'était pas pareil.

    z3865keithjeune.jpg

    N'empêche qu'ils sont trois et qu'il n'y a qu'une place de chef. Struggle for life. Le moteur à explosion des Stones. Au début Mick et Keith ne mouftent pas, mais avec le succès qui déboule, les choses vont se compliquer pour Brian. Notre blond ténébreux se campe dans sa supériorité, se doit d'être ailleurs, higher, plus haut que ses commensaux, dans une réalité autre. Une dimension supérieure. Que les produits lui procurent. S'enferme en lui-même, en sa tour d'ivoire. De moins en moins présent, de plus en plus loin, en son château-fort intérieur. Jusqu'au jour où le groupe le vire. Pris à son propre piège.

    Z3890STONES.jpg

    Tragédie humaine, musicale et économique. Brian c'est le blues à lui tout seul, l'a toujours l'idée qui fait mouche, des connaissances comme personne, le plus créatif en studio. Mais l'on ne peut pas bâtir une carrière sur des disques de reprise. D'ailleurs à côté la concurrence devient féroce. L'est nécessaire d'écrire ses propres morceaux, Brian est un musicien, pas un compositeur. Du moins il ne fait pas part de ses compositions à ses pairs. Il semble que son père ait fait brûler tous ses papiers à sa mort... Mick et Keith s'emparent des commandes. Au début tout marche comme sur des roulettes électriques. Mais il ne faut pas se faire d'illusion. Au sommet, il n'y a de place que pour un.

    z3866keith.jpg

    C'est Keith qui renoncera au trône. Tombe dans la drogue pour parler vulgairement. L'affaire est beaucoup plus complexe. L'on adore évoquer la trahison de Mick avec Anita, mais le malaise vient de plus loin. De la pression, du public, de la police. Le succès est délétère. Vous fait perdre le centre de vous-même. Keith, lui aussi, mais pour d'autres raisons, se réfugie dans un autre monde. Auto-protectif. N'en mourra pas. Ne s'en relèvera jamais tout à fait. Héroïne, alcool, cocaïne et toute la pharmacopée existante. Keith traversera tout. Ce n'est pas qu'il est indestructible, c'est que les produits lui tiennent lieu de carapace. N'oubliez pas que vos faiblesses ne sont que l'autre face de votre force. Keith dans un autre monde mais jamais dupe, sait très bien où il est, l'est revenu de tout mais n'est jamais loin. Les cordes de sa guitare seront les fils qui le rattachent à l'existence.

    Z3885JAGGER.jpg

    L'est tout seul. S'appelle Mick Jagger. Un félin sur scène, un carnassier dans la vie. L'est intelligent et cultivé. Entre dans toutes les cavernes qui s'offrent à lui, mais l'est un précautionneux, l'a une lampe de poche dans la poche arrière de son pantalon, et l'a pris soin de flécher le parcours pour revenir sur ses pas. Sauve les Stones. Son secret est simple. Ne jamais regarder en arrière. Aller toujours de l'avant. Le meilleur des disques des Stones c'est celui dont il en train de se fader la promotion. N'est pas un passéiste. Ni un archéo-futuriste. Jouit de l'instant présent. L'âge d'or des Stones, c'est celui qui lui aura rapporté le plus d'argent.

    Z3886WATTS.jpg

    Le quatrième homme : Charlie Watts. Se contente de battre le fer quand il devient chaud. Vous le martèle comme pas un. Mais ne se met pas martel en tête pour si peu. Fait le job. N'en n'est pas mécontent. Son truc à lui, ce n'est pas vraiment les Stones, plutôt le jazz. Un gentleman, pas un voyou de rocker. La classe inconditionnelle. Pas le genre de gars à embrouilles, les choses sont ce qu'elles sont. Parfois tristes. Parfois heureuses. Pas la peine de pleurer. Ni de s'esclaffer. Laisse faire Jagger, n'aimerait pas vraiment être à sa place. Ni critiques, ni récriminations. Encore un qui est ailleurs, mais à sa manière à lui. Ni touché à la Keith. Ni coulé à la Brian.

