Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CHRONIQUES DE POURPRE 258 : KR'TNT ! 378 :OBLIVIANS / SPUNYBOYS / UNBELIEVERZ / CRASHBIRDS / JOKOKO / LOOSER DISCS

KR'TNT !

KEEP ROCKIN' TILL NEXT TIME

LIVRAISON 378

A ROCKLIT PRODUCTION

LITTERA.INCITATUS@GMAIL.COM

14 / 06 / 2018

OBLIVIANS / SPUNYBOYS /UNBELIEVERZ /

CRASHBIRDS / JOKOKO / LOOSER-DISCS

Obliviande - Part Two

z4083dessin.gif

Revoir les Oblivians sur scène, c’est toujours intéressant, même s’il n’y a rien à en dire.

— T’as vu, c’était super !

Oui, la messe est dite depuis belle lurette. En gros, depuis 1998, quand Tim Warren s’extasiait à coups d’Holy fuck ! et d’Oooh Yasss ! dans son Big Daddy Catalog. Ce gros document fonctionnait comme une bible. On le consultait dès le réveil avec la première clope et une dernière fois le soir, avant d’éteindre la lumière. Tim Warren ne tarissait plus d’éloges sur les Oblivians, les Gories et toute la smala de gangs qu’il avait signé sur Crypt, mais il vantait aussi les mérites de l’exotica, du rockab, du cajun, de l’early r’n’b qu’on appelait le jump et d’une ribambelle de curiosités underground. Comme Lux Interior, il creusait inlassablement cette mine d’or qu’on appelle aussi la poubelle de l’industrie musicale américaine. Tous les deux parvenaient à déterrer des merveilles qui allaient en quelque sorte sauver le rock menacé de beaufisation par les services de marketing de l’industrie musicale. Le meilleur exemple de cette réaction à l’aplatissement généralisé, c’est l’arrivée d’Azil Hadkins dans les bacs des disquaires européens. Invendable, mais génial. Merci Lux ! Tim Warren et Lux Interior étaient convaincus d’une chose : le pur esprit rock reposait sur un principe de sauvagerie. À leurs yeux, le rock ne pouvait être ni dompté ni corrompu ni civilisé. Go fuck yourself ! Pour eux, le rock ne vend pas son cul. C’est dire si Lux et Tim avaient du courage pour oser exister face à un système aussi écrasant que le monde corporate. Un système qui avait réussi à désamorcer la bombe du rock’n’roll des fifties (Elvis envoyé faire son service en Allemagne, Jerry Lee coulé par des charognards de la presse anglaise, Little Richard rentré dans les ordres, Buddy Holly et Eddie Cochran enterrés, Chuck aussi, mais vivant, au trou, il ne restait plus que des mecs comme Bo et Fats qui ne représentaient aucun danger pour l’establishment). Ce même système réussira vingt ans plus tard à récupérer la vague punk anglaise pour en faire un commerce d’accessoires de mode, piétinant ostensiblement la valeur artistique d’un mouvement spontané. En gros, Steve Jones, Pete Shelley et Brian James subirent le même sort qu’Elvis, Chuck et Jerry Lee. Trop sauvages, trop beaux, trop libres pour être honnêtes. Il fallait que ça cesse d’une manière ou d’autre autre. Mais cette vague punk fit des petits comme elle put, de la même façon que la première vague de pionniers enfanta des revivals plus ou moins crédibles. Quel que soit le domaine musical, les kids font preuve d’une patience et d’une curiosité infinies. Et c’est précisément là où des gens comme Lux et Tim sont vitaux, car étant eux-mêmes acteurs dans leurs domaines respectifs, ils font autorité en matière de cap à suivre. Ils devinrent en quelque sorte les arbitres des élégances, dans un univers labyrinthique où il était facile de se perdre, tant sur le plan financier que culturel.

À une époque, lorsqu’on s’intéressait aux auteurs du XIXe, on écoutait religieusement les voix de Pascal Pia et d’Hubert Juin. Ils s’exprimaient comme des oracles, et montraient le chemin conduisant à certains trésors enfouis de la littérature de l’avant-siècle. En matière de culture rock, les journalistes du NME - Mick Farren et Nick Kent en particulier - ont longtemps occupé les postes d’oracles, jusqu’à l’arrivée des ouvrages (trop) richement documentés de Peter Guralnick (deux tomes définitifs sur Elvis, mais aussi des choses captivantes sur la Soul, la country et le blues, l’ouvrage le plus récent étant un pavé indispensable de mille pages sur Sam Phillips). Tous ces gens n’en finissaient plus d’indiquer la seule direction possible : l’underground. La caverne d’Ali-Baba, l’anti-téléramisme, le paradis des affamés d’oxygène, en clair, un vivier de centaines d’artistes passionnants à découvrir et très vite le sentiment qu’une vie ne peut suffire à tout explorer. Arghh !