    Z3887WYMAN.jpg

    Bill Wyman. Le prolo de service. En 1994, l'est déjà parti. S'est retiré des affaires comme l'on dit dans le milieu. La guerre des trois, l'a tout vu, sait tout, ne croit pas comme Rousseau à la bonté naturelle de l'homme. N'en pense pas moins. L'a pris les choses du bon côté. L'a tiré un maximum de filles et puis il s'est tiré. Le titre de son autobiographie en dit long : So Alone. Commentaire fulgurant sur la nef des fous.

    Z3888STEWART.jpg

    Ian «  Stu » Stewart, ce n'est pas le sixième Stone, c'est le premier fan des Stones, a tout sacrifié pour eux, l'est descendu de scène pour être leur roadie, puisque c'était-là qu'il semblait le plus utile. Une des plus belles figures du rock'n'roll.

    Z3889KEYS.jpg

    De tous les autres comparses – Manoeuvre les passe en revue un par un, nous ne retiendrons que Bobby Keys. Il est le trait d'union, le lien direct du rockin' blues des Stones au rock des pionniers. Le lecteur se précipitera pour lire son histoire dans le portrait qu'en a dressé notre Cat Zengler dans notre livraison 220 du 29 / 01 / 2015. L'a joué avec Buddy Holly et tenu durant dix ans son saxophone chez les Stones. Si vous avez fait mieux, contactez-nous. Sans quoi, taisez-vous et inclinez-vous. Ce fut un grand parmi les grands.

    Z3891SATISFACTION.jpg

    Vous croyez avoir tout compris, le cygne royal Brian qui régressera petit canard souffreteux, le grand méchant Mick qui ne deviendra pas doux et gentil à la fin de l'histoire, et le fier chevalier blanc Keith qui est le héros des fans. Ce n'est pas si simple. Un Stone tout seul n'est qu'une variable d'ajustement. Un stone ne vaut qu'en tant que Stones. Un caillou ne fait pas le tas. Et là, ce sont les trois mousquetaires, tous pour un et un pour tous. Car pour les Stones rien n'est plus beau que les Stones. Les autres n'existent pas. Par définition : ne leur arrivent pas à la cheville. Des sous-merdes. Employons les mots qui fâchent à dessein. Rien n'est plus méchant qu'un Stone qui sent un danger. Prenons le cas de Keith par exemple. Citez un guitariste dont il ait un jour dit du bien. A part Chuck Berry évidemment, mais là c'est normal, l'a tellement proclamé haut et fort qu'il lui a tout pompé qu'il ne peut pas décemment revenir en arrière.

    Z3892PAINTITBLACK.jpg

    C'est que les Stones c'est avant tout un concentré de haine, d'arrogance, de menterie, de tromperie, d'insolence, de jalousie, de grossièreté et d'outrecuidance. Vous trouverez sans doute mieux ailleurs, mais jamais pire. Et c'est exactement cela qui fait bander. Vous disent qu'ils vont vous le mettre profond, et vous écartez fissa les cuisses. Ou les fesses selon votre anatomie. Les Stones, c'est le mauvais côté des choses, la face obscure de la force, le cheval noir de l'attelage platonicien.

    Z3893STONES.jpg

    La fin de la chronique se faufile et nous n'avons pas encore parlé musique. Les gens me font rire, certains leur préfèrent les Beatles, perso ce serait plutôt les Animals et les Yardbirds mais les Stones c'est autre chose. Z'ont commotionné une génération. Z'ont gravé les tables des la loi du rock. Mais cela, c'est encore de la petite bière. Les Stones je les définirais comme la cristallisation d'une nouvelle culture. N'ont rien inventé mais ont tout convoqué. Le seul équivalent que je connaisse c'est celui de l'apparition de Richard ( encore un ) Wagner. S'inscrit dans la suite logique d'immenses compositeurs qui l'ont précédé. Et plus tard, qui le suivront. Mais ce n'est pas le plus important. Le problème n'est pas de savoir lequel est le meilleur. Le phénomène à observer c'est le bouleversement que la musique de Wagner occasionnera dans la génération symboliste. Chamboule tout. Suscite un engouement sans précédent. S'empare des esprits. Ce n'est pas une nouveauté, mais la révélation d'une façon de vivre plus intensément. Il a existé une folie Wagner comme il a existé une folie Stones. Excitation maximale. Certes, it's only rock'n'roll, but we like it.

    Damie Chad.

    CINQ ANS DE METRO

    FRED ALPI

    ( Editions Libertalia / Avril 2018 )

     

    betty davis,rockabilly generation 5,rolling stones,fred alpi,juke joints band

    Tiens le bouquin de Fred Alpi, kr'tnteurs assidus ne faites pas les ignorants, je rappelle que Fred Alpi est le chanteur des Angry Cats – groupe rockabilly présent sur la compilation Rockers Kulture initiée par Tony Marlow - et que nous avons parlé de lui dans notre livraison 239 du 11 / 06 / 2015, c'était dans les locaux de la CNT de Paris, lors de la présentation du livre sur Joe Hill, le Freddy redonnait vie à quelques morceaux du célèbre baladin américain. Innocent du crime dont on l'accusait, injustement condamné à mort, incidemment exécuté. L'avait un peu cherché, était un militant des IWW, syndicat que les grosses compagnies fruitières haïssaient particulièrement. Allez savoir pourquoi.

    betty davis,rockabilly generation 5,rolling stones,fred alpi,juke joints band

    Bref le bouquin il est là sur le stand des éditions Libertalia. Jusque-là tout va bien. C'est après que ça se gâte. Grave. Comme dans un disque du MC 5. Je précise la date et le lieu. Premier Mai et Paris. L'est vrai que ça tangue un peu aux alentours. Les forces de l'ordre ont décidé de semer le désordre à profusion. Vous gaspillent vos impôts à coups de bombes lacrymogènes, l'on voit bien qu'ils ne les payent pas ! Un gâchis monstrueux. Mais pourquoi tant de haine ? Tout cela pour un Macdo brûlé ! Un distributeur de mal-bouffe en moins, le ministre de la Santé Publique devrait rédiger un communiqué de félicitation. Ben non c'est tout le contraire. Ce sont des hordes de CRS qui déferlent, l'en sort de partout, rien à voir avec une phalange macédonienne dans les plaines de Gaugamèles, se planquent soigneusement derrière les gros camions, et avancent prudemment. Sur les médias l'on vous cause sans cesse de notre merveilleuse démocratie garante de la libre-circulation des personnes et des marchandises. Très souvent on oublie de rajouter la fin de la phrase – et des capitaux. L'est sûr que dans le défilé ceux qui portent des valises de billets de 500 Euros remplies à ras-bord sont plutôt rares, quant aux marchandises à part quelques banderoles rudimentaires et deux ou trois cocktails molotov en goguette n'y a pas grand chose, par contre des individus il n'en manque pas. Cinquante mille. A peine croyable : soudainement la République oublie ses grands principes, ce n'est plus l'habituel circulez, il n'y a rien à voir, mais stop, vous n'irez pas plus loin. On ne doit pas être sages. Privés de manifestation. Que voulez-vous tout se perd dans notre beau pays, jusqu'à l'art des barricades comme en 1830 et 1968... Ne vous étonnez pas si après, tout le monde déteste la police, et si vous sentez poindre et croître en vous une terrible fibre anticapitaliste. M'en retourne à la maison en sifflotant I'm goin' black bloc home. C'est des Stones, si je ne ma trompe pas.

    betty davis,rockabilly generation 5,rolling stones,fred alpi,juke joints band

    Bref arrivé chez moi, me suis mis à mon aise, vérifié si par hasard un CRS ne s'était pas caché sous mon lit – on n'est jamais trop prudent – et ai plongé in my happy Alpi book.