z4088deuxguitars.jpg

Et quand les Oblivians débarquent sur scène, c’est toute cette culture qui remonte immédiatement à la surface. Ces trois mecs de Memphis incarnent la grandeur de l’underground américain à la perfection : pas de roadies, pas de costumes de scène, pas de rien. Deux guitares et une batterie. Greg Cartwright arrive le premier sur scène. Il a perdu un peu de poids. Il semble assez tendu et jette un coup d’œil furtif sur les trognes pétries d’admiration alignées au premier rang. Il branche sa guitare et une vieille pédale wha-wha. Rien d’autre. Pas de rack de pédales d’effets comme en ont les musiciens à la mode. Cartwright porte une chemise ouverte sur un T-shirt, et des mocassins basiques. Les moins chers du magasin. Quand plus tard, un mec du public lui dira «I love your shoes !», Cartwright répondra sèchement : «Comfortable stage wear !» Greg Cartwright n’est pas un communiquant. De l’autre côté, Eric Oblivian branche sa guitare et on voit enfin arriver l’une des plus grandes stars de l’underground américain, Jack Yarber, habillé lui aussi à la ville comme à la scène, casquette, polo et pantalon de survet de couleurs improbables, dans des tons grisâtres, comme s’il ne voulait pas qu’on le remarque.

z4085guitar2.jpg

L’anti-rock star par excellence. Il s’installe à la batterie et va faire pendant la première partie de set ce qu’il fait depuis vingt ans : battre sec et net cette collection de hits trash-punk qui n’ont pas pris une seule ride. Et pouf, les trois vétérans de la scène garage de Memphis envoient leur vieille purée : «Feel Real Good» suivi de «Shut My Mouth». Très vite, Greg Cartwright monte sur ses grands chevaux et s’exacerbe, au point qu’on s’inquiète pour son équilibre physiologique. Dans les poussées de fièvre, il frise littéralement l’apoplexie, son cou se gonfle et il devient rouge comme une tomate, il faut le voir hurler ses vieux hits colériques. Il croit qu’il a toujours vingt ans et qu’il peut piquer des crises psychotiques comme au bon vieux temps. Mais il le fait avec une telle véracité épidermique qu’on ne peut que se prosterner devant l’expression d’une rage aussi exemplaire. Sa technique de guitare n’en finit plus d’impressionner, il double sa rythmique frénétique d’échappées belles, de petites tortillettes d’imprécations cavaleuses. Il joue tout à la stricte arrache, sans pitié pour les canards boiteux. Eric Oblivian et lui offrent un beau spectacle bien rôdé de deux bretteurs qui ferraillent au mieux des possibilités du genre. Ils sont vraiment les rois des ferrailleurs. Ils taillent leur son ventre à terre, dans une sorte d’osmose rouillée de carcasse abandonnée. Le plus drôle de toute cette histoire, c’est qu’Eric Oblivian et lui ont des allures de profs. Ils ressemblent plus à des profs d’histoire-géo qu’à des rockers. Ils sont parfaitement anti-punk et anti-déguisement. Tout leur crédo passe par le son. Par le raw du son. Pas plus raw to the bone que l’Oblivian Sound System. Vingt ans après leurs débuts, leur punch reste intact. Ils sortent un ramdam qui forcément ne peut pas plaire aux âmes sensibles, mais c’est fait pour ça. S’il est bien un groupe intègre sur cette terre, c’est les Oblivians. Ils partagent cet apanage avec leurs collègues les Gories. They don’t give a shit, comme le disent si élégamment les Anglo-saxons, ce qu’on pourrait traduire par : si ça ne te plaît pas, va voir ailleurs ! Mais leur raw a du style. Difficile d’expliquer la grandeur du garage-punk quand il est bon. Le garage-punk bien foutu est une sorte de synthèse cataclysmique.

z4084photo1guitbleu.jpg

Les Oblivians fonctionnent comme des éponges qui régurgitent : ils ont pompé toute la légende de Memphis, depuis Meteor et Sun jusqu’aux Jesters et Mud Boy & The Neutrons, et ça ressort sous forme de giclées fumantes. Ils ont assez de talent pour calibrer ces poussées de fièvre et assez d’énergie pour les personnaliser. Eric, Greg et Jack puisent exactement au même endroit que Lux et Tim et ça ressort sous la forme de «Woke Up In A Police Car» et «Big Black Hole». Explosif. Emmené à train d’enfer, au tempo de la métempsychose du Memphis Psychosis with the Memphase Blues again. On pourrait penser que Memphis donne du crédit aux Oblivians, mais il faut raisonner à l’envers, quand on les voit jouer sur scène, ce sont les Oblivians qui donnent du crédit à Memphis, surtout quand Jack Yarber arrive au micro coiffé de sa casquette grise : il enveloppe sa SG bordeaux de tout son corps et se penche vers le micro pour emmener la deuxième partie du set dans l’un des plus fascinants firmaments de tous les temps.

z4089guitar.jpg

Il est l’une des dernières grandes incarnations du rock américain. Ce mec pue la classe à dix mille kilomètres à la ronde. Il chante et joue «Strong Come On» avec une élégance naturelle qui devrait servir de modèle à tous les apprentis sorciers. Il semble se fondre dans son oblivianité, il joue son rôle de chef de meute avec un flegme fascinant. Chaque seconde de ce spectacle nous conforte dans l’idée que le rock n’est pas une vue de l’esprit, mais une réalité bruyante et vivante, l’expression d’une forme de vie intelligente. Les Oblivians n’en finissent plus de labourer les terres de leur légende pour que germent des éclairs à n’en plus finir, pour que leur lumière éclaire encore un peu les ténèbres de notre vaste médiocrité. Rien n’est plus spectaculaire qu’un groupe sûr de lui. Oh bien sûr, les Oblivians ne rempliront jamais les stades, mais ils le savent depuis vingt ans et sans doute s’en félicitent-ils, car au fond à quoi sert de remplir un stade, sinon à devenir riche ? Et une fois qu’on est riche, à quoi sert d’acheter des voitures et des maisons ? Car une fois qu’on a acheté les voitures et les maisons, que fait-on ? On achète des œuvres d’art et on fait des voyages ? On se paye des putes de luxe ? Et après ? On fait quoi ?