    betty davis,rockabilly generation 5,rolling stones,fred alpi,juke joints band

    Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les chanteurs du métro sans savoir à qui le demander. Tenait la basse dans un groupe punk allemand in Berlin ( by the wall ) lorsque Fred débarque à Paris. Fuit les huissiers et un chagrin d'amour, beaucoup pour un seul homme. Dans de telles circonstances vous ne pouvez que prendre les mauvaises décisions. Fred cherche du boulot et malheur pour lui il en trouve. Dans une entreprise. Vous savez ces modernes églises dans lequel le travailleur est appelé à baisser les yeux devant le patron divin et à travailler sans ouvrir la bouche au seul profit de cette majesté exploitante et tutélaire. Bref l'a en a tellement marre qu'il décide d'aller fredonner dans le métro. N'a qu'un seul problème c'est qu'il ne sait pas chanter et qu'il ne sait pas jouer de la guitare. C'est-là qu'il nous déçoit, choisit la facilité celle de caresser le public dans le sens des poils qui lui sortent des oreilles : la chanson française ! Commence par Paris s'éveille de Jacques Dutronc. Continuera par Jacques Brel, George Brassens, Edith Piaf, et Boris Vian. Perso j'appelle ça des trucs de vieux, de parents et de profs, tout ce que mon adolescence a rejeté en bloc, black de colère.

    betty davis,rockabilly generation 5,rolling stones,fred alpi,juke joints band

    Soyons un tantinet économiste marxiste : tout travail mérite salaire, Fred bosse deux heures et demie par jour pour récolter 400 francs ( nous sommes en 1991 ), net d'impôts, et pas de chefaillon pour vous gueuler dessus. Un rapport qualité-prix qui satisfait pleinement notre impétrant. Mais évidemment ce n'est pas le plus important. Ce qui se passe dans sa tête et autour de lui est bien plus attrayant. C'est que voyez-vous le microcosme rend parfaitement compte du macrocosme. Le monde est vaste et infini. Mais si vous arrivez à en comprendre parfaitement les rouages d'une petit partie vous accédez à la compréhension globale du grand tout.

    betty davis,rockabilly generation 5,rolling stones,fred alpi,juke joints band

    Idem pour le métro, le monde du dessous n'est que la miniature du monde du dessus. En plus toute l'humanité se presse dans les couloirs et les wagons. Suffit de regarder. Entre la bourgeoise du seizième et le prolo du petit matin, vous avez de quoi écrire un livre de sociologie, une somme universitaire pondérée. Le Freddy serait plutôt partisan de la critique sociale virulente. L'a remisé les œillères de l'objectivité du savoir dans sa poche. Prend soin de nous avertir, son livre est un roman - autobiographique certes – mais pas un compte-rendu de souvenirs hasardeux. Toute la différence qui existe entre un caillou sur le bord du chemin et celui que vous avez amoureusement égalisé afin qu'aucune aspérité ne puisse dévier sa trajectoire et que la parabole initiée par la fronde de votre colère le mène droit au cœur de la cible que vous avez choisie.

    betty davis,rockabilly generation 5,rolling stones,fred alpi,juke joints band

    Le métro est un véritable bassin de décantation. Les éléments les plus lourds d'un mélange quelconque se retrouvent systématiquement au fond du récipient. Les plus graves aussi. Pire que la misère noire. Les individus qui n'ont plus rien à perdre puisqu'ils se sont déjà perdus eux-mêmes. Sont au bout du tunnel de la vie. Déjantés d'alcool, de crack, de crasse. Misères physiques et spirituelles. Alpi ne nous fait pas le coup de la charité chrétienne faussement égalitariste, dans le lot, il y a des victimes et des ordures. Certains sont poursuivis par leurs propres fantômes, ce sont peut-être ceux qui ont le plus de lucidité et de haine contre eux-mêmes, envers les autres et le monde entier. Se rendent compte qu'à trop obéir ils se sont reniés eux-mêmes. Les exécuteurs des basse-œuvres sont vite oubliés par les donneurs d'ordre. Lorsque l'on n'a pas su se révolter au bon moment, il n'y a plus qu'à s'en prendre à soi-même. L'auto-destruction comme dernier signe, inutile puisque indécodable par le plus grand nombre, de révolte rentrée.

    Ne s'attarde guère sur le gros troupeau. Qui ne fait que passer, tête basse, aussi peu pressés que des bœufs menés à l'abattoir mais poussés par la nécessité de retrouver son taf salvateur. Et destructeur. Qu'en dire de plus ? Personne ne brisera leur chaîne sinon eux-mêmes. Le monde appartient à ceux qui se révoltent tôt. Ceux qui restent sur les sentiers de la servitude volontaire sont des égarés.

    betty davis,rockabilly generation 5,rolling stones,fred alpi,juke joints band

    Si vous ne faîtes pas de politique, d'autres la font pour vous. Peut-être pas au mieux de vos intérêts. Certains ont compris que l'on n'est jamais trop prudent. Qu'il vaut mieux prévoir que guérir. Alpi bosse dans le métro, mais n'en reste pas moins à l'écoute de ce qui se passe en haut. Que voulez-vous cent cinquante minutes de trepalium chantant par jour ce n'est pas assez, cela vous laisse le temps de réfléchir. Et dehors, les choses ne s'améliorent pas, le fascisme rampe mais gagne du terrain. La société devient de plus en plus dure – pas pour les nantis, je vous rassure – et cela se traduit dans les couloirs du métro. La RATP veille à la sécurité de ses passagers, elle embauche des supplétifs aux piquets de police traditionnelles, des espèces de groupes paramilitaires recrutés dans les milices d'extrême-droite, font des rondes. Se sentent forts et soutenus par la hiérarchie. Expulsent les sans-abris sans ménagement, font la chasse aux artistes qui n'ont pas d'autorisation... Les pauvres c'est comme les décharges sauvages dans les paysages, ça fait fuir les touristes et il faut bien passer un coup de balai sur les saletés. Quant aux saltimbanques véhiculent trop souvent des textes provocatifs et des musiques peu orthodoxes...

    betty davis,rockabilly generation 5,rolling stones,fred alpi,juke joints band

    De ses collègues de travail Fred parle peu. Font partie des intervenants qui interviennent en solitaire. Pas possible de pousser la goualante à deux dans un même wagon. L'un sort quand l'autre rentre. On se rencontre entre deux rames sur les quais, on se refile des renseignements, on éprouve de la sympathie pour quelques uns, de l'estime et de l'admiration pour les numéros de certains, mais l'on se croise plus que l'on n'échange.

    betty davis,rockabilly generation 5,rolling stones,fred alpi,juke joints band

    Cinq ans dans le métro, c'est beaucoup. Pour Fred cela ne saurait être une fin en soi. L'a d'autres faims. L'a beaucoup appris. Sait maintenant jouer de la guitare et placer sa voix. Commence à composer, pige qu'il lui faut passer à la vitesse supérieure. L'a fait ses classes et ses gammes. L'a été heureux dans le métro, s'est senti libre, a eu l'impression de décider de sa vie, n'est le maître que d'un modeste royaume mais il n'appartient qu'à lui. L'unique et sa propriété pour parler comme Stirner. L'a creusé sa singularité et l'a découvert sa solitude. Cette monade constitutive de la postulation humaine. Ne nous fait pas le coup du retour de manivelle du christianisme, ne manque pas d'amour, mais de proximités, sait qu'il y a beaucoup à gagner à se frotter aux autres, au sexe des femmes et à l'entraide de tous. L'a franchi une étape importante, celle de l'autonomie, celle de la non-dépendance, promet de nous raconter la suite de ces aventure dans un autre livre. On attend.

    betty davis,rockabilly generation 5,rolling stones,fred alpi,juke joints band

    Musicalement pas ma tasse de thé, je préfère l'Alpi Fred des Chats Colériques, mais cette tranche de vie saignante à la sauce poivre mâtinée des mauvaises herbes de l'anarchie embaumera votre deux-pièces cuisine. A consommer sans modération.

    Damie Chad.

     

    *

    Ne me demandez pas comment je suis rentré en possession de ce document, je serais obligé de mentir. Sachez toutefois que chez Kr'tnt ! on est prêt à tout pour satisfaire les curiosités rock'n'rollesques de nos lecteurs. J'ai hypothéqué la moitié de la maison du voisin ( ne vous affolez pas, il ne le sait pas, du moins pas encore ), et cédé aux exigences charnelles d'une envoûtante et pulpeuse espionne russe. Bref le CD est là, anonyme, dépourvu de toute inscription nominative, prêt à être disséqué. Vous trouverez ci-dessous les résultats de nos premières analyses. Document strictement confidentiel. Inutile de le préciser. Nous comptons sur votre discrétion pour répandre la nouvelle.