z4087guitarred---.jpg

Signé : Cazengler, Obladi, Oblah-blah

Oblivians. Le Petit Bain. Paris XIIIe. 28 mai 2018

FONTAINEBLEAU / 07 – 06 – 2018

LE GLASGOW

SPUNYBOYS

z4081affichebrian.jpg

J'ai détruit la moitié de l'appartement – et l'autre ne valait pas mieux – le mois dernier quand j'ai appris que les Spuny étaient passés la veille au Glasgow sans que je le susse comme disait Colette en évoquant un individu qui se vantait d'avoir été son amant. Grâce à Sergio Kahz qui m'a prévenu, au lieu de passer le bulldozer sur les restes de ma malheureuse bicoque je puis en toute sérénité ce matin écrire ma kronic tout en me faisant cuire un œuf à la coque. Au hasard Balthazar, quelles sont les premières personnes que je rencontre dans l'antre à bière mousseuse ? Je vous le laisse deviner en mille et une nuits : Sergio Kazh – à qui vous écrirez une belle lettre de remerciement sans faute d'orthographe, si possible, pour les photos - Bryan Kazh sans sa contrebasse mais en la charmante compagnie de Daytona, et Maryse Lecoultre, vous avez reconnu la cellule germinative de la revue Rockabilly Generation – j'ai eu droit à la primeur de la couve du numéro 6, pas vous, mais le monde est rempli d'injustices. Terminons les élucubrations de Damie, voici les Spuny !

SPUNYBOYS

N°3.jpg

Beaucoup de monde. D'abord c'est les Spuny. Ensuite, le Glasgow ils l'écument régulièrement, le lieu où nous avons joué le plus de fois, se vantera Rémi. Enfin pas besoin d'établir des statistiques ni de se livrer à une enquête ministérielle, un scandale épouvantable, la sacro-sainte parité n'est pas respectée, ça crève les yeux, une majorité de filles qui squattent les premières places et n'en finissent d'onduler, telles les pommes tentatrices de l'éden qui se balançaient sur l'arbre de la connaissance du désir sous la brise que le Devil in person soufflait diaboliquement sur ces fruits merveilleusement juteux. C'est que Rémi vous a un de ces sourires ravageurs... Pour la musique je ferai vite : imaginez une tornade qui oscille entre la force 10 du Bop et la force 11 du ted-sound, avec fragrances hillibilly et saveurs jazz sur les soli de contrebasse, le tout agrémenté de pépites vocales à virulentes envolées Richardiennes, the man you could see on the sea, the man you could see on the sky.

N°12.jpg

Pour monter si haut dans les cieux, Rémi triche un peu, l'a sa béquille. Sonore. C'est comme les oiseaux, l'en existent de plusieurs sortes, les migrateurs, les cuculiformes, les passereaux, lui fait partie des échassiers. L'a dû – ceci n'est qu'une hypothèse de travail hautement scientifique - être traumatisé dans son jeune âge par la lecture de le Baron Perché, d'Italo Calvino, qui refuse de descendre de son arbre, Rémi lui s'obstine à se percher à la moindre occasion sur sa big mama. S'y trouve bien, c'est son nirvana, son nanan de grand garçon, quand il ne se retient plus de faire un malheur il ne résiste pas, il grimpe dessus, s'installe aussi à l'aise sur ce perchoir instable que sur les larges banquettes-arrière des Cadillac, n'a pas le fromage du corbeau dans son bec, par contre l'en possède le ramage, un organe flexible et puissant, qu'il entrecoupe par de longs cris de dinosaurus erectus, dans le seul but nous assurent les paléontologues de paralyser leur proie, et peut-être même leur femelle – parfois il en descend, la prend sous son bras et s'en va se promener. La jette à terre, et entreprend de faire des pompes sur le plancher, une note, une pompe, une pompe une note, au niveau respiratoire la note devrait être salée, mais non continue de chanter comme si de rien n'était, se juche sur les tonneaux ( qui servent de table ) en jonglant entre les verres, et poussera même le vice suprême à jouer à la pyramide sucrière, un je monte la big sur sur la barrique, deux je monte sur la mama, trois miséricorde ! j'ai beau tirer sur les cordes et essayer de poursuivre mon ascension ma tête époussette déjà les toiles d'araignée du plafond. Vous l'avez compris un Rémi en pleine forme, qui vous pousse des hurlements de sauvages toutes les trois minutes, vous descend tout le répertoire rockab à la mitraillette lourde, sa banane, désormais méthanière, pointant comme le rocheux éperon de l'île d'Oléron.

z4096batteur.jpg

Evidemment s'il peut se permettre ce genre d'acrobatie, c'est qu'à ses côtés ça assure grave. Guillaume, encore un excité. Pas du même genre. Dire qu'il fait ses coups en douce serait un mensonge, une contre-vérité historique, car il cogne ses peaux avec la force démesurée des sapeurs qui enfonçaient les pieux qui permirent de construire le pont salvateur dans l'eau glacée de la Bérézina. L'a d'ailleurs un peu le rôle de Napoléon dans le combo fou. C'est lui qui décide. Vous fracasse les œufs durs d'alligator à coups de masse sans préavis et les deux autres ont intérêt à s'aligner illico les coquelicots. Son truc à lui, c'est le coup qui tue. Un seul suffit. S'il en faut douze pour allumer le kaos, vous en compte douze, pas un de plus, pas un de moins, les bons comptes font les bons amis, et un bon ami est un ami mort. Pas le temps de ramasser les cadavres, sans préavis vous cingle une cymbale, à la manière d'un hussard qui taillade la croupe de sa monture afin de lancer la charge, mais ce que je préfère, c'est son air impérial lorsqu'il arrête tout brutalement – car chez Guillaume même le silence est brutal – j'adore le voir immobile, la baguette arrêtée net au milieu du tambour, me rappelle Tante Agathe quand elle plongeait sa cuillère de bois d'une façon définitive dans la casserole du civet, l'air de dire mes enfants je vous assure que ce sera bon, et ma foi je l'avoue le chat du voisin n'avait jamais meilleur goût. Et ploum, il relance la tambouirlle comme jamais. Déconstruit des murs de breaks, un furet de fureur, insaisissable, vous emplafonne l'ouïe par ici, et vous défonce l'Eustache déjà par là.

N°8.jpg

Eddie est à la guitare ce qu'est la catastrophe lorsqu'à l'autre bout du monde un innocent papillon bat doucement de l'aile, la gauche. L'a son style à lui. Pas le genre à vous pondre de longues phrases à la Damie Chad que personne n'y comprend plus rien au bout de trois lignes. S'il entrait chez les scouts – en fait je le verrais mieux chez les Comanches - ce serait facile de lui donner son surnom, ce serait vitriol incisif. C'est toujours celui qui en fait le moins qui produit le plus d'effets quand il se fout au boulot. Ce genre d'ouvriers de la onzième heure sont le cauchemar des DRH. Bref Eddie – et cet adverbe n'a jamais été précisé avec autant d'à-propos sémantique – il ne joue pas de la guitare. Il intervient. Style commandos qui vous détruisent les canons de Navarone avec de détonnantes charges de plastic. Son truc à lui, ce n'est pas la plume chatouilleuse. L'est du genre grande glaciation subite. Vous égrène une dégelée de notes, comme çà, par surprise, juste pour le fun de vous faire souffrir, point trop n'en faut, dose minimale, sept secondes maximum, et vite il se pousse sur le côté, en arrière, car oui, il est comme ça, un gamin vicieux qui sait qu'il fait mal, qu'il ne devrait pas, mais plus fort que lui, animé par le démon du rock'n'roll faut qu'il s'avance, qu'il fanfaronne, que l'on ne voie que lui, une minuscule période temporelle, et puis le gars modeste qui se retire désespéré de vous avoir dérangé. Vous pensez qu'il regrette qu'il va vous rédiger un mot d'excuse, pas du tout le matou, un m'a tout vu qui remet le couvert, nouvelle fricassée de banderilles, vous laisse pantelant dans l'arène, ne vous inquiétez pas il reviendra. Chemise rose de tueur de la maffia, l'a la gâchette facile sur son stradivariock. Un virtuose.

34726486_595023560881523_3496982498619949056_n.jpg

Noche muy caliente, hay senoritas ! hablo el langage de Don Quijote tambien, trente-cinq degré quatre dizièmes, sûr que vous pouvez poursuivre vos étuves au Glasgow, z'ont la camisole trempée de sueur et leur grimpant en guenilles qui leur colle aux parties, pas de quoi arrêter des rockers, pas de pitié, exunt les trois sets réglementaires, ce soir tout le monde l'aime chaud, quarante titres d'affilée, sans halte, ni étape. Rappels sur rappels. Tout le monde en veut encore, nos trois escogriffes et particulièrement tout le public féminin qui n'arrête pas de s'agiter, un pourcentage d'agglutination si hallucinant que vous en ressortez massé de partout, sérieuses concurrence pour les massages thaïlandais, peuvent aller se rhabiller, le Rockabilly Generation N° 4 s'écoule comme des doses de crack à la Porte-de-la-Chapelle, les Spunys sont en couverture, l'impression toutefois que la gent féminine préfère les boys en os et surtout en chair. Little Richard, prédicateur devant l'Eternel à ses heures perdues nous l'a répété à mainte reprises, dans ses heurts retrouvés, le rock'n'roll est un péché véniel. Que le Diable nous entende. Ite missa est.

Damie Chad.

( Photos : FB : Sergio Kazh )

08 / 06 / 2018MONTREUIL

L'ARMONY

UNBELIEVERS / CRASHBIRDS

Rendez-vous à L'Armony, wouah ! Le café fait peau neuve, le mur de la scène repeint à vif, rouge sang d'un côté, noir anthracite de l'autre, et la paroi de gauche recouverte d'une tapisserie matelassée de trois centimètres d'épaisseur, de quoi empêcher le bruit d'un rotor d'hélicoptère de franchir la cloison, la classe ! Quand j'arrive les Unbelieverz sont en train d'installer le matos, un spectacle en soi. Normalement faudrait traduire par ''non-croyants'', mais ''les incroyables'' correspondrait mieux. Pas des stressés de la touffe, le prennent à la cool, no speed, Delphine – she 's the one in her red bluejeans – aide de son mieux ces grands enfants qui s'amusent comme des gosses et qui n'en font qu'à leurs têtes. Sont avant tout intéressés par la découverte du nouveau millénaire, ces porte-verres ( de bière ) qui se fixent sur la tige du micro... ne les prenez pas non plus pour des shadocks, à eux cinq leurs parcours individuels résument l'histoire du rock français, Spermicide – virus extrêmement dangereux – Bad Losers, The Jones, Shitbones, The Sarah Connors, Pat Kebra qui permet par les lois de la sainte généalogie de remonter jusqu'à Oberkampf, des gars qui ont déjà pas mal d'heures de vol à leur compas.

THE UNBELIEVERZ

z4098tous.jpg

A peine ont-ils enfourché les premières mesures de Pipeline, que le public se masse devant la scène, le combo joue sec et chaloupé, ce balancement primal issu du vieux blues qui depuis et durant trois-quarts de siècle a irrigué la veine cave du rock'n'roll des bas-fonds. La danse furibarde de l'éléphant qui écrase la tête des serpents venimeux qui lui barrent passage.

z4099chanteur.jpg

La grande gueule devant, sous sa casquette et au micro, c'est Jex Spector, l'a laissé son harmonica à la maison, et l'air de rien la tête complaisamment appuyée sur son coude, personne ne s' apercevrait qu'il déchiffre les paroles des morceaux s'il n'avait pas les textes étalés sur le lutrin paroissial devant lui. L'envoie sans efforts de sa belle voix solide, sans se prendre au sérieux, distribuant quelques coups de pieds amicaux dans le derrière des guitaristes au moment des soli. On ne le voit pas, caché par ses camarades, mais il n'arrête pas de japper, le chacal du désert qui dénonce la caravane par ses rafales d'aboiements incessants. Rascal est à la batterie, une frappe qui ne s'alourdit jamais, rebondit sans cesse, l'éternelle jeunesse du battement primordial, fuite éperdue d'un tempo en accélération, se renouvelle sans cesse, refuse les conclusions épisodiques des breaks qui s'achèvent en fanfare grandiloquente, préfère mener la coure en tête, une pétarade crépitante incessante.

z4100guitariste.jpg

Tir nourri de guitares par devant, JC Vivron (- nous jusqu'à demain, sans doute puisqu'il existe encore du rock'n'roll au bout de la nuit ), en retrait, discret mais une extraordinaire présence, les doigts qui crawlent sur le manche à croire qu'ils traversent le Channel poursuivis par un banc de requins affamés, un orfèvre, rapide mais d'une précision extrême, l'aime ça, cela se sent à la manière dont il assaille son instrument, l'a un pari à gagner contre lui-même à chaque minute, et il remporte la mise à chaque fois. Sera éblouissant sur les deux derniers titres I Wanna Be Free et I Got a Right des Stooges. Le rock sans malaise n'est qu'un cobra sans venin, manque l'essentiel, un côté sombre et malsain – face Lux folie douce et pile Interior névrose tourmentée – l'on a de la chance, z'en z'ont deux dans Unbelieverz, Thierry Jones à la guitare – le côté Brian des Stones – davantage enfermé en lui-même, joue en solitaire pour lui-même et Stephen Bacon, vous le sert en tranches sombres et empoisonnées, amer, sur une autre planète, peu paradisiaque, White Heat White Light et Strychnine pour ceux qui veulent empoisonner le chien du voisin.

z40101jones.jpg

Neuf titres – pas très neufs puisque ce sont des reprises – mais bourrés d'énergie. De l'amphétamine rock sans reproche, sans surprise mais si bellement expédiés que le public en redemanderait, faudra se contenter des souvenirs de Up & Down et She Does It Right. Eux aussi. Le font encore mieux.

CRASHBIRDS

A ) Théoria :

z4102lesdeux.jpg

Les cui-cui sont de retour à l'Armony, sacrée nichée. Pierre Lehoulier en corbeau noir, Delphine Viane en corps beau rouge. Les Bonnie and Clyde du dirty rock'n'blues. Tirent à vue sur tout ce qui bouge, et sur tout ce qui ne bouge pas, dans le seul but de n'oublier personne. Des bienfaiteurs de l'Humanité, qui ne les mérite pas. Mais sans doute est-il temps de méditer sur le premier terme de cette sainte trinité, de cette maudite trilogie. Dirty, parce que le monde est sale. Beaucoup ne s'en aperçoivent pas. Parce que when they awoke in the morning, ils prennent garde de fermer les yeux. Ne veulent pas voir les pensées qui grouillent en leurs têtes, que le petit déjeuner avalé ils se mettront en quête de Someone To Hate, qu'ils ont une déclaration de mort à faire leur meilleur ami, I Want To Kill You, qu'ils seront sans pitié, No Mercy. Le problème c'est que s'ils jetaient un regard au-dehors, ce serait encore pire, une vie désagréable les attend, Hard Job, dans lequel ils are Boring To Death, et s'ils essaient d'analyser froidement la situation, le constat est simple : ne sont ni plus ni moins que des European Slaves. Fatale vision. Ne vous reste qu'à prendre une corde et à vous pendre au premier réverbère qui passe dans la rue. Triste destin. Déjà vous strangulez , vous pendouillez sans force et l'agonie vous tressaute. Tenez bon, ils arrivent, Mister Blues et Miss Rock. Sont plus forts que vous, elle et lui se sont chacun munis de six cordes et alors que vous sentez le néant s'infiltrer en vous, ils vont vous requinquer fissa. Vous ne savez pas comment, toute l'histoire vous est contée par le menu ( apéro et café compris ) dans le paragraphe suivant.

B ) Praxis :

z4017lesdeux.jpg

Pour voler à votre secours Pierre a chaussé ses bottes de sept lieues, nous ne sommes pas dans un conte de fées, aussi nous efforcerons-nous à une description plus réaliste, disons des charentaises phoniques, une espèce de pantoufle géante en bois qu'il piétine du pied droit sans s'arrêter. Martèle le rythme du blues, une espèce de menuet dessalé qui n'est pas sans évoquer en même temps la marche pesante et solennelle de la statue du Commandeur qui s'en vient vous prendre par la main pour vous emmener en enfer. Frappe du talon et vous met en communication directe avec la marche funèbre de votre futur enterrement. Beaucoup plus ensorcelant qu'il n'y paraît. Une cantate hypnagogique ensorcelante, les yeux fascinants de l'Alligator qui vous regardent longtemps, longtemps, avant de... Suspense intolérable, nous interrompons cette narration, pour vous laisser le temps de respirer.

z4015delphine.jpg

Car l'antidote de cet instinct de mort est juste à côté. Delphine, le rock incarné au féminin. Sourire narquois et joie de vivre. Trille dans le micro. Vous réconcilie avec la vie dès qu'elle ouvre la bouche. Vous raconte des horreurs sans nom qui à peine sorties de ses lèvres se métamorphosent en tentations irrésistibles. Avec ses cheveux roux, sa salopette rouge, l'est une flamme vivace qui pétille de mille feux. Vous débite des tombereaux de cauchemars, d'une voix tranchante comme un sabre d'abordage, elle conte le carnage de vos illusions et vous buvez le sang qui gicle comme du petit lait sorti tout droit de la mamelle sacrée de la Grande Déesse. Une comédienne, lorsque Pierre annonce un nouveau morceau Stupidity et qu'il embraye une intro sautillante et goguenarde à souhait, elle sourit si bêtement que vous ne pouvez pas penser à l'incipit épigraphique du roman de Jean-Paul Toulet : ''Quelle est cette jeune personne, qui s'avance vers nous et dont les traits n'annoncent pas une vive intelligence ?''. Mais la voici de nouveau altière comme une déesse.

z4013sage.jpg

Ne riez pas. Regardez Pierre, ferme les yeux, ses doigts courent sur sa Gibson, l'est loin de nous, l'atteint à une espèce de transe extatique qui l'emmène on ne sait où, au plus profond des eaux saumâtres du bayou. Sa barbe pointue lui confère l'attitude d'un sage du désert près d'atteindre le nirvana. Sa guitare psalmodie une étrange mélopée venue d'ailleurs. Delphine scande un texte qui vous prend l'ampleur d'une épopée viking, vous ne vous appartenez plus, subjugués par une rythmique bourgeonnante d'inventions, vous êtes en partance, et tout s'arrête brusquement. Pierre se talque les mains et saupoudre le manche de sa guitare, Delphine change d'électro-acoustique, et Monsieur Lehoulier se vante de ne pas savoir jouer le morceau suivant. S'en tire comme un chef de guerre. Personne n'en avait douté un quart de seconde.

Miss Rock and Mister Blues, ce n'est pas Le Rose et le Vert de Stendhal, c'est le rouge et le noir de la double hélice de l'ADN de notre musique. Dès qu'elle se met en mouvement, elle réveille les monstres qui dorment au fond de nous. Les Crashbirds, ne sont que deux, formation à minima. Mais ils touchent à l'essentiel, à la rage et au désespoir, au tranchant de l'épée, au fil du rasoir, remontent vers la lumière du jour, mais le couple orphique se tourne l'un vers l'autre, ils se regardent et reviennent sur leurs pas, ils préfèrent nous emporter avec eux dans les souterrains stygiens, car les antres du dirty rock'n'blues sont notre demeure.

SURPRISE DU CHEF

Ne reste plus qu'à rentrer à la maison. Pas du tout, Farid de l'Armony tient à prolonger la soirée. Dedans rien de nouveau, mais dehors, au frais, sur le trottoir-terrasse la surprise nous attend, Farid régale son monde - assiettes, fourchettes, couteaux, serviettes papier – n'y a plus qu'à déguster un mirifique couscous – semoule, légume, sauce, poulet, une splendeur gastronomique, aussi délicieux qu'un troisième groupe de rock'n'roll. Merci Farid !

Damie Chad.

( Photos : FB : Pomarel Line )

KRONIK ( 1 )

Mais ce n'est pas tout. Pierre Lehoulier n'a pas qu'un seul fibrome à son cerveau. La guitare, lobe droit – je n'insiste pas – mais aussi le dessin, lobe gauche. C'est lui qui crée les pochettes et les affiches de Crashbirds ( voir KR'TNT ! 351 du 07 / 12 / 2017 ) participe aussi au comic Kronik, ce qui explique durant le concert la présence d'un stand de la revue, tenu par Jojoko. Vous présenterai dans la prochaine livraison quelques numéros de Kronic, mais ce coup-ci ce sera deux fascicules signés de Jokoko.

 

JOKOKO

LE PETIT CHOKING VICTIM ILLUSTRé # 1

made by satan

( dIy prod. / 2016 )

numérisation0002.jpg

Jokoko, un sale coco à éviter. Cette phrase pour détourner et protéger les âmes sensibles. Jokoko, le joker, dans votre poche, l'ultime carte, celle que vous sortez en dernier ressort lorsque la Mort vous a embringué dans une belote au comptoir et que c'est mal parti pour vos abattis. Pas de panique. Avec Jokoko l'activiste post-punk-destroy, vous êtes pénardos, vous vous en tirez frais comme une rose. Fanée, certes, mais l'on n'a rien sans rien. C'est que Jokoko, l'a de la matière noire graphiteuse dans le cerveau, ne vous dessine que des horreurs à pousser au suicide le proprio qui vient réclamer ses deux années de loyers impayés, et dont les yeux ont croisé au hasard cette mince plaquette nonchalamment ouverte sur la table.

z4091nomanager.jpg

Franc-jeu dès l'intro. Crayonné au théâtre disait Mallarmé, Jokoko, c'est direct sabordé dans le métro brinquebalant, difficile de trouver pire. L'artiste doit savoir se mettre en relation convulsive avec son sujet, imaginez le résultat quand vous partez d'une idée tangentielle. Evidemment ça craque. Dans les année 90, Choking Victim est déjà un joyeux mélange explosif instable à lui tout seul. Groupe post-punk de New York, des squatteurs fous, des ska-teurs pas doux, des violents durs au core à core, iconoclastes, tapant du pied dans la fourmilière du Dieu et du Diable, z'avaient déjà du mal à se supporter eux-mêmes, se sont atomisés le premier jour de l'enregistrement de leur premier album, No Gods / No Managers. Des anarchistes acharnés.

Pour ceux qui ne comprennent pas l'anglais et pour ceux qui l'intuitent, Jokoko vous fait l'explication de texte, pas de vains discours, un vers, une vignette – de celles qui ne sont pas remboursées par la Sécurité Sociale – un dessin en blanc et noir – Pour Balzac c'était Splendeur et Misère des Courtisanes, pour Jokoko, c'est bienfaits et méfaits du Krak. Un comic qui donne dans le comique, toutefois une comédie dans le style du théâtre de la Cruauté. Vous dégustez et tout de suite après, vous craquez, vous téléphonez à votre dealer. Ce n'est pas que Jokoko vous peint l'avenir en rose, c'est qu'il vaut tout de même mieux rire en enfer que vous ennuyer au paradis des existences aseptisées. Illustre ainsi : 500 Channels, Fuck Reality et In My grave. Ça tombe bien et c'est très grave.

Damie Chad.

JOKOKO

GLUBURP !

z4090glugurp.jpg

Entendu le titre on comprend que l'artiste dessine en yaourt. En yoglourt barbare. S'attaque à une représentation sacrée, celle du portrait de ses contemporains. Il se pourrait que son monde ne soit pas le vôtre. Ou alors c'est qu'il ne voit pas son environnement comme vous. Plus sûrement, vous avez oublié d'ajuster vos lorgnons. Commence par les trois fléaux de l'Humanité, l'alcool, le tabac et la merde – Antonin Artaud disait qu'il y en avait partout dès qu'il y avait de l'être vivant. Chez Jokoko, c'est plutôt les survivants. L'essaie de ne pas vous démoraliser, vous enveloppe la crotte dans un beau jeu de mots, on sent qu'il se donne du mal, mais non, l'a une vision très sombre. C'est peut-être pour cela qu'il emploie beaucoup de feutre écarlate. Alchimie égalitaire, l'œuvre au rouge terminal n'a guère engendré de notables améliorations quand on la compare à l'initiale œuvre au noir du départ. Une préférence nette pour les yeux globuleux qui sortent de la tête et les gueules ouvertes. Vous tend des messages subliminaux comme Le Brun avec ses portraits de Louis XIV sur fond de fleurs de lys, modernise un tantinet, seringues, os, zizi, molaires, préservatifs, que voulez-vous, il vit dans son siècle. Qui est aussi le vôtre. C'est fou d'ailleurs comme je vous reconnais. Un véritable moraliste Jokoko, vous peint à merveille, ne tournez pas les talons, vous ai identifiés. Tous. Vous n'avez pas dû le payer bien cher, car il n'a pas fait d'effort pour améliorer votre catastrophique laideur. Une typologie des plus précises de l'Homme Moderne. La bêtise satisfaite d'elle-même. Le repu qui pue. Le mieux ce sont les portraits de groupe, vous avez une chance de passer inaperçu, mais attention, plus vous vous agglutinez avec vos semblables, plus l'insipide et stupide obstination de l'espèce humaine à persister dans sa médiocrité vous saute aux yeux. Pas un pour sauver l'autre. L'équipe des bras cassés au complet. Jokoko n'a oublié personne. Jokoko est un créateur, l'a fondé le dégoûtart, celui qui vous sied à merveille. Ce sera mon dernier mot, it's just a joke ! It's just a Jokoko...

Damie Chad.

L'ANTIDISCOTHEQUE IDEALE

100 CHEFS D'OEUVRES

AUXQUELS VOUS AVEZ ECHAPPE

CHRISTOPHE CONTE

( GM Editions / 2015 )

z4106book.jpg

Le style d'ouvrages difficiles à présenter par excellence. J'en lis souvent et ne me résous à ne les choniquer que rarement. L'exercice est difficile, regorgent d'informations qu'il est difficile de synthétiser. Et autant en emporte le vent. Une belle introduction de Bernard Lenoir ( France-Inter et les Inrockuptibles, autant dire deux fausses-pistes ) et c'est parti pour cent galettes étalées entre 1967 et 2015 qui n'ont pas rencontré le succès auquel leurs qualités intrinsèques les destinaient. La vie est parfois cruelle et injuste. Et le bureau des réclamations introuvable. Inutile de vous lamenter.

Le livre commence bien avec Johnny Rivers, aujourd'hui bien oublié mais qui fut un des grands inspirateurs du jeune Johnny Hallyday. C'est ensuite que le malaise s'installe. Pas pour tout le monde, j'en conviens, certains boiront du petit lait, mais en mon immodeste personne de rocker le doute s'installe. Christophe Conte aurait-il des goûts déplorables ? Il faut bien répondre oui. Remarquez c'est son droit. Il adule le rock mais il n'adore pas le roll. Mais le rock'n'roll c'est comme le poulet vaudou, ça ne se mange ni à moitié-cru ni à moitié cuit, simplement vivant, faut qu'il batte encore des ailes quand il vous passe dans l'œsophage.

z4107rivers.jpg

Christophe Conte m'a irrésistiblement fait penser à ces ados qui dans les années 70 trouvaient pour seul argument à opposer à leurs parents et à leurs professeurs d'aimer le Pink Floyd parce que ça ressemblait à de la musique classique. Christophe Conte est trop intelligent pour se divertir d'une telle platitude, mais au fur et à mesure que vous avancez dans le bouquin, vous visualisez assez bien les lignes de force. L'est groupie des belles orchestrations, l'a l'âme de couteau émoussé profondément pop, pas rock. Le genre de gars qui préfère les Beatles aux Rolling Stones, la new wawe au punk, je ne parle pas de musique mais d'esprit. On pourrait le qualifier d'amateur prog-folk. J'ai enfin compris pourquoi je m'ennuyais tant quand par hasard lorsque je roulais de nuit mon auto-radio tombait sur son émission de France-Inter.

Deux moments forts dans le bouquin. Sa chronique de Ram, de Paul & Linda McCartney – pas tout à fait un génie méconnu – huit colonnes, double page centrale du couple apparemment pour lui primordial, repro grand format du disque, et attention nous refait le coup des pages roses du petit Larousse – l'a malheureusement choisi un gris pisseux – pour la reproduction d'une interview de 2001 – par un certain Christophe Conte – du second couteau des Fab Four qui revient sur ses états d'âme lors de l'enregistrement et de la sortie du trente-trois tours. Cela fait un peu ennuis de riche accablé par l'existence, j'aime beaucoup John mais qu'est-ce qu'il a été méchant avec moi...

z4108wilson.jpg

Christophe Conte, qui porte des cols Daho, cite à tout bout de pages le génie merveilleux de Brian Wilson, une référence suprême pour lui, nous surprend donc lorsque pour évoquer les Beach Boys il consacre son plus long article à Dennis Wilson, profite de son évocation de Pacific Ocean Blue paru en 1977 pour nous raconter la saga de la famille Wilson avec un père pygmalion et terrible - preuve que Michael Jackson n'a pas tout inventé – un Brian un brin dérangé du brain et un Dennis qui finira par se suicider en se jetant dans son élément liquide préféré. C'est le meilleur morceau du bouquin.

Surtout que l'on arrive vers la fin et que l'on aborde la décennie 80, pas la plus prodigieuse du rock, et puis que voulez-vous, plus l'on se rapproche de notre présent, plus les artistes nous sont connus moins ils sont entourés de cette aura que confère tout passé mythique, les noms tournent encore dans les têtes que ce soit Specials, XTC, Columna Durruti, Ultravox, et P. J. Harvey dont je vous invite à admirer cette curieuse photographie pleine page sur laquelle elle ressemble à une étonnante Patti Glamour Smith...

Z4109HARVEY.jpg

Un livre oubliable. Même si Christophe Conte n'est pas exempt de traits de plume assassins et de formule qui font mouche. Pas tsé-tsé du tout. S'est tout de même rendu compte, Christophe que l'ensemble sonnait un peu maigre, alors vous fait un cadeau pour se faire pardonner, le CD de Dennis Wilson, le chef-d'œuvre auquel vous n'échapperez pas. Hélas ! Comme j'ai tout lu, j'ai tout écouté. Cet océan n'est pas ma tasse de thé. Cela vous a un insupportable côté Beatles. Certains assureront que c'est idéal pour caresser sa baby sur la plage. Comme ma fenêtre ne donne pas sur le Pacifique, j'ai essayé dans le bac à sable du jardin municipal. Mais elle n'a pas aimé. Moi non plus.

Damie Chad.

Écrire un commentaire

Optionnel