     

    JUKE JOINTS BAND

    ( AVANT-PREMIERE )

    betty davis,rockabilly generation 5,rolling stones,fred alpi,juke joints band

    Pour le moment ce n'est qu'un CD anonyme. L'a été enregistré en public à La Lune Rouge de Verfeil-sur-scène en juin 2017. Ne sont que Ben et Chris sur les deux premiers morceaux mais pour les suivants Damien est à la basse et je ne sais qui est le batteur. 1 / Arrondis de Ben à la guitare en introduction, et la voix de Chris comme des galops de rats dans les cordes vocales, évitez les morsures, vous transmettrons la peste et le typhus. Trop tard vous êtes perdu. Le Ben fait de la voltige sur les parallèles de ses cordes. 2 / On a cru que l'on rentrait à la maison mais non l'on est parti pour un méchant voyage dans le blues, Chris roll et tumble dans le micro la voix en force alors Ben se déchaîne dans le solo, on ne le savait pas si méchant, z'ont décidé de croquer la lune ce soir, et accessoirement d'épuiser la cave à whisky de Muddy Waters et de tous les bluesmen de la terre. 3 / Les voici qui déboulent sur le It' All Over Now de Bobby Womack, ne respectent nullement les limitations de vitesse, le Ben vous atchoule une marmelade en état d'ébriété avancée, et Chris vous réalise une de ces embardées sauvages dont il a le secret pour vous arrêter la voiture au bord de la mangrove, la roue droite dans dans la gueule d'un alligator. 4 / Ils ont réduit l'allure, le fond de l'air est poisseux et pesant, sont en train de remonter la Lonely Avenue de Ray Charles et Ben vous extrémitise un solo long comme un jour sans sexe. 5 / Pas de mystère pour le train qui arrive, à part que Ben vous arrache le solo hors des rails, à la basse et la batterie ça shuffle comme des diables et Chris vous rugit son incantation ferroviaire à croire que tous les démons du voodoo sont à ses trousses. Arrivent à stopper à la station du désastre l'on ne sait comment, mais la batterie vous fauche la guérite sur le bord de la voie.

    6 / Ben chicote et chicore les chicanes à la guitare, que voulez-vous que fasse de plus Chris si ce n'est crier son désir fou comme l'on fait une déclaration de guerre, électrique en diable, la voix qui s'accroche comme une tique à un chien, la batterie à coups de trique, et tout s'imbrique car la dialectique du blues peut casser les briques. 7 / Ploum, l'on repart dans un générique de film ( une vineuse production de Tom Waits ), avant la scène d'action, les gars patibulaires dans la voiture qui caressent leur revolver, le Chris vous raconte, vocal et  musique ralentissent et suintent pour que que vous compreniez  que dans les minutes qui suivent, ça va camphrer, et le Ben à l'électrique qui n'en finit pas d'égrener les coups de la cloche lente du destin, le temps en suspension, vous étire les accords à l'infini et Chris reprend la contine du marasme annoncé, une de ces longues jouissances qui précèdent les apocalypses finales. 8 / Un petit fricotis pour se réchauffer les doigts déjà brûlants, un peu de relaxation, chacun se fait plaisir dans son coin pour finir par une espèce d'orgie sonore collective. Stand it up qu'il hurle le Chris, invocation fortement décommandé dans les bréviaires des premières communions. 9 / Vous connaissez le chat qui niaque la chair au plus près de l'os, l'est ainsi le Chris, vous glapit le vocal et les autres lui taillent des morceaux de tigre dans le blanc du coq qui vient d'être égorgé, et le Chris vous bouffe la bestiole à lui tout seul car l'on n'est jamais mieux servi que par soi-même.

    Ce n'était qu'un petit avant-goût avant la sortie du disque. Pour les alléchés, vous allez sur le FB de Juke Joints Blues et vous aurez non seulement le son mais aussi l'image. Certes ce n'est que du blues. Mais une injection de ce venin de crotale est fortement recommandé à tous les rockers qui ont le sang bleu. Magnifique.

    Damie Chad